par Elisabeth Studer

Mia Electric : 3 candidats à la reprise dans le cadre d'une nouvelle procédure

Nouvel épisode dans le dossier société en liquidation judiciaire depuis le 12 mars, estimant insuffisantes les propositions faites par les éventuels repreneurs, trois candidats viennent de déposer un dossier dans le cadre d'une nouvelle procédure. Cette dernière, dont l'objectif est de mettre en vente les actifs de l'usine, devrait s'achever vers le 25 juin.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Nouvel épisode dans le dossier Mia Electric. Alors que le 14 mai dernier, le tribunal de commerce de Niort a rejeté trois offres de reprise de la société en liquidation judiciaire depuis le 12 mars, estimant insuffisantes les propositions faites par les éventuels repreneurs, trois candidats viennent de déposer un dossier dans le cadre d'une nouvelle procédure. Cette dernière, dont l'objectif est de mettre en vente les actifs de l'usine, devrait s'achever vers le 25 juin.

Lors de la procédure initiale, les offres avaient été formulées par 4H holding, Newco, la société productrice de batteries E4V, et par le consortium Mia Génération rassemblant le fabricant de batteries coréen Kokam, le groupe allemand Magum Pyrex, et la société française FSB Holding.

Les deux premières offres ne proposant aucune reprise de salariés Mia, mais uniquement des reprises partielles de l’outil de production, le tribunal de commerce de Niort les a écartées.  Il est donc compréhensible que la société 4H Holding, laquelle a déjà repris la société alsacienne de production de voitures électriques Lumeneo, n'ait pas souhaité renouveler son offre dans le cadre de la nouvelle procédure mise en place.

Restent désormais en course : le consortium Mia Génération, le fabricant de batteries E4V – dont la Mia est équipée - et la société NSD2 (Network Strategy Distribution Development) spécialisée dans le conseil dans le domaine de la mobilité électrique.

Rappelons que la précédente offre de Mia Génération valorisait les éléments d’actifs du constructeur de voitures électriques à 300 000 euros, tout en proposant parallèlement la réembauche de 76 salariés Mia Electric. Une valorisation jugée bien trop faible par le tribunal de commerce. Lequel avait également perçu comme un peu trop optimiste le business plan de reprise.

Source : Reuters

Crédit image : Mia Electric

Pour résumer

Nouvel épisode dans le dossier société en liquidation judiciaire depuis le 12 mars, estimant insuffisantes les propositions faites par les éventuels repreneurs, trois candidats viennent de déposer un dossier dans le cadre d'une nouvelle procédure. Cette dernière, dont l'objectif est de mettre en vente les actifs de l'usine, devrait s'achever vers le 25 juin.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.