Accueil General Motors Mary Barra ne conseillera plus Donald Trump

Mary Barra ne conseillera plus Donald Trump

165
12
PARTAGER

Le PDG de General Motors, Mary Barra ne conseillera plus Donald Trump sur les questions économiques US et la croissance de l’emploi dans le pays. Elle s’est en effet associée mercredi aux déclarations successives d’un groupe de chefs d’entreprise puis du Président américain  annonçant – les uns – leur départ du Forum stratégique et politique dont elle était membre – et l’autre au final – la dissolution de la structure  qui comprenait à l’origine plus d’une douzaine d’autres PDG de plusieurs industries.

Une réaction par rapport à la polémique qui grandit autour du milliardaire suite à ces propos liés aux violences observées à Charlottesville. Les hésitations de Donald Trump à condamner clairement dès le début les agissements de l’extrême droite pour les événements survenus ont en effet poussé des PDG de grandes entreprises et le président du principal syndicat américain à démissionner du comité présidentiel. Avant que le locataire de la Maison Blanche ne tente de garder la face en annonçant sa dissolution.

GM appelle à l’unité …. se démarquant  de Trump

Dans un communiqué, GM a déclaré vouloir se dissocier de la controverse à laquelle Donald Trump devait faire face suite sa position face aux violences extrémistes. « Le débat sur la participation au forum est venu nous distraire de notre volonté bien intentionnée et sincère de soutenir les discussions politiques vitales sur la façon d’améliorer la vie quotidienne des Américains. »

« General Motors parle d’unité et d’inclusion, et j’en fais de même », a déclaré Mary Barra. Laquelle a ajouté que les événements récents, en particulier ceux de Charlottesville, en Virginie, et ses conséquences, exigeaient « de se rassembler en tant que pays et de renforcer les valeurs et les idées qui unissent les Américains – tolérance, inclusion et diversité – et de pointer celles qui divisent les Etats-Unis – le racisme, la bigoterie et toute politique fondée sur l’ethnicité « .

Conseiller  Trump devient trop risqué

Désormais, s’afficher comme conseiller économique ou stratégique de Donald Trump devient donc risqué, tant son discrédit grandit. Au sein de la population américaine comme aux yeux des grands patrons. Lesquels redoutent désormais de payer très cher un éventuel appui de leur part en faveur du locataire de la Maison Blanche. Une éventuelle campagne de boycott à leur encontre pourrait avoir de graves conséquences financières. Sans parler d’une possible fronde des actionnaires qui pourrait survenir en cas de soutien trop appuyé envers le milliardaire.

Si début janvier, plusieurs dirigeants du monde des affaires avaient accepté de conseiller Donald Trump en vue d’élaborer des réformes permettant d’accélérer les créations d’emploi aux États-Unis, le jeu ne semble plus en valoir la chandelle.

GM avait un temps défendu la poursuite de la participation de Marry Barra au sein du groupe arguant qu’il s’agissait pour elle de disposer d »un siège à une table importante ». Le fait de garder un contact et une influence parmi le cercle d’initiés chargés de préparer des réformes de l’Administration pouvant servir les intérêts de leur entreprise.
Mais le constructeur semble désormais vouloir jouer la prudence … en lâchant Donald Trump. Il est vrai que la pression montait sur les réseaux sociaux et les télévisions pour qu’Indra Nooyi, patronne de PepsiCo, et Mary Barra, PDG de GM, abandonnent le comité de conseil du Président américain alors qu’elles tardaient à le faire.

Sources : Automotive News, Radio-Canada, AFP

Crédit Photo : GM

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Mary Barra ne conseillera plus Donald Trump"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Thomas
Invité

Les navires quittent le rat 😀

Roadrunner
Invité

Les anguilles quittent le navire.
Elle a déjà la presse sur le dos avec son salaire . elle s’est augmentée de 60% par rapport à son prédécesseur chez GM , Dan Akerson.

Francois
Invité
Pour une fois qu’une femme gagne plus qu’un homme à poste comparable, c’est bien de le souligner. 😉 Par delà l’anecdote, il y a une explication toute simple à la différence de salaire entre Akerson et Barra. À l’époque du premier, l’État fédéral était toujours actionnaire de GM et imposait des plafonds sur les revenus des 20 principaux dirigeants du constructeur, dont le big boss. Barra est arrivée pile au moment où le gouvernement a vendu ses dernières parts, ce qui a de facto fait sauter les fameux plafonds. Si Reuss ou Ammann avaient hérité du siège de leur collègue,… Lire la suite >>
gigi4lm
Invité

Les plafonds ont aussi sautés pour les salariés de base ?

Pedro5
Invité

Donald a deja des cusiniers qui peuvent lui expliquer la cuisson du poulet je pense.

veyron4
Invité

wouhha elle est vraiment trop futée pour avoir réalisé aussi vite à qui elle avait à faire. Désolé, mais c’est vraiment des co*** mo*** ces grands patrons sans aucune vision ou valeurs.

gigi4lm
Invité

Si si, les valeurs ils connaissent. J’ai nommé les valeurs boursières.

Salva
Invité

Trump ne va pas s’en relever.

Gargamel
Invité

Une schTrumpfette de moins.

wpDiscuz