Accueil 20 ans déjà 20 ans déjà : la Renault Clio Williams

20 ans déjà : la Renault Clio Williams

787
19
PARTAGER

Quels seraient les morceaux de choix dans une collection de GTI ? Celle qui vous ferez vous relever la nuit pour l’admirer dans votre garage ? Vaste débat, passionné et passionnant d’ailleurs. Prenez 20 fans, vous aurez surement 20 listes différentes ! Chacun sa préférence, souvent dictée par une histoire personnelle, un souvenir d’ado. L’un se rappelant de la 205 Gti de tonton Bernard, l’autre de la R11 turbo rouge du voisin, ou encore la Fiat Uno Turbo ie, que votre père ne put suivre au volant de sa vaillante R25 GTX un jour de promenade dominicale. Et pourtant, il reste les incontournables. Prononcez quelques noms et vous ferez l’unanimité …. et l’un d’entre eux fête, cette année, ses 20 ans, dèjà, et pourtant on s’en rappelle, tous, comme si c’était hier !!!

1993, après une année sabbatique, Alain Prost revient en F1 au volant d’une Williams au V10 Renault (La FW15C). La voiture est impressionnante d’efficacité et de facilité. Prost et Damon Hill dominent la saison, sur les 16 courses, ils réaliseront 15 pôles validées par 10 victoires. Le Français remportera son quatrième et ultime titre, avant de raccrocher définitivement le casque.

Renault, par la même occasion, glane son deuxième titre d’affilé en tant que motoriste. Il n’en faudra pas plus aux cerveaux du service marketing pour profiter de l’occasion. Afin de rendre leur idée crédible auprès de la direction, ils s’associent à Renault Sport et mettent en place un programme d’homologation pour le rallye. Justement, une nouvelle catégorie vient de faire son apparition, et parait prometteuse, les kit-cars. 2 litres atmo, traction, la base est déjà toute trouvée, ce sera la Clio. Le projet est monté et la direction donne son feu vert.

« Vous pouvez rougir de honte, verdir de rage, mais c’est à une Clio que Frank Williams a donné son nom”. Voila ce que dit le slogan de la Clio Williams lors de sa sortie. Et elle va bien le porter son nom ! Esthétiquement, elle reprend les codes de la 16s, avec ses ailes enflées et sa prise d’air sur le capot. Le kit carrosserie reste inchangé, bas de caisse et spoiler qui vont bien. Pour le reste, c’est l’uppercut ! Un choc visuel, pas grand chose mais suffisamment pour changer tout ! La couleur, bleue nuit reprenant celle de la F1 championne du monde. Les jantes, des Speedline Gold en 15′. Les stripping « Williams » dorés qui courent sur les flancs et sur le hayon. Aucun doute, n’ayons pas peur des mots, elle a de la gueule …. Fracture de l’oeil gauche !!!

L’intérieur est de la même veine. Ca commence dès l’ouverture de la portière, avec les seuils badgés Williams. La moquette, toute de bleu vêtue, vous saute aux yeux. Les sièges enveloppants, empruntés à la R19 16s, sont habillés d’une sellerie spécifique en velours gris brodés d’un « W » bleu. Le pommeau de levier de vitesse ? Bleu ! Les fonds de compteur ? Bleu aussi ! Renault a réussi le chalenge, elle se démarque de la 16s et elle en jette. Ultime détail, la plaque spécifique numérotée, bleue à écriture dorée … fracture de l’oeil droit !!!

Allez, soulevons le capot maintenant. Pour l’homologation il fallait un 2 l. Le F7P (1.8 l ) de la Clio 16s devient F7R. Hormis le bloc, tout le reste est changé. L’alésage est revu à la hausse (+ 0,7 mm), le vilebrequin est celui de la Clio diesel, permettant de passer la course de 83,5 à 93 mm. Arbres à came modifiés, pistons forgés (!), bielles renforcées, soupapes plus grosses, culasse résinée et trempée …. la technologie rappelle celle du V10 de la F1. Le bloc sort ainsi 150 ch à 6100 tr/min. La boîte est renforcée, pour encaisser les 18,2 mkg de couple. Le châssis enfin, adopte le train avant de la Clio Cup. Posée plus près du sol par rapport à la 16s, elle est méchante et ne se gêne pas pour le faire savoir.

La Clio Williams est donc un modèle à part dans la gamme. Bien plus qu’une simple évolution, c’est une véritable bête de spéciale pour route ouverte. Elle devient la référence, vous visez, vous tirez et elle fait mouche. Avec à peine plus d’une tonne, elle fait preuve d’une efficacité à donner des cauchemars à des sportives bien plus puissantes. Le pilote entame alors un bras de fer avec ce train avant d’une précision chirurgicale, pour savoir lequel des deux abandonnera le premier ! Et il a du biceps le bougre !! Mais comme toutes les bonnes GTI de l’époque, un brusque lever de pied en courbe ou un freinage en appui vous rappellera qu’elle reste vive mais jamais piègeuse. Elle vit, elle a une âme et c’est ça qu’on aime chez elle. Une véritable GTI, digne héritière de ses ancêtres.

3800 exemplaires. C’est ce que Renault prévoyait. Mais voilà, les modèles s’arrachent, à tel point que 1500 autres verront le jour. Début 94 la Clio phase 2 arrive. La Williams adopte les modifications mais garde ses spécificités. Son chant du cygne se fera l’année suivante avec les 500 exemplaires de la Swiss Champion et ses quelques modifications esthétiques.

Alors convaincu ? Elle rejoint votre collection ? Aujourd’hui elle fait partie de  la légende « GTIesque », faisant même rêver les moins de 20 ans qui n’auraient pas pu la connaître ! Elle a gardé cette saveur épicée, amplifiée par son exclusivité. Elle reste pour beaucoup la dernière vraie GTI.

A lire aussi : Le retour (du retour) de la Clio Williams

Crédit photos : Renault

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "20 ans déjà : la Renault Clio Williams"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
rs459
Invité

Voilà ce que Renault aurait du faire au lieu de la Gordinni ideuse qui sur le plan marketing n’a aucune charge émotive sur les moins de 50ans.

Thibaut Emme
Admin

Si le projet est validé, on devrait revoir une « vraie » Gordini.
La Clio RS a un projet d’amélioration…on supprime du poids (baquets, etc.) on rajoute un peu de chevaux, on ne monte pas trop le prix (sinon on se trouve en concurrence avec la MRS). D’après les indiscrétions Carlos Tavares est chaud 🙂 reste le « go ». La voiture serait (conditionnel) dispo en une seule couleur, le bleu gord avec les bande. Un peu comme cette Williams en fait.

xxx
Invité

Oui et tout le monde devrait se tenir la main et créer la paix dans le monde, si tout était aussi simple que dans « oui-oui » renault ferait ce qu’ils veulent, et va conduire une gordini avant de dire que ca n’a aucune charge émotive, critiquer c’est bien, sauf qu’on largement changer d’époque, les mentalités et les restrictions économiques évolues.

beniot9888
Invité

Carlos Tavares, il est peut être « chaud ». Mais au fond, il est comme les autres, il ne faudrait pas l’oublier. Pas rentable ? -> à la poubelle.

Les derniers projets Renault qui n’ont pas été rentables, ce sont parce que ce sont des échecs commerciaux. Vous croyez vraiment que si les prévisions de vente du commerce n’avaient pas été favorables (optimistes en l’occurrence), le Kangoo BeBop ou la Windows auraient été commercialisées ?

Donc la Clio Gordini, si elle n’est pas jugée suffisamment profitable…

Thibaut Emme
Admin
Ah mais on ne l’oublie pas. C’est d’ailleurs pour cela que la future Alpine est faite avec Caterham, sinon cela aurait rejoint les 3 autres projets de renaissance de la marque qui « ont failli » voir le jour. Mais Tavares est un passionné pragmatique. Il prend en compte 2 aspects dans un projet comme une Gord ou autre. L’aspect rentabilité bien sur, mais aussi l’aspect passion/sportif. Et sur certains modèles c’est ce mix des deux que sont construits les projets. Par exemple sur le Twin’Run présenté à Monaco…l’engin devait descendre le Turini en caméra embarquée, le tout filmé en direct et… Lire la suite >>
beniot9888
Invité

@#%& de correcteur automatique !

La Wind, pas la Windows 🙂

Invité

c’est pour ça qu’après avoir crashé mon ex clio williams et essayé pas mal de pseudo sportives sans âme…je roule en civic typeR( rupteur à 8900trs )…j’espère qu’elle aura aussi du tempérament la prochaine!!!

rs459
Invité

@xxx je maintiens une clio gordini ça ne me procure rien comme émotion… je n’ai pas connu la r8 avec mes 30 printemps, par contre la Williams m’a fait rêver, elle m’a collé contre ses vitres dans des petites routes de campagne. Et la williams comparativement à la 16s de l’époque c’était pas juste deux bandes blanches qu’on a rajouté pour de simple raison marketing, comme cette vulgaire 16s « actuelle » qui d’ailleurs ne partage absolument rien avec la r8 (segment, position moteur, propulsion).

Clio gordini sur une copie de philo serait notée « Hors sujet ! »

Thibaut Emme
Admin

La Clio Williams….l’un des mythes des années 90 ! Bel article 🙂

Combien de mauvaises copies on a pu croiser, avec des jantes plus ou moins dorées et des prises d’air approximatives..pour faire comme elle.

Dommage que Renault ne capitalise pas plus sur ses victoires et ses titres de F1. Cette Williams est d’une autre philosophie que la Még RedBull :/

beniot9888
Invité

Je me souviens d’une copie extérieurement parfaite. Mais beaucoup plus économique puisque c’était un mazout 🙂

xxx
Invité

Quelle intérêt d’en faire une copie sur du mazout, pour moi ca tient du tuning.

Riccardo
Invité

En quoi la philosophie de la mrs3 rb est elle différente ???
Nostalgie ok, mais comparatif avec « nonsens » …. pas trop d’accord
Pourtant dieu sait si j’aime & je me ruine avec les youngtimers….

Sam Suphi
Invité

Cette auto avait un sacré « sex-appeal ». Difficile de refaire la même chose aujourd’hui car les contraintes économiques, sociales et écologiques ne sont plus les mêmes qu’à l’époque.
De plus sa carrière en rallye, avec le funambule Ragnotti en a fait réver plus d’un, dont moi, sur le bord des ES de rallye.
Merci Jean Ragnotti !

seb
Invité

ça change des prépas autocollant des RS actuel, je met bien sur de coté la R26-R.

Ax sport
Invité

+1

Ax sport
Invité

Il faut que Renault réagisse !! La nouvelle Clio 4 RS se fait lyncher par la presse (5 portes, boîte auto imposée, freins en régression, train avant en régression, émotion, etc). Il faut réagir, jamais une Clio RS n’a été si mal accueilli !!! C’est con !!!! C’est la seule chose qu’on sait faire en France !!!!!

wpDiscuz