par Elisabeth Studer

Hard Brexit : finance et compétitivité auto mises à mal

L'industrie automobile britannique affirme que l'échec de la conclusion d'un accord sur le Brexit (hard Brexit) pourrait coûter 55,4 milliards de livres (62,11 milliards d'euros) d'ici 2025.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

L'industrie automobile britannique affirme que l'échec de la conclusion d'un accord sur le Brexit (hard Brexit) pourrait coûter 55,4 milliards de livres (62,11 milliards d'euros) d'ici 2025.

Brexit : l'industrie automobile du Royaume-Uni exhorte à trouver un accord

En début de semaine, l'organisme britannique de l'industrie automobile (Society of Motor Manufacturers and Traders (SMMT) appelle les négociateurs du Brexit à conclure un accord d'ici la fin de 2020, affirmant que l'absence de consensus pourrait coûter au secteur 55,4 milliards de livres de droits de douane d'ici 2025 tout en risquant de compromettre sa capacité à développer la prochaine génération des véhicules zéro émission.

Un no-deal pourrait entraine une baisse de production de 2 millions d'unités

Selon la Society of Motor Manufacturers and Traders, un no-deal réduirait la production de véhicules au Royaume-Uni de deux millions d'unités au cours des cinq prochaines années.

«Avec peu de temps pour les entreprises pour se préparer aux nouvelles conditions commerciales, plus tôt un accord est conclu et les détails communiqués, moins il sera néfaste pour le secteur et ses travailleurs», a déclaré le SMMT.

Les droits de douane au cœur du sujet

Les négociateurs britanniques et européens s'efforcent de signer un nouvel accord commercial d'ici le 1er janvier 2021. En son absence, les constructeurs automobiles pourraient payer les droits de douane de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) sur les pièces et les véhicules importés et exportés vers et depuis le Royaume-Uni.

Selon l'industrie automobile britannique, les droits de douane de l'OMC pouvant atteindre 55,4 milliards de livres (62 milliards d'euros) d'ici 2025 … et viendraient s'ajouter aux charges massives pesant sur les constructeurs britanniques suite à la crise économique engendrée par la pandémie de coronavirus.

Les véhicules neufs à moteur thermique bannis au Royaume-Uni dès 2030

L'appel du SMMT pour un accord sur le Brexit intervient moins d'une semaine après l'annonce du gouvernement britannique interdisant la vente de véhicules à moteur thermique à partir de 2030 dans le cadre d'une «révolution verte» visant à réduire les émissions à zéro net d'ici 2050.

Des droits de douane de l'OMC qui s'ajoutent au cout de développement des VE

Selon l'industrie automobile britannique, les éventuels droits de douane de l'OMC ajouteraient en moyenne 2000 livres (2242 euros) au coût des voitures électriques de construction britannique vendues dans l'UE, «rendant les usines britanniques considérablement moins compétitives et sapant l'attractivité de la Grande-Bretagne en tant que destination pour les investissements étrangers".

Un tarif importé annulant quasiment les bienfaits d'une subvention

Selon le SMMMT, les tarifs douaniers ajouteraient 2 800 livres au prix d'une voiture électrique importée construite par l'UE, «annulant pratiquement» la subvention à zéro émission du gouvernement britannique de 3 000 livres (3363 euros).

Notre avis, par leblogauto.com

Crise économique engendrée par le Covid-19, Brexit, et révolution industrielle : 3 défis à relever par l'industrie automobile britannique en parallèle ! Bon courage !

Un contexte très tendu qui ne fait qu'alourdir la facture. Début octobre, le directeur financier de BMW, (Chief Financial Officer ou CFO), Nicolas Peter, rappelait pour sa part que la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne pourrait coûter jusqu’à 11 milliards d’euros au secteur automobile (constructeurs et fournisseurs réunis) selon les prévisions de l’association de l’industrie automobile ACEA. Laquelle ne précisait pas toutefois la durée retenue pour établir ses calculs.

Une situation difficilement gérable pour l'industrie, avait alors  déclaré le haut responsable de BMW, à moins que le commerce transfrontalier ne reste libre de droits de douane et non soumis aux contraintes administratives jugées pour le moins bureaucratiques.

Désormais il est question globalement pour le SMMMT d'un impact de 62 milliards d'euros d'ici 2025 !

Sources : Reuters, SMMT

Pour résumer

L'industrie automobile britannique affirme que l'échec de la conclusion d'un accord sur le Brexit (hard Brexit) pourrait coûter 55,4 milliards de livres (62,11 milliards d'euros) d'ici 2025.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.