Accueil Essais Porsche Boxster 2005 – comportement sur circuit

Porsche Boxster 2005 – comportement sur circuit

47
3
PARTAGER

Boxster_interieur_blogimageAprès quelques essais champêtres ou le Boxster se revela être un compagnon de promenade à la fois ludique et confortable il était temps de voler le volant à mon collègue qui semblait y être irrémédiablement collé, pour voir si ce roadster mérite le mythique écusson de la firme de Stuttgart. Rappelons tout de même qu’il s’agit ici d’un modèle 2.7l standard et non pas de la version S plus musclée.

Nous voici donc arrivés au portes du centre d’éssais et de recherche automobile de Mortefontaine (célèbre pour ses éssais renversants de la Logan) ou le circuit routier de 5km nous attend pour un éssai plus poussé dans un cadre prévu à cet effet. Le CERAM possède en effet une piste à revêtements variables idéale pour les éssais de performances, de validation et de fiabilité. Pas de photo ni de caméra, trop de modèles confidentiels sont à l’essai sur l’anneau, le routier nous attend les bras ouverts.

Le moteur du Boxster peut paraitre un peu creux à bas régime dans sa configuration 2.7l et demande un certain régime pour créer les premieres sensations auxquelles finissent par se joindre un feulement de flat6. Il faudra donc maintenir le régime au dessus de 5000t/mn pour en tirer la quintessence.

Les premiers tours d’acclimatation sont surprenants, le boxster ne bronche pas dans la série d’enfilades prévue à cet effet, le train avant est précis en entrée et la motricité bonne en sortie de courbe. La piste est dotée d’une forte compression avant une montée abrupte que le chassis semble engloutir sans vraiment s’en soucier, suivie d’une double courbe en dévers qui projette la voiture vers le rail de sécurité.
Le Boxster serait-il joueur? L’ESP n’est pas intrusif, mais commence à flasher de façon réguliere ce qui peut déconcentrer, il est donc temps de le déconnecter et de pousser l’engin dans ses retranchements. Les tours suivants s’avèrent un véritable bonheur. La voiture s’inscrit avec autant de précision malgré l’absence d’électronique et commence à dériver des 4 roues sans pour autant perdre le cap. Les transferts de masse sont un régal et le volant devient presque un élément superflu dont le rôle principal est devenu celui d’un léger correcteur de trajectoire, dans un sens comme dans l’autre. Les freins ont un mordant qui n’a rien à envier à celui de sa grande soeur et qui contribuent à la précision du train avant dans les courbes sérrées. Fin de l’essai, les pneus sont à temperature de cuisson mais leur comportement se n’est jamais dégradé, pas plus que celui des freins mis à rude épreuve. Cette citadine accessible à tous s’avère un peu sous motorisée pour un tel chassis mais d’une éfficacité redoutable dans les changements de cap. Elle sait être rassurante en cas d’erreur et incroyablement ludique si l’envie vous prend de gouter aux joies de la piste. Qui a dit voiture de coiffeur?

Lire également:
Essai Porsche Boxster 2005: Presentation

Essai Porsche Boxster 2005: Comportement routier

Piste_dessai_ceram

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Porsche Boxster 2005 – comportement sur circuit"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Stingray
Invité

Voiture de coiffeur ?

Est ce que, par le plus grand des hasards, on deviendrait un tantinet  » cabot  » sieur Christophe ou envisagerait-on de vouloir  » couper les cheveux en quatre  » dans les articles, au sein de ce blog ???

J’avais déjà remarqué un certain ton de persiflage et voici que l’on y ajoute un grain de dérision et de moquerie ???

Pendant que les souris ( d’ordinateurs, bien sûr!! ) dansent à Francfort aux sons des  » belles sirènes allemandes « , le chat ronronne en Boxter…je vois que la vie de ce Blog devient infernale et totalement ultralibérale…

christophe Labedan
Invité

C’est un metier tres dur… Prochain éssai, le Cayenne S puis direction l’angleterre pour la derniere Ford Mustang sur le centre d’essai Ford… quelle vie 🙂

Stingray
Invité

Si je puis me permettre, comme le dit si bien le dicton  » Il n’y a de la chance que pour la parfaite canaille « 

Enfin, j’espére lire un article  » aux petits oignons  » concernant la nouvelle Mustang…right sir !!!

L’idée de la vidéo avec fond musical idoine, apporte un plus…incontestable à ces essais….

Bon, je vous souhaite, tout de même, un bon vent…et que les 8 et 12 cylindres vous emportent dans la zone rouge !!!

Amicales salutations de StinGray

wpDiscuz