Lancer le diaporama
Essai Volkswagen T-Roc TSi de 150 ch
+30
LANCER LE DIAPORAMA
par Pierrick Rakotoniaina

Essai Volkswagen T-Roc TSi de 150 ch

Le Volkswagen T-Roc, l’une des meilleures ventes de la marques, passe par la case restylage. Ses ambitions n’ont pas changé. Le succès en tant que référence du marché, reste son principal objectif. Sa mise à jour suffit-elle pour résister sur ce segment hyper concurrentiel ?

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech
Podcast Men's Up Life
 

Un style qui évolue peu

Lancer le diaporama
Essai Volkswagen T-Roc TSi de 150 ch
+30

On serait tenté de dire oui en ce qui concerne le design. La force de VW en la matière, reste l’absence de surprise, avec un style plutôt sobre et classique pour la maison. Pour ce restylage, il n’était ainsi pas question de révolutionner un regard qui a plu à ses clients jusqu’ici. Les plus observateurs remarqueront tout de même les menus changements opérés. 

La face avant évolue très légèrement avec une signature lumineuse revue. Comme toutes les nouvelles Volkswagen du moment, un bandeau lumineux joint les deux phares. Deux flèches de leds habillent également le bouclier. Statu quo concernant le profil. L’arrière répond à l’avant avec des catadioptres presque dans le même style. Ainsi il s’inscrit mieux dans la logique de design actuellement en vigueur dans le catalogue. 

Un peu de Golf 8 à bord

Lancer le diaporama
Essai Volkswagen T-Roc TSi de 150 ch
+30

Pour demeurer l’une des références de ce marché très disputé, il fallait clairement rehausser le niveau de jeu à l’intérieur. La présentation change de manière bien plus radicale qu’à l’extérieur. Tout d’abord, il accueille le volant de la Golf 8, qui a lui seul donne un coup de neuf à l’habitacle. Surtout il a droit à des touches de raffinement, avec une planche de bord moussée avec des surpiqures. 

Comme on l’attend désormais, les aiguilles ont disparus pour laisser place à un Digital Cokpit couleurs, sur toutes les versions. L’écran central tactile prend de la hauteur et s’avère plus facile à utiliser. Evidemment, il s’avère hyper connecté pour satisfaire le plus grand nombre, avec notamment l’intégration de CarPlay et Android Auto. La climatisation gagne aussi des touches sensitives. L’habitalité reste identique. 

Aucune électrification. A l'ancienne!

Lancer le diaporama
Essai Volkswagen T-Roc TSi de 150 ch
+30

Soyons clairs, nous conduisons la même voiture qu’auparavant, la plateforme n’ayant fait l’objet d’aucun changement. Son comportement plutôt sain et équilibré ne joue pas dans la caricature, avec un confort exacerbé par des suspensions molles. Ces dernières ne sont pas réglées non plus pour jouer les fausses sportives. Cependant, elles percutent un peu à basse vitesse, mais rien de bien méchant. Un 3008 gère cependant mieux le compromis. 

Pour le dynamisme, il faudra aller chercher du côté du T-Roc R, qui va continuer d’exister. Il s’agit d’une exception que peu peuvent revendiquer, surtout sans faire appel à une quelconque hybridation. Néanmoins l’absence d’une machine électrique devient désormais aussi un handicap, surtout sur ces marchés à gros volume. La réglementation favorisent les PHEV et autres systèmes 48V. On connaît l’objectif, des niveaux d’émissions et de gazplus réduits sur la fiche technique. 

Une voiture qui se conduit "à l'ancienne"

Lancer le diaporama
Essai Volkswagen T-Roc TSi de 150 ch
+30

D’une certaine façon, le T-Roc 2022 se conduit encore à l’ancienne si l’on peut dire. On démarre, le moteur se met en route, et seul un start-stop vient jouer les trouble-fêtes pour peu qu’on ne le désactive pas. Le mode sport sert juste à rendre la voiture plus réactive. Ici, on ne se soucie pas du niveau de batterie. La réponse du moteur est constante, contrairement à certaines hybrides, qui ne réagissent pas toujours de la même façon lors d’une forte accélération.

Même chanson en ce qui concerne aussi le freinage, avec une pédale qui permet de doser sa force sans mauvaise surprise à cause d’un système de régénération. La consommation s’avère ainsi également facile à lire, dépassant sensiblement les 7 litres. Les 150 chevaux toujours aussi présents semblent offrir le meilleur compromis au T-Roc. Il se montre assez souple en ville et surtout plus adapté que le 110 pour aligner les kilomètres. On l’aimerait juste un peu moins sonore.

On aime :
  • Dotation de série
  • Agrément moteur
  • Equipements
On aime moins :
  • Pas d’électrification
  • Tarifs en augmentation
  • Amortissement ferme à basse vitesse  

 

Pour résumer

Le T-Roc ainsi modernisé va pouvoir finir sa carrière, en étant surtout à jour en termes d’équipements. Les rouleurs l’apprécieront toujours autant. Toutefois, son manque d’hybridation va rapidement le mettre en difficulté, que ce soit pour rester dans les clous des normes CAFE ou plaire à une clientèle réclamant de plus en plus d’électrification. Avec un ticket d’entrée de 32 560 €, il n’est pas donné. Notre version d’essai intermédiaire coûte 36 410 € dont 1 630 € d’options.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos