Accueil Brève rencontre Brève rencontre: Europa-Jeep

Brève rencontre: Europa-Jeep

343
5
PARTAGER

FMS_small.jpgAirbus est l’un des rares exemples de coopération industrielle à l’échelle européenne ayant duré. Tout n’est pas parfait, mais 35 ans après l’A300, Airbus est toujours là. On pourrait donc se dire, par exemple: « Pourquoi ne pas faire un « Airbus » des véhicules militaires? » Un projet Européen a pourtant existé, à la fin des années 60, c’était « Europa-Jeep ».

Munga_4x4.jpgA la fin des années 60, plusieurs armées ont des problèmes avec leurs véhicules légers. 10 000 unités par marché, c’est trop peu pour les grands constructeurs Français. Du coup, il faut se débrouiller avec la vieillissante Jeep Hotchkiss.
De l’autre côté du Rhin, on fait les appel d’offres à la tête du client. En 1957, le mot d’ordre était: « n’importe quoi, sauf le Porsche Jagdwagen. » Du coup, la Bundeswehr hérite d’un DKW Munga peu pratique.
D’où l’idée de mutualiser les besoins. Avec 50 000 véhicules à la clef, il y aura plus de volontaires. L’Italie et la Grande-Bretagne s’engagent à bord du projet surnommé « Europa-Jeep » (aucun lien avec le constructeur US.)

Le cahier des charges est simple (au début): 4 roues motrices permanentes, 4 places, 500kg et la possibilité de la parachuter. Fiat-Man-Saviem répond avec ce véhicule:

FMS.jpg 

De son côté, le consortium Hotchkiss-Büssing-Lancia (BHL!) propose le véhicule de commandement et de liaison (VCL.) A noter que ce sera le dernier véhicule conçu par Hotchkiss-Brandt, après son rachat par Thomson-Houston en 1966 (synonyme de fin de parcours pour Hotchkiss en 1970.)

bhl_front.jpg
bhl_back.jpg

Plus curieux, l’avionneur MBB et BMW/Glas présentèrent chacun une étude.

La Grande-Bretagne a vite quitté le navire. La phase d’évaluation s’éternise, car rapidement, les exigences des trois pays deviennent contradictoires. Du coup, à la fin des années 60, l’Allemagne et la France passent chacun une commande « provisoire », en attendant l’Europa-Jeep (il faut bien remplacer les vieux véhicules.) L’Allemagne choisit le VW 181 et la France la Citroën Méhari (ci-dessous.) Seule l’Italie joue le jeu, en achetant 500 Fiat-Man-Saviem amphibie.

citmehari70.jpg

En 1976, le projet Europa-Jeep a vécu. L’Allemagne fait un ultime appel d’offres truqué, choisissant le VW Iltis (au détriment du G, qui l’emportera la fois suivante.) La France hésite entre le Renault TRM500 (Fiat Campagnola à moteur de R20), le Citroën C44 (VW Iltis à moteur de CX) et le Peugeot P4 (Mercedes/Steyr-Puch G à moteur Peugeot.) Ce sera finalement le P4 (NDLA: drôle de nom pour un véhicule militaire.) Et l’Italie? Fiat créera un nouveau Campagnola (qui devient AR76 sous les drapeaux.)

Peugeot_P4.jpg

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Brève rencontre: Europa-Jeep"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Fastbear
Invité

Je pense que quand ils ont vus la gueule de l’engin ils ont tout fait pour faire capoter le projet ! Par contre j’ai de bons souvenirs du P4. Assez mauvais en tant que voiture mais très solide.

Alf
Invité

Les concepteurs de l’Europa Jeep voulaient neutraliser l’ennemi en le faisant mourir … de rire.

Exelior
Invité

Mon dieu Joest mais qu’est ce qui t’arrives? un Vraie article interressant? pas de maladie grave qu’en même?

Baka
Invité

par contre Exelior …toujours des commentaires ininteressants (à prendre au même degrés que toi ;-))

Hercéo
Invité

En « concurrent » du P4 il y avait aussi la Citroën A4x4 (une FAF avec moteur visa)qui avait été commandée par l’armée à 5000 ex (contre 15000 initiallement pour le P4). Peugeot a annulé cette commande au profit du P4. L’A4x4 a été vendu à l’armée Portugaise à… 50 exemplaires.

wpDiscuz