Accueil Berlines Essai Peugeot 508 1.6 THP 165 ch Auto : Telle qu’elle aurait...

Essai Peugeot 508 1.6 THP 165 ch Auto : Telle qu’elle aurait dû être

622
58
PARTAGER

Lorsqu’arrive la mi-carrière d’un modèle, un constructeur a le choix entre deux possibilités : soit le remettre totalement à jour techniquement en lui offrant quantité de nouveaux moteurs et/ou des technologies inédites tout en se contentant de retouches esthétiques légères, soit le restyler généreusement et en faisant peu évoluer la partie technique. Pour sa 508, Peugeot a opté pour la seconde option. Et les modifications apparaissent comme tellement réussies que l’on en vient à regretter que la familiale n’est pas été directement lancée sous cette forme.

A défaut d’une routière comme la Renault Latitude ou d’une familiale premium comme la Citroën DS5, la gamme Peugeot se voit chapeautée par la 508, une familiale « normale » désormais âgée de quatre ans. Elle a donc atteint le stade du restylage de mi-carrière, un restylage qui, espère-t-on du côté de l’Avenue de la Grande Armée, lui permettra de résister encore quelques années. C’est toujours une tâche bien ardue…

Présentation générale

En France, le marché des familiales va mal. En 2013, il a chuté de 19,9 % par rapport à 2012, passant sous la barre des 220 000 immatriculations. En Europe, cela ne va guère mieux avec une baisse de 7,5 %. Face à ce marasme, la Peugeot 508 résiste plutôt bien en conservant, sur le marché français, la tête de la catégorie. Mais de 2012 à 2013, les ventes ont tout de même baissé de 16,1 %. Et 2015 s’annonce comme une année difficile. Renouvellement des Renault Laguna, VW Passat et Audi A4, restylage de la BMW Série 3… Les rivales les plus proches de la 508 vont faire peau neuve dans les 12 prochains mois. Aussi, Peugeot prend les devants et retouche assez profondément sa familiale.

Peugeot_508_s-10

Au programme, deux moteurs essence (1.6 VTi 120 ch et le nouveau 1.6 THP 165 ch), six moteurs diesel (1.6 e-HDi 115 ch, 2.0 HDi 140 ch et 160 ch, 2.0 BlueHDi 150 ch et 180 ch, et 2.2 HDi 200 ch), une variante hybride (200 ch) et trois carrosseries (berline, break SW et RXH). Une gamme complète à laquelle il ne manque qu’un coupé qui aurait perpétué la lignée des 404, 504, 406 et 407.

Style extérieur

Nouveau bloc calandre/bouclier, nouveau capot, optiques inédites… les designers de la marque au lion ont eu les coudées franches pour donner un coup de jeune à la familiale. Les projecteurs avant sont désormais, comme l’ensemble de la face avant, plus verticaux. Ils arborent également l’encoche en partie inférieure désormais caractéristique de la marque. Leur forme plus complexe qu’auparavant a nécessité un nouveau capot qui, au passage, perd le lion, ce dernier reprenant place au centre de la calandre. Ainsi remaquillée, la 508 arbore de faux airs de… 505. Une belle référence à celle qui fut le dernier vrai succès de la firme sochalienne sur le marché de la berline haut de gamme. Quant aux feux de jour, désormais à LED sur toute la gamme, ils prennent place dans le bouclier et arborent la forme de crosse caractéristique des nouvelles Peugeot.

Peugeot_508_s-7

La partie arrière est, elle aussi, profondément remaniée. Les inédits couvercle de coffre et bouclier affinent l’ensemble tandis que les feux reprennent la triple griffe, elle aussi caractéristique du design Peugeot actuel. Au final, cette 508 phase II parait plus statutaire. Voilà qui devrait plaire aux clients chinois qui devraient rapidement devenir les premiers acheteurs de ce modèle.

Style intérieur

Dans l’habitacle, les changements sont bien plus discrets. On note le passage de l’orange au blanc en ce que concerne l’éclairage des commandes, la disparition, sur la console centrale, des commandes du système multimédia (il est désormais à écran tactile), ainsi que les habituels nouveaux inserts et tissus inédits. La finition est toujours d’un très bon niveau. Quant aux matériaux utilisés pour la composition de la planche de bord, ils sont eux aussi, comme auparavant, de grande qualité sur la partie supérieure. La partie inférieure doit, elle, se contenter de matériaux durs et à l’aspect pas très valorisant.

Peugeot_508_s-23

Sans surprise, c’est le noir qui est à l’honneur dans cet intérieur. mais toutes les versions disponibles avec le 1.6 THP 165 ch qui nous intéresse aujourd’hui peuvent recevoir, avec ou sans supplément de prix suivant les cas, des tissus gris clair ou des cuirs beige ou brun.

Equipement

Dans cette catégorie, le contenu technologique joue une place prépondérante au moment du choix. Agée de quatre ans, la 508 accusait, et c’est tout à fait normal, un retard en la matière par rapport à ses concurrentes les plus jeunes et/ou les plus huppées. Peugeot n’est pas allé jusqu’à combler entièrement ce retard, l’adaptation de certaines technologies à une auto qui n’était pas à l’origine prévue pour les recevoir ayant sans doute été trop coûteuse. On se réjouit toutefois de l’arrivée d’un écran tactile, malheureusement parfois un peu long à réagir, de la caméra de recul, du système de surveillance des angles morts, des projecteurs full LED (encore rare, même dans cette catégorie mais Peugeot s’est, semble t-il, décidé à être l’un des pionniers de cet équipement) couplés au passage automatique des feux de route.

Peugeot_508_s-9

De quoi se concocter une 508 douillette pour peu que l’on opte également pour les sièges électriques à mémoire et la climatisation quadri-zone. Sur les versions équipées du système multimédia à écran tactile (de série en combinaison avec le 1.6 THP), il est possible de choisir également le bouquet de services en ligne Peugeot Connect Apps. Si la marque n’en a pas encore communiqué le tarif, on peut s’attendre à ce qu’il soit aussi salé que sur les 208 et 308 (379 € pour la première année).

Principaux équipements et options
Peugeot 508 1,6 THP 165 ch AutoAllureFéline
Feux de jour à LEDSS
Régulateur/limiteur de vitesseSS
Radar de reculSS
Climatisation automatique bi-zoneSnd
Jantes alliage 16″ndnd
Pack VisibilitéSS
Rétroviseurs extérieurs rabattables électriquementSS
Système multimédia à écran tactileSS
Ouverture/démarrage mains libresSS
Affichage tête hauteSS
Frein de stationnement électriqueSS
Jantes alliage 17″SS
Sellerie cuir/tissuS
GPSSS
Peugeot ConnectSS
Antibrouillards avant à LEDSS
Radar de stationnement avantPackS
Cliamtisation automatique quadri-zonePackS
Caméra de recul350 €S
Pack Cuir1,510 €S
Projecteur full LED1,100 €S
Stores pare-soleil pour lunette et vitres latérales arrièrePackS
Système de surveillance d’angles mortsPackS
Aide au stationnement avant + Caméra de recul + Système de surveillance d’angles morts850 €S
Frein de stationnement électrique + Aide au démarrage en côte + Ouverture démarrage mains libresSS
Climatisation automatique quadri-zone + Stores pare-soleil pour lunette et vitres latérales arrière560 €S
Jantes alliage 18″490 €490 €
Peinture métallisée630 €630 €
Peinture Blanc nacré860 €860 €
Toit ouvrant électrique900 €900 €
GPS + Peugeot ConnectSS
GPS + Affichage tête haute + Peugeot ConnectSS
Système Hi-Fi JBL700 €700 €
Sièges avant électriques et chauffants510 €nd
Pack Cuir Sport Nappa (1)nd1,510 €
Pack Style (2)ndnd
(1) Sellerie cuir Nappa, sièges avants électriques et chauffants et rétroviseurs extérieurs indexés à la marche arrière
(2) Jantes alliage 17″, entourage des vitres latérales chromé et roue de secours 16″

Modularité / habitabilité

Difficile d’innover en matière de modularité lorsque l’on est une classique berline tricorps. La 508 se contente donc de la sempiternelle banquette arrière rabattable 1/3-2/3. En matière d’habitabilité, par contre, cette variante restylée continuera à faire le bonheur de nos hauts fonctionnaires et ministres. Ils parviendront à caser sans peine leurs genoux, leurs coudes et leurs épaules. Seuls les plus grands regretteront que le cuir chevelu côtoie d’aussi près le pavillon.

Contrairement à la plupart de ses rivales germaniques, la 508 n’impose pas à l’occupant de la place centrale arrière la présence d’un tunnel de transmission. Normal, puisqu’il s’agit d’une traction sans possibilité de transmission intégrale traditionnelle. Mais la console centrale proéminente, ce qui se justifie dans la cas de la Féline de notre essai par la présence des commandes de climatisation arrière, l’empêchera de se sentir pleinement à l’aise. Un sentiment accentué par le dessin de la banquette, étudié de façon à favoriser, comme toujours, les occupants des places latérales.

LIRE LA SUITE >>>
Châssis, confort et comportement
Moteur et transmission
Parlons argent
Conclusion

Peugeot_508_s-20
Crédit photos : Cédric Morançais/le blog auto

Poster un Commentaire

58 Commentaires sur "Essai Peugeot 508 1.6 THP 165 ch Auto : Telle qu’elle aurait dû être"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Greasypic
Invité

C est un descriptif ça, pas un essai.

Admin

Si vous cliquez sur le lien « Lire la suite » en fin de post, vous aurez les impressions dynamiques…

AutoRadio Gps
Invité

Merci a Mr Morancais pour cet article, Bonne continuation!

ttfch
Invité

« l’on en vient à regretter que la familiale n’est pas été directement lancée sous cette forme »
Etre ou avoir, telle est la question…

mario
Invité

« Full led technology » sur le phare c’est d’un cheap sans dec.

Invité

pas faux

vince
Invité

tu iras dire pareil à BMW qui marque « XENON technology » sur ses phares 😉

MINI_Stig
Invité

« tandis que les feux reprennent la triple griffe, elle aussi caractéristique du design Peugeot actuel. » En fait la 508 ph1 avait déjà la « triple griffe » dans les feux arrières, par contre ces derniers ont également changés de forme, avec leur base devenue horizontale, ils sont donc totalement inédits eux aussi.

Article bien complet, et bonne voiture ! 🙂

wpDiscuz