Accueil Infiniti Los Angeles 2017 : Infiniti QX50

Los Angeles 2017 : Infiniti QX50

1310
9
PARTAGER
Infiniti QX50

Après les photos espions et les teasers, Infiniti dévoile enfin le nouveau QX50, le SUV du renouveau pour la marque premium de Nissan.

Très proche du concept-car QX Sport Inspiration révélé au salon de Pékin 2016, le QX50 arbore une silhouette sportive et sculptée avec des lignes très marquées sous la ceinture de caisse et des feux arrière très amincis. Du concept-car, le crossover japonais en conserve également le capot très nervuré tandis que les blocs optiques adoptent la technologie LED.

À l’intérieur, Infiniti renouvelle son style avec un nouveau dessin de planche de bord dont la console centrale n’est pas sans rappeler celle de la Genesis G70. La présentation fait un bond en avant avec des matériaux qui n’ont rien à envier aux meilleurs sur le papier. Les clients auront le choix entre des inserts en aluminium ou en bois.

La planche de bord conserve les deux écrans d’infodivertissement et de navigation apparus sur la Q50. En haut de la planche de bord trône un écran de 8 pouces dédié à la navigation par GPS tandis que la console centrale abrite un deuxième écran de 7 pouces pour contrôler la climatisation et le système d’infordivertissement. Enfin, le QX50 offre un système d’affichage tête haute.

Avec ses 4,69 m de longueur et sa largeur de 1,90 m, le nouveau QX50 est d’un gabarit similaire à la concurrence. Son empattement de 2,80 m est en revanche le plus court du segment laissant présager une habitabilité limitée à l’arrière. D’ailleurs, Infiniti n’en publie aucun cliché. La marque japonaise annonce un volume de coffre de 895 litres et une fois les sièges arrière rabattus, le volume maximal atteint 1 695 litres.

L’nfiniti repose sur une nouvelle plateforme plus rigide de 23 % qui marque le passage de la propulsion à la traction, mais la grande nouveauté technologique du nouveau QX50 est son bloc moteur qui est le premier moteur à compression variable à atteindre le stade de la production, le VC-T pour « variable compression — turbo ». Fruit d’un travail de deux décennies, ce quatre cylindres 2 litres se démarque par un taux de compression variant entre 8 et 14 pour 1.

Traditionnellement, un piston est relié au vilebrequin par une bielle. Sur le moteur Infiniti VCT, c’est également le cas, mais le vilebrequin peut changer de position grâce à un système de poulie commandée. Grâce à un actionneur, l’angle du « multilink » reliant la bielle au vilebrequin change et influe ainsi sur la course du piston, modifiant le taux de compression : élevé lorsque l’on a besoin de plus de puissance, et plus bas lorsque la charge est faible et qu’il faut économiser du carburant. Annoncé pour une puissance de 272 ch et un couple de 390 Nm, le constructeur promet des prestations dignes d’un V6 pour une consommation du niveau d’un quatre cylindres.

Accouplé à une boîte CVT, ce nouveau moteur permet au QX50 de réaliser le 0 à 100 km/h réalisé en 6, 7 secondes sur la version 2 roues motrices et 6,3 secondes sur la version à quatre roues motrices. Quant à la vitesse de pointe, Infiniti annonce 230 km/h.

Enfin, côté technologies, l’Infiniti QX50 reçoit le système de conduite semi-autonome ProPILOT et nul doute qu’il fera le plein d’équipements dernier cri.

 

 

Source : Infiniti

Source photo : Infiniti

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Los Angeles 2017 : Infiniti QX50"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Tominus
Invité

Tout simplement SU-BLI-ME !!! L’exterieur est vraiment dynamique !
Excepté la partie compteurs que je trouve un poil vieillote… c’est un sans faute pour moi

trinita84
Invité

Moi ç est l intérieure qui me plaît pas trop avec ces 2 écrans superposés pas très beau je trouve

Rickyspanish
Invité

Je plussoie. La marque a franchement du mal avec ses intérieurs … le design de leurs tdb n’est pas en phase avec le positionnement hdg de la marque. Ils ont un TGV de retard à ce niveau là.

Gautier Bottet
Editor

Au passage, le QX50 devient traction…

SGL
Invité

C’est dommage de l’avoir dit, la majorité n’aura vu que du feu ! 😉 😀
Est-ce donc la plate-forme modulaire CMF-C du Renault Kadjar et Koleos II ?
Bon en intégrale, cela ne changera pas grand-chose sauf le comportement plus typé d’un côté que de l’autre.

SGL
Invité

« L’nfiniti repose sur une nouvelle plateforme plus rigide de 23 % qui marque le passage de la propulsion à la traction »
Pardon ! @Yoann Besnard 🙁 🙂

SAM
Invité

@SGL. Vu le profil de la bête … Il y a de grandes chances que les entrailles soient celles du Koléos. Après ça peut vouloir dire, que ce joli petit moteur peut être installé dans une Talisman …

SGL
Invité

AH oui ! Excellent !
Ce n’est pas encore un V6, mais ça sera déjà une belle évolution pour la Talisman… Aux portes des premiums.

wpDiscuz