par Thibaut Emme

BMW va tester la batterie avancée de ONE

La chimie des batteries permet d'améliorer sans cesse la densité des piles, mais aussi leur longévité, leur temps de charge, leur capacité à encaisser de fortes puissances, etc. BMW va tester une nouvelle batterie de ONE.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

En attendant les batteries métal-air ou autre saut de géant dans les batteries, on peut déjà grandement améliorer les lithium-ion. La piste qui arrive en production est la batterie "tout état solide" (solid state). Mais, il y a également des modifications dans la chimie des batteries. La chimie, c'est le savant mélange de différents composants dans l'électrolyte, mais aussi l'anode et la cathode. 

Annoncé le 14 juin, BMW va installer et tester une nouvelle batterie de ONE (Our Next Energy) dans son SUV 100% électrique le iX. La ONE Gemini promet grosso modo de doubler la densité énergétique des piles. Ainsi, un prototype de Gemini a été installé par la start up du Michigan dans une Tesla Model S. La batterie de 103,9 kWh d'origine a été remplacée par une de 207,3 kWh ! Pour le même volume. De quoi faire passer l'autonomie de cette Tesla S de 600 à plus de 1200 km sur une charge.

BMW a investi 65 millions de dollars dans ONE en mars. Désormais, un iX va donc être équipé de la batterie Gemini. A la clé, 600 miles ou 965 km d'autonomie. De quoi faire un vrai pas en avant pour le VE. Selon Mujeeb Ijaz le fondateur de ONE, sa batterie utiliserait en outre moins d'éléments comme le cobalt, le nickel, le graphite (-60%) ou le lithium (-20%). La Gemini pourrait en plus utiliser différentes chimies pour les électrodes, pour sortir des batteries à différents prix. Les électrodes les moins performantes permettraient des prix comparables aux batteries actuelles. ONE promet une anode sans graphite et une cathode sans nickel ni cobalt.

Si la promesse de densité est tenue, cela pourrait permettre aussi d'avoir de bonnes autonomies dans des citadines ou des compactes. Si tout se passe comme annoncé, la production en série pourrait débuter en 2023, c'est-à-dire demain.

Les chiffres de la ONE Gemini

La Gemini est une batterie à double chimie. Il y a une partie LiFePOC (lithium fer phosphate avec graphène) et une LiMnO (lithium ion oxyde de manganèse). La première donne la puissance, la deuxième l'énergie (sic.). La Gemini promet une densité de 450 Wh/l quand par exemple la Model S transformée en offre approximativement 245 Wh/l. Côté rapport énergie/poids, ONE annonce 290 Wh/kg en objectif court terme.

Car oui, si la batterie affichera le double ou presque de la densité au litre, elle pèsera néanmoins plus lourd. La batterie de 207,3 kWh prototype ajoutait à la Model S 331 kg à la voiture. Une consommation environ 10% plus élevée (on compte généralement 3% par tranche de 100 kg) mais dans un volume identique.

Cela signifierait aussi que l'on pourrait avoir des batteries, de même capacité, plus faciles à caser dans des voitures basses sans être obligé de recourir aux SUV. Du côté de BMW, on regarde comment intégrer les batteries ONE dans la gamme. Mais, à quel horizon ? Reste aussi à savoir quelle est la charge admissible par la batterie double-chimie pour l'autre point noir des VEB : le temps de recharge.

Pour résumer

La chimie des batteries permet d'améliorer sans cesse la densité des piles, mais aussi leur longévité, leur temps de charge, leur capacité à encaisser de fortes puissances, etc. BMW va tester une nouvelle batterie de ONE. A la clé, la promesse de pouvoir parcourir plus de 905 km sur une charge.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.