Accueil Actualités Entreprise Japon : le mythe de la belle européenne demeure intact

Japon : le mythe de la belle européenne demeure intact

62
4
PARTAGER

Alfabrera_qtonic_spec_02 S’exhiber au volant d’une voiture de luxe européenne reste un signe de raffinement et d’élégance au Japon, où les ventes de Mercedes, Audi, Maserati, Porsche ou encore Bentley et Ferrari se portent à merveille.

Les voitures d’importation ne représentent que 5% du marché japonais, mais il s’agit surtout de véhicules haut de gamme, pour l’essentiel allemands.

Les performances des marques de luxe ont fortement ralenti au Japon depuis l’éclatement de la bulle spéculative immobilière en 1990, année où Rolls Royce avait encore écoulé 518 voitures dans l’archipel (contre 54 en 2006).

Certaines marques européennes comme Volkswagen, Peugeot ou Fiat, nettement plus chères que leurs homologues nippones, sont également considérées comme de luxe au Japon même si elles n’ont pas cette image dans leur pays d’origine. Le pays du soleil levant représente le premier marché mondial des marques de prestige, la première clientèle du luxe. Malgré la crise économique qu’a connu le pays durant la dernière décennie, le secteur du luxe a continué d’y progresser.

« Conduire une voiture européenne donne un certain statut. Cela montre qu’on a les moyens et aussi la culture occidentale », explique Alessandro Saita, responsable au Japon d’Alfa Romeo (groupe Fiat).
« Entre constructeurs européens, on s’échange beaucoup nos clients. On a plus ou moins un pool de 250.000 à 280.000 personnes qui achètent toujours des marques étrangères, qui passent de BMW à Mercedes, puis à Alfa Romeo et qui repartent ensuite chez Peugeot… Ils viennent vers les marques étrangères comme ils vont chez Vuitton, Gucci ou Prada », ajoute-t-il.

Le marché japonais représente ainsi 50 000 ventes pour Alfa Romeo  depuis 1997, dont 3 800 en 2006. Sur un marché dominé par les véhicules essence automatiques à conduite à droite, ce sont principalement des modèles Selespeed ou Q-Tronic qui sont choisis par les clients. Pour parvenir à ces ventes, le réseau Alfa Romeo se compose d’une cinquantaine de concessionnaires au Japon et de 80 centres de réparation. Un réseau qui devrait croitre jusqu’en 2010.

Certains n’hésitent pas à dire que les japonais ne se sentent pas asiatiques mais japonais avant tout, voire, ont tendance à se considérer comme des occidentaux. Posséder des produits de luxe est un moyen comme un autre d’accéder à ce mode de vie à l’occidental qu’ils affectionnent tout particulièrement, de se positionner au même niveau que les Européens et les Américains, selon eux.

Mais alors que le marché automobile nippon ne cesse de se contracter (-2,2% en 2006), la plupart des constructeurs haut de gamme voient leurs ventes repartir en forte hausse: +9% pour BMW en 2006, +8% pour Mercedes, et même +108% pour Aston Martin, +51% pour Bentley ou encore +16% pour Lamborghini. Lexus, la marque de luxe de Toyota, a triplé ses ventes l’an dernier par rapport à 2005, l’année de son lancement dans l’archipel.

Lamborghini a écoulé au Japon un des vingt seuls exemplaires de son flamboyant bolide « Reventón », baptisé du nom d’un taureau célèbre pour avoir occis un matador mexicain en 1943, et vendu un million d’euros hors taxes.

« Le marché du très grand luxe est en plein boom au Japon et on ne voit pas venir la fin », confie Carlo Zambotto, le représentant de Lamborghini au Japon.

Les Japonais plébiscitent également les voitures qui, sans être de luxe, se distinguent par leur caractère. La Mini Cooper a ainsi remporté un vif succès avec plus de 13.000 exemplaires vendus l’an dernier.
« La Mini Cooper s’intègre bien dans l’environnement nippon grâce à sa taille, à son design et à son côté coloré. Une voiture qui est à la fois petite et de bonne qualité correspond à merveille au goût japonais », assure Yuichiro Ito, le directeur de la division Mini chez BMW au Japon.

Outre les moyens financiers, l’autre facteur qui incite les riches nippons à acheter une voiture de luxe est le faible taux de criminalité dans le pays, ajoute M. Zambotto, le patron de Lamborghini au Japon.

« Ici, personne n’a peur d’être kidnappé ou volé », explique-t-il. « Quand une voiture de luxe s’arrête dans la rue, les gens la regardent et la prennent en photo mais ils se tiennent à distance. En Europe, on aurait des traces de mains partout, si ce n’est des éraflures. Le Japonais est paisible et respectueux, cela rassure les propriétaires de voitures ». C’est lui qui le dit …

Sources : AFP, autosital

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Japon : le mythe de la belle européenne demeure intact"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Lux
Invité

« Le Japonais est paisible et respectueux, cela rassure les propriétaires de voitures. Cest lui qui le dit  »
C’est tout a fait vrai. Je connais une personne qui ne ferme pas sa porte a clef en allant faire les courses et elle n’a jamais ete cambriolee.

circonspect
Invité

c’est vrai que la voiture européenne est du dernier chic dans les grandes villes du Japon. Et la 206 Rolland Garros (considérée chez nous comme un peu craignos) est très prisée dans les quartiers snobs ou branchés (antiquaires et boutiques de luxe).

Roland
Invité

Je vois pas vraiment en quoi une 206 Rolland Garros est « craignos » chez nous… Tout le monde n’a pas une Veyron dans son garage au cas où t’aurais oublié

Scharley
Invité

C’est vrai, la 206 RG n’est pas mal du tout, tout comme la clio initiale. Ce sont des citadines BCBG.

wpDiscuz