par Thibaut Emme

Mia est encore en vie, des pistes de reprises évoquées

Passée la stupeur de la décision du Tribunal de Commerce de Niort de mettre en liquidation la société MIA Electric 15 jours avant la fin de la période d'observation, la Présidente Michèle Boos contre-attaque et tente de sauver la société.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Passée la stupeur de la décision du Tribunal de Commerce de Niort de mettre en liquidation la société MIA Electric 15 jours avant la fin de la période d'observation, la Présidente Michèle Boos contre-attaque et tente de sauver la société.

2 millions d'euros injectés en échange d'un allègement des charges

En plus d'avoir interjeté appel de la décision de liquidation auprès du Tribunal de Commerce de Niort, Michèle Boos annonce avoir un business plan qu'elle ne manquera pas d'exposer au Tribunal pour les convaincre de la pérennité de la société. Selon elle, 2 millions d'euros peuvent être injectés dans l'entreprise mais la condition sine qua non serait un allègement de certaines charges salariales.

En effet, lors de la reprise des ex-Heuliez par Mia Electric, les salariés avaient pu garder leur ancienneté (25 ans pour certains) ce qui leur octroie de fait des primes d'ancienneté sur lesquelles la société doit payer des charges. Ces charges sont-elles vraiment la clé de la santé financière de Mia, on peut tout de même en douter. Néanmoins Michèle Boos va tenter de poursuivre l'aventure Mia.

Une dizaine de manifestations d'intérêt

Du coté de la Présidente du Poitou-Charentes, Ségolène Royal, on s'active également pour trouver un repreneur. "Il y a une dizaine de manifestations d'intérêt, dont six pour reprendre la globalité de l'entreprise. Le potentiel est incroyable car l'usine est en parfait état et le bureau d'études et de méthodes a beaucoup de valeur" déclare-t-elle.

Mia est bien évidemment (re)devenu un enjeu politique et l'opposant principal à Ségolène Royal, Olivier Chartier, conseiller régional, demande "un audit des dépenses sur ce dossier". "Derrière la liquidation de Mia je vois surtout la liquidation des promesses de Mme Royal. En 2008 on allait voir ce qu'on allait voir: une filière industrielle du véhicule électrique, du véhicule innovant, qui fabriquerait des centaines d'emplois (...) Aujourd'hui Mia c'est plus de 10 millions d'euros investis par le Conseil régional de Poitou-Charentes".

Bref, Mia n'est peut-être pas encore tout à fait morte mais les salariés méritent mieux qu'une bataille politicienne. Sans doute mal défini dans certains de ces paramètres, la voiture électrique Mia n'en n'est pas pour autant un mauvais produit. Toutefois, il ne s'en est vendu que 201 unités en 2013 (même si selon la direction, 450 commandes sont en attente, bloquées depuis la fin de l'an dernier).

Source : AFP, illustration : Mia

Pour résumer

Passée la stupeur de la décision du Tribunal de Commerce de Niort de mettre en liquidation la société MIA Electric 15 jours avant la fin de la période d'observation, la Présidente Michèle Boos contre-attaque et tente de sauver la société.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.