Accueil Alpine Le conducteur du jour: trans-Alpes (ine)

Le conducteur du jour: trans-Alpes (ine)

282
6
PARTAGER

L’A110, alias « Berlinette », restera ZE Alpine par excellence. C’est l’apogée de la marque. Les Alpine sont nées en Normandie, à Dieppe. Néanmoins, avec un nom comme ça, quoi de plus naturel que d’en croiser une dans les Alpes?Alpine, c’est l’histoire d’un petit artisan, qui se transforme en constructeur, pas à pas. Et à force de hausser le ton, le voilà champion du monde des rallyes, défiant les Porsche!

En 1960, la firme de Jean Rédélé dévoile l’A108, dite « Tour de France ». Son moteur est celui de la Dauphine Gordini. Or, la Dauphine cède sa place à la R8. Comme le moteur est plus encombrant, il faut remodeler l’arrière. C’est Rédélé lui-même qui aurait supervisé l’opération.
Avec le nouvel arrière et le moteur 1100 de R8, elle devient A110, en 1963. Le tournant a lieu avec le passage au 1300 de R8 Gordini ; c’est là qu’elle reçoit la mythique calandre à 4 phares.
La voiture du jour est une 1300 G (1969-1970.) L’un des points qui trahi le côté artisanal d’Alpine est le nombre de versions de l’A110: 1100, 1500, 1300, 1300 Super, 1300 G, 1300 S, 1600, V85, 1600 S, 1600 SC, 1600 SX, Groupe 4… C’est presque du sur-mesure! L’autre point, c’est bien sur les emprunts à droite et à gauche: feux avant de Citroën, feux arrière de R8, répétiteurs d’Estafette… Alpine ira même se servir chez NSU et Alfa Romeo!

L’A110, c’est avant tout une ligne inimitable. Un mélange de grâce italienne (l’A108 est l’œuvre de Michelotti) et d’agressivité à but sportif (4 phares, boite à air…) Les nombreuses chromes renforcent le côté « exclusif ». On peut dire que Rédélé a un bon « œil ». Avec 1,13m de haut et 3,85m de long, c’est un vrai coupé de poche! On conduit quasiment allongé dedans, dans un habitacle exigüe.
Rédélé a été pilote de rallye et donc, devenu constructeur, il a engagé ses voitures en rallye. Fille de la piste, l’A110 est douée pour l’attaque. Il faut dire qu’avec 103ch pour 625kg, il y a de quoi s’amuser. François Cevert est alors pilote Alpine en F3. Il possède aussi une berlinette, qu’il s’amuse à mettre dans tous les sens (histoire d’effrayer son passager) lors de virées nocturnes. Au même moment, au Brésil, on commence à entendre parler d’un fils de journaliste. Il domine les GT locales avec son A110 produite chez Willys-Interlagos. Son nom? Emerson Fittipaldi!

La 1300 G n’est qu’une étape intermédiaire. C’est un Alpine « almost famous ». En mai 1968, l’usine fait grève et Rédélé prend cela pour une trahison. Le fil est rompu. Toyota lui fait les yeux doux, mais il vend finalement à Renault. La petite équipe Alpine de rallye se lance à l’assaut du premier championnat du monde de rallyes… Et le remporte, puis ils récidivent en 1973. La légende nait. Entre temps, l’A110 de série est passée au 1600. L’A310 pointe son nez. Avec la 1600 SX, la lignée s’achève en apothéose. En Espagne, FASA continue d’assembler l’A110 1600 jusqu’à la fin des années 70. Les aficionados ne se satisfont pas de l’A310, trop lourde. Au début des années 90, les Alpine retrouvent leur logo. Pour essayer de raccrocher les fans, une A110 pose avec une V6 (puis avec une A610, quelques années après.) En vain. Hommel produit sa Berlinette. Puis, après bien des rumeurs, Renault dévoile l’A110-50 en 2012. Suivi peu après par l’annonce de la joint-venture Alpine-Caterham. (A suivre.)

Malgré les nombreuses versions, chaque A110 est clairement identifiée… Néanmoins, de nombreuses voitures se sont retrouvées dans un fossé. Lors de la restauration, les bonnes pièces ne sont pas forcément disponibles. D’où une tendance à coller des avants ou des arrières de 1600S partout! Sans oublier les nombreuses « répliques de Groupe 4 » et autres exemplaires « coursifiés ». Ajoutez-y les échanges de moteur à la va-vite. Et il y a les couleurs : aujourd’hui, presque toutes les A110 sont bleues. Alors qu’à l’époque, il y en avait des vert pomme, des orange, des bleus métallisés…
En résumé, trouver une A110 en état d’origine est très rare. A fortiori pour l’un des premiers modèles. La solution, c’est de passer par un club Alpine. Mais certains vendeurs ont tendance à se goinfrer, au prétexte que leur voiture a appartenu à je-ne-sais-qui ou qu’elle a couru un rallye local…

A lire également:
Le conducteur du jour: après la berlinette
Rétromobile 2012 Live: 50 ans de l’Alpine A110
Monte-Carlo historique 2013: 5 Alpine A110 « usine » au départ

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Le conducteur du jour: trans-Alpes (ine)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Momo
Invité

Au j’étais pas né, mais mon père en 1969 avait une version ROUGE de cette bombe roulante…. J’ai les photos pour rêver un peu

nobeal85
Invité

Bonjour
j’ai un grand pote à moi qui en possède une bleue belle comme tout… et je l’ai même conduite !!!!!

chataigne
Invité

Impressionnant le gabarit, comparé au SUV bien sûr, mais surtout à la Panda…

Dacia Sandero RS
Invité

moche!

arbracam
Membre

ligne intemporel, incroyable coup d’oeil du designer.

wpDiscuz