Accueil Constructeurs Un été au Japon – Mitsubishi Lancer EX Turbo (1980-1984)

Un été au Japon – Mitsubishi Lancer EX Turbo (1980-1984)

250
11
PARTAGER

Les amateurs de sportives connaissent bien la fameuse lignée des Lancer Evolution de Mitsubishi, célèbres notamment pour leurs exploits en rallye. Mais avant l’Evolution 1 sortie en 1992, le constructeur aux trois diamants avait dans son catalogue une décennie plus tôt la Lancer EX Turbo, qui a longtemps sombré dans l’anonymat chez nous. Pourtant, avec son turbo et ses manières ‘à l’ancienne’, c’était déjà du brutal!

Le concept initial de la seconde génération de Lancer, sortie en avril 1979, repose sur l’amélioration de la qualité perçue et de l’espace intérieur, avec en vue de meilleures ventes en Europe où ces critères sont déterminants. D’où cette forme qui rappellera selon les références une Renault 9 ou une pagode japonaise… Résolument carrée donc, la nouvelle venue ne manque cependant pas d’atouts techniques, à commencer par sa suspensions arrière à quatre points, sa direction réactive à roulements à billes ou encore son système MCA-JET améliorant la combustion de carburant tout en limitant la pollution.

Initialement, la Lancer EX est proposée avec un choix de deux motorisations quatre cylindres : un 1.4 litre de 80 chevaux et un 1.6 de 85 chevaux… Pas de quoi donc affoler les foules. Mais c’est réellement en octobre 1981 que les choses sérieuses commencent, avec l’introduction d’une version 1.8 dotée du turbo Mitsubishi TC05, développant 135 chevaux de prime abord avant de se voir greffé un échangeur permettant de pousser le curseur jusqu’à 170 chevaux… Pour une auto qui pèse aux alentours d’une tonne sur la balance et dont la puissance est transmise uniquement aux roues arrières, les choses commencent réellement à devenir intéressantes.

Et ce d’autant plus qu’une motorisation encore plus méchante sera proposée en Europe l’année suivante : un 2.0 litres turbocompressé de 170 chevaux, codé 4G63 (moteur que l’on retrouvera ensuite, et entre autres, sur la saga Lancer Evolution), qui propulse la Lancer EX turbo à 200 kilomètres/heure en pointe et lui permet des accélérations impressionnantes pour l’époque : moins de 29 secondes au mille, et un 0 à 100 expédié sous la barre des huit secondes.

Pour la partie châssis, il faut noter le recours à un pont arrière rigide qui, associé au caractère ombrageux du moteur turbo demande un certain doigté pour arriver à garder la Lancer sur la route… Toutefois, une fois le mode d’emploi compris et un œuf placé sous la semelle droite pour éviter tout excès d’optimisme, le conducteur prend un plaisir certain à mener l’auto à vitesse soutenue (NDLA : l’un des possesseurs d’EX Turbo que j’ai pu contacter il y a quelques temps de cela m’a confié qu’il fallait la placer sèchement en entrée de courbe, et ensuite doser la dérive à l’accélérateur et au volant…)

Esthétiquement, c’est évidemment le spoiler avant généreux et le discret becquet arrière qui attirent l’attention, mais c’est aussi et surtout le provocant autocollant Turbo collé à l’envers en bas du pare-chocs avant, à l’instar d’une certaine BMW 2002 Turbo, et qui ne laisse planer aucun doute chez l’usager de la route qui aperçoit l’agressive berline débouler dans son rétroviseur central : le message est clair, il faut se rabattre d’urgence pour laisser passer le missile sol-sol…

Et en rallye? Les aïeules Lancer 1600 font déjà forte impression avec deux victoires au Safari en 1974 et 1977 pour le kenyan Joginder Singh, et cinq succès consécutifs pour l’écossais Andrew Cowan au rallye australien Southern Rally Cross entre 1972 et 1976. Cowan, pilote officiel Mitsubishi à ce moment, fondera et dirigera ensuite la branche compétition européenne de la marque qui deviendra Ralliart Europe.

Afin de concurrencer les Ford Escort et Fiat 131, le constructeur donne son accord pour faire concourir en Groupe 4 une version plus évoluée de la nouvelle génération de Lancer. Avec un moteur préparé à 280 chevaux, la Lancer ainsi engagée connaîtra quelques succès, mais sera rapidement dépassée par l’arrivée de la redoutable Audi Quattro à transmission intégrale. Au final, son résultat le plus notable sera une troisième place au rallye des 1000 lacs de Finlande en 1982…

Même si la Lancer EX commercialisée jusqu’en 1987 pour sa part, s’est plutôt bien vendue sur le vieux continent, les exemplaires survivants se font déjà rares dans leurs versions non sportives. Alors imaginez le parcours du combattant pour trouver dans nos contrées une 2000 EX Turbo (dont la carrière s’est arrêtée en 1984), qui plus est sans trace de cette rouille endémique qui gangrène les voitures de ces années… Et pourtant il en reste, et l’on en voit de temps à autre fleurir une ou deux dans les petites annonces sur le net… L’occasion de rouler décalé, en étant sûr de pouvoir ridiculiser bien des sportives plus récentes pour peu que l’on possède quelques notions de pilotage!

Illustrations : Mitsubishi

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "Un été au Japon – Mitsubishi Lancer EX Turbo (1980-1984)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SAM
Invité
Thomas Roux
Invité

Je précise qu’il n’y a aucun jugement négatif de ma part sur la Renault 9 😉

SAM
Invité

@Thomas Roux. Et je n’ai aucun jugement négatif dessus. Cela me faire dire qu’il y a eu un joli reportage d’un grand magazine sur la Clio Williams, la R21 Turbo et le Safrane Bi-Turbo. Cette Lancer a de la gueule! On les a trouvé ringardes ces autos. La nostalgie nous donne envie de les redécouvrir … Dans un monde auto trop conformiste en 2017!

SAM
Invité

Un été aux USA avec une Crown Victoria ou une Impala … ça risque de donner aussi! 😉

Daniel
Invité

Auto excellente

puzo
Invité

Oui Mitsu était plus inspiré qu’aujourd’hui…
La R 9 GTS de 1983 que j’ai achetée neuve et eue pendant 3 ans était aussi excellente

Membre

Sympa cette auto 🙂 entre le pont rigide l architecture de propal associés à un moteur turbo certainement assez on/ off caractéristique de l époque , Ca devait être bien sport à conduire.

Mitsu ne fait plus rien aujourd’hui, plus de sportives….

Thibaut Emme
Admin

Mitsubishi a failli mourir. Ils se retapent avec du 4×4 et de l’hybride.
La sportive reviendra peut-être…si la santé le permet.

wizz
Membre

comme dirait Coluche, il suffirait que personne n’achète de sportives Mitsubishi pour que ce dernier n’en fabrique plus…

Thomas Roux
Invité

Alors quelle Misère… 😉

labradaauto
Invité

..cette bonne auto était un excellent exercice de conduite. Seul un bon pilote pouvait en tirer la quintessence .La Lancer, comme la capri 2600 rs n’a jamais été homologuée en gr 1. La Ford escort 2000 RS, elle l’était, et avec le catalogue d’options que la fiche d’homologation, à chaque fois mise à jour acceptait . Cette Lancer est à conserver collector. J’aime beaucoup. C’est une propulsion robuste avec un bon moteur, un autobloquant. Dans le coeur des gens de « ces temps là », forcément qu’elle toise absolument toutes les tractions…

wpDiscuz