Lancer le diaporama
Essai Opel Insignia 2.0 4X4 260 ch BVA 8 1
+12
LANCER LE DIAPORAMA
par Pierrick Rakotoniaina

Essai Opel Insignia 2.0 4X4 260 ch BVA 8

En 2009, l’Opel Insignia fut sacrée voiture de l’année. Cette grande berline qui commence donc à accuser le poids des ans, s’apprête à tirer sa révérence. Nous avons pris le volant de sa remplaçante qui en passant rajoute « Grand Sport » à sa dénomination.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Extérieur et Interieur

Quand les premières photos de l’Insignia Grand Sport sont sorties, beaucoup d’observateurs furent surpris par son design convaincant. Dans la réalité, nous ne sommes pas déçus non plus. Cette berline élancée ne manque pas d’élégance, tout en affichant une modernité dans le regard bienvenue. En fait, elle n’a définitivement plus rien à voir avec celle qu’elle remplace. On apprécie l’avant qui s’articule autour d’une large calandre, qui couplé à son regard à leds, lui donnent une certaine stature quand on la croise. Son profil fluide, reste marqué par une virgule pour alléger sa longueur. L’effet est réussi. Quant à l’arrière, il apparaît plutôt simple, et intègre parfaitement le hayon. En outre, elle s’est allégée en chromes, et c’est tant mieux.

A l’intérieur, si on reconnaît la présentation maison, on note tout de même une nette amélioration en termes de finition. Cependant, on reste encore sensiblement en retrait par rapport à ce qui se fait de mieux dans le segment, sans forcément chercher du côté des Allemandes. On est plutôt bien installé à bord, à l’avant comme à l’arrière avec beaucoup d’espace. Le coffre cube 490 litres (1 450 banquette rabattue), et se charge très facilement. L’écran numérique à la place des compteurs se voit complété par un afficheur tête haute qui projette les informations relatives à la conduite directement sur le pare brise. En outre, elle récupère des équipements qui font maintenant partie de la dotation de base des berlines modernes du segment, comme une aide au maintien de file, ou entre autres un régulateur automatique pour tranquilliser les longues liaisons derrière le volant. Elle s’offre même le luxe de proposer les sièges chauffants… à l’arrière !

Sur la route

Pour une fois, nous avons fait le choix d’une base technique qui aura peu de chances de trouver des adeptes en France. Voire pas du tout, car sauf erreur, notre puissant moteur essence turbo n’apparaitra pas a priori au catalogue dans notre pays, notamment pour des questions de CO2.  On ne nous a pas non plus laissé beaucoup d’espoir quant à l’arrivée d’une version OPC. Cependant nous étions fortement intéressés par la nouvelle transmission intégrale et la boite automatique à 8 rapports qui feront partie à termes de la dotation pour la France. Avec une telle puissance, nous pouvions ainsi mettre à l’épreuve le mode 4X4. En fait tout se fait automatiquement, comme sur toutes les berlines du genre qui possèdent 4 routes motrices. Les routes détrempées de l’arrière-pays de Francfort nous ont donc mis dans des situations idéales pour le voir agir. C’est sans hésitation que nous écrasions la pédale de droite en sortie de virage, en restant alerte pour contrer une éventuelle surprise. Non seulement il n’y en aura pas, mais en plus la transmission intégrale rejette le couple sur les bonnes roues pour assurer une motricité exemplaire, mais aussi aider à tourner. On croirait même avoir un autobloquant, ce qui n’est pas le cas.

On mène ainsi sereinement notre Insignia Grand Sport au chassis plutôt bien équilibré, qui n’a pas de tendance particulière pour le souvirage, sauf si on aborde un virage trop vite, Opel n’ayant pas encore inventé la magie. Côté freins, la pédale se montre facilement dosable, mais ils ont tout de même montré quelques signes de faiblesse, après il faut le dire des freinages appuyés successifs lors d’aller-retours à des fins de tournage vidéo sur une route escarpée. Le mode Sport dynamise un peu les choses, mais finalement c’est surtout le monde « Tour » qui se distingue par un amortissement adouci, idéal pour avaler des kilomètres d’autoroutes en sublimant le confort. Il faut s’en passer sur la route en revanche, pour préserver les estomacs intacts. La nouvelle boite automatique à 8 rapports, fait très bien son job, du moment qu’on ne lui demande rien. Elle égrène ses vitesses sans à-coups en conduite normale. Même en la bousculant, elle va chercher le meilleur rapport sans hésiter quand on accélère franchement. C’est une toute autre histoire quand on essaie de prendre la main dessus, via les palettes ou le sélecteur. Etant plutôt lente à la commande quand on rétrograde, on appuie souvent une seconde fois pour presser le manœuvre… sauf qu’elle prend deux fois l’information, et passe en 1ère alors qu’on voulait juste rentrer la seconde. Là en revanche, l’à-coup est assez brutal. En fait, il faut oublier le mode séquentiel, qui de toute façon n’apporte pas grand chose au final, compte tenu du bon étagement de la transmission.

Conclusion

Opel améliore ainsi avec cette nouvelle génération d’Insignia, non seulement ses propres standards, mais se met aussi un peu mieux au diapason de la concurrence généraliste. Elle n’a rien à leur envier en termes de technologies embarquées, tout en offrant des prestations routières de bon niveau. Elle a en tout cas suffisamment d’atouts pour s’immiscer de meilleure manière dans ce segment particulièrement difficile, qu’est celui des berlines en Europe, et notamment sur notre territoire.

+Style moderne
Equipements technologiques
Transmission intégrale
-Finition en retrait par rapport à la concurrence
Boite auto dans certaines phases de conduite

Opel Insignia Grand Sport
Moteur
Type et implantation4 cyl. Turbo Essence
Cylindrée (cm3)1 998
Puissance (kW/ch)260
Couple (Nm)400
Transmission
Roues motricesIntégrale
Boîte de vitessesAutomatique 8 rapports
Châssis
Suspension avant
Suspension arrière
Freins
Jantes et pneus
Performances
Vitesse maximale (km/h)250
0 à 100 km/h (s)7,3
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)
Cycle extra-urbain (l/100 km)
Cycle mixte (l/100 km)8,4
CO2 (g/km) 197
Dimensions
Longueur (mm)4 897
Largeur (mm)2 093
Hauteur (mm)1 455
Empattement (mm)2 829
Volume de coffre (l)490
Réservoir (l)62
Masse à vide (kg)1 649

Pour résumer

En 2009, l’Opel Insignia fut sacrée voiture de l’année. Cette grande berline qui commence donc à accuser le poids des ans, s’apprête à tirer sa révérence. Nous avons pris le volant de sa remplaçante qui en passant rajoute « Grand Sport » à sa dénomination.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos