par Le Blog Auto

Quelles sont les solutions pour recharger un véhicule électrique ?

L’un des points d’achoppement d’une voiture électrique, outre son autonomie sur une charge, c’est la recharge. Cette recharge peut se faire de différentes manières, et à différents coûts. Tour d’horizon de ces solution pour recharge un VE.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

La première façon de recharger un véhicule 100% électrique, c’est évidement chez soi, avec l’électricité de son domicile. Cette solution la plus souple demande tout de même d’avoir un emplacement dédié, ainsi qu’un moyen d’amener l’électricité à cet emplacement. Garage fermé, carport, place extérieure, en habitation individuelle ou collective, en fonction de votre situation ce sera plus ou moins simple de « tirer un câble ».

Une prise ou une wallbox suffisent généralement

Vient ensuite le choix de la recharge. En effet, un VE peut se charger en courant alternatif (AC) classique, ou bien avec un courant continu (DC). En fonction du type de courant, vous allez pouvoir disposer de différentes puissances de charge. La puissance, exprimée en Watts (W ou kW) va influer directement sur le temps de chargement. Plus elle est forte et moins de temps cela prend pour « un plein » de la batterie. C’est toutefois limité par la batterie elle-même et les chargeurs embarqués dans la voiture.

Le plus simple, pour la recharge d’une voiture électrique, est de la brancher directement sur une prise domestique 10 ampères (A), ou une prise 16A, voire 16A certifiée. Avec la prise domestique simple, la puissance de charge peut atteindre 2,3 kW. Aussi, cela signifie qu’il faut 7 heures environ pour obtenir 15 kWh, de quoi faire à peu près 100 km dans une citadine électrique.

Mais, un particulier peut aussi faire installer par un électricien professionnel un boîtier mural, alias wallbox. Ces boitiers peuvent délivrer 7,4 kW en monophasé (32A, 230V) ou 11 kW en triphasé 16A. Avec une wallbox monophasée 7,4 kW, les 100 km d’autonomie sur notre citadine s’obtiennent en 2h environ. Une nuit de charge de 8h permet de récupérer de quoi faire le plein d’une Renault Zoe, une Tesla Model 3 Propulsion, une Peugeot e-208 ou même une Nissan Leaf. Ces solutions sont largement suffisantes pour les trajets de tous les jours d'une immense majorité de Français. Selon votre contrat électrique, il vous en coûtera entre 13 et 17 centimes d’euros le kWh.

Des bornes publiques plus ou moins rapides

Evidemment, quand on part en voyage avec son véhicule électrique, on peut difficilement envisager de ne pas recourir aux bornes rapides. Ces bornes ont des puissances de 50 kW ou plus, sous un courant continu, et permettent de récupérer beaucoup d’énergie en 30 minutes de temps. On peut aussi se brancher par défaut sur une borne dite accélérée à 22 kW que l’on trouve plus facilement sur nos routes. Mais sous 22 kW de puissance, il faudra attendre 3h ou plus pour refaire le plein de la batterie. Ces bornes 22 kW, on les trouve généralement sur les parkings de grandes surfaces, les parkings sous-terrain, les administrations publiques, etc.

Heureusement, les chargeurs à forte puissance sont là pour raccourcir le temps de charge. Sur une borne 50 kW, patienter un peu moins de 1h permet de récupérer 80% de la batterie et repartir aussitôt. Selon le modèle de véhicule électrique, il sera compatible avec des puissances plus ou moins élevées. Généralement avec une batterie lithium-ion, on applique la règle dite des « 2C » où C est la capacité de la batterie. C’est-à-dire que si votre batterie fait 50 kWh de capacité, elle peut être chargée sous 100 kW de puissance au maximum

Une demi-heure suffit alors généralement pour passer de 10 à 80% de charge de la batterie. Attention, le coût de la charge peut varier énormément sur ces bornes. Certains opérateurs affichent un prix de 33 centimes le kWh environ (le double du prix à domicile), d’autres vont facturer plus de 80 centimes le kWh. Enfin, certains ne facturent pas à l’électricité effectivement délivrée, mais au temps passé en charge. La facture peut alors vite exploser.

A noter qu’en Europe, on utilise la prise Combo CSS pour ces chargeurs DC rapides. Mais, d’autres normes existent comme CHAdeMO pour le Japon et Nissan. Cela demande à vérifier que la borne supporte cette norme, ou d’avoir un adaptateur avec soi. Si vous voyagez hors d’Europe avec votre véhicule électrique, là encore, attention aux normes et aux tensions de courant.

Accepter certaines contraintes

Le véhicule 100% électrique à batterie demande donc de planifier un peu ses déplacements et de les anticiper. Si vous rentrez chez vous le soir à 20h avec  5% de la capacité restante, et que vous voulez repartir à 6h du matin, cela pourrait poser problème. C’est à vous de voir quels usages vous allez faire de votre voiture pour savoir si une simple prise, ou un boîtier mural 7,4 kW seront suffisants.

Il est important également avant d’acheter votre VE de vérifier la puissance maximale admissible qu'il supporte. Cela donne le temps minimum à attendre à une borne rapide d’autoroute ou de voie express. Le temps d’une pause déjeuner et vous serez repartis. En revanche, si vous pensez faire souvent des trajets de 700 km ou plus d’une traite, le véhicule électrique n’est pas pour vous.

Pour résumer

L’un des points d’achoppement d’une voiture électrique, outre son autonomie sur une charge, c’est la recharge. Cette recharge peut se faire de différentes manières, et à différents coûts. Tour d’horizon de ces solution pour recharge un VE.

Le Blog Auto
Rédacteur
Le Blog Auto

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.