par La rédaction

Dossier Heuliez : le CE examine deux offres

A la fin du mois de mai dernier le tribunal de commerce de Niort suivait les réquisitions du procureur de la République et validait donc en hauts lieux, on semble cautionner cette arrivée subite, l'administrateur judiciaire en charge du dossier doute en revanche de la capacité de Charles Mircher, associé gérant de la société XUL, d'apporter les 20 millions d'euros prévus. Du reste, le CE d'Heuliez vient aujourd'hui de commencer à examiner les offres. Et devinez-quoi, le plan de continuation de Charles Mircher n'est pas dans le lot...

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

A la fin du mois de mai dernier le tribunal de commerce de Niort suivait les réquisitions du procureur de la République et validait donc le placement en redressement judiciaire de l’équipementier/producteur Heuliez. Depuis les repreneurs en lice ont déposé leur dossier. Ils étaient deux au départ avant qu'un troisième mystérieux (et sentant fort une jurisprudence BKC) investisseur ne déboule revendiquant tout simplement un statut d'actionnaire majoritaire de la société après la signature d'un protocole d'accord avec le groupe BKC. Si en hauts lieux, on semble cautionner cette arrivée subite, l'administrateur judiciaire en charge du dossier doute en revanche de la capacité de Charles Mircher, associé gérant de la société XUL, d'apporter les 20 millions d'euros prévus. Du reste, le CE d'Heuliez vient aujourd'hui de commencer à examiner les offres. Et devinez-quoi, le plan de continuation de Charles Mircher n'est pas dans le lot...

"On est en train d'examiner les deux offres en compétition", a indiqué clairement Régis Valliot, l'administrateur en charge du dossier.

Encore en course alors ? Il s'agit d'une part  du fonds d'investissement malaisien Delamore et d'autre part du groupe familial français Baelen Gaillard Industrie (BGI) qui agit conjointement avec la société allemande ConEnergy. Précisons qu'une autre société allemande, le groupe pharmaceutique Kohl, est aussi désormais associée à cette offre.

Quid donc de Charles Mircher ? "Cela ne m'apparaît pas suffisamment sérieux", avance Régis Vaillot quand on lui demande le pourquoi de cette absence... C'est dire.

En attendant Régis Valliot aurait déjà sollicité le tribunal de Niort afin de demander une liquidation judiciaire des sociétés Heuliez Concord et Heuliez New World, "soit à la suite d'un plan de cession, soit à défaut de l'adoption d'un tel plan", souligne le journal Les Echos soulignant un passif supérieur à 20 millions d'euros en cumul pour les deux entités et des pertes financières gonflant au fil des mois. Le tribunal de Niort devrait se prononcer le 23 juin. A suivre comme depuis (trop) longtemps.

A voir également. Galerie Genève 2010 live Heuliez Mia.

Source : AFP et Les Echos.

Pour résumer

A la fin du mois de mai dernier le tribunal de commerce de Niort suivait les réquisitions du procureur de la République et validait donc en hauts lieux, on semble cautionner cette arrivée subite, l'administrateur judiciaire en charge du dossier doute en revanche de la capacité de Charles Mircher, associé gérant de la société XUL, d'apporter les 20 millions d'euros prévus. Du reste, le CE d'Heuliez vient aujourd'hui de commencer à examiner les offres. Et devinez-quoi, le plan de continuation de Charles Mircher n'est pas dans le lot...

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.