par Nicolas Anderbegani

Lola Cars renaît de ses cendres !

Voilà une nouvelle qui devrait ravir les passionnés de sport automobile. L’emblématique marque britannique Lola, qui avait disparu en 2012, va renaître de ses cendres.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Un programme studieux de relance

Lola Cars a été acquise par Till Bechtolsheimer, un pilote britannique IMSA WeatherTech SportsCar Championship basé aux États-Unis, qui vise à ramener la marque automobile sur la scène des courses internationales. Bechtolsheimer a acquis la marque fin 2021, prenant les six premiers mois de 2022 pour mettre en place les personnes et les programmes nécessaires pour ramener Lola dans des disciplines majeures.

Ayant produit près de 5 000 voitures de course sur 400 types de modèles différents, le catalogue arrière de Lola est lucratif, fournissant une excellente base pour la nouvelle génération de voitures de course. "J'ai toujours eu une passion pour le sport automobile et, comme la plupart des fans de sport automobile, j'ai toujours aimé la marque Lola", a déclaré Bechtolsheimer. « Ce qu'Eric Broadley et Martin Birrane ont réalisé avec Lola est impressionnant. C'est une perspective intimidante mais excitante d'essayer de reconstruire Lola sur leurs traces et de rendre justice à leur héritage".

Amanda Birrane , présidente de Peer Group plc , la société immobilière de la famille Birrane basée à Londres, a déclaré : « Ma famille est très heureuse que la marque Lola appartienne à un homme d'affaires et pilote de course qui écrira le prochain chapitre de cette société britannique établie de longue date. icône de course automobile. Mon père serait ravi de revoir Lola dans le sport automobile de compétition et surtout au Mans. Nous souhaitons à Till plein succès."

"J'ai énormément de respect pour l'industrie et je comprends que ce sera un long processus." Bechtolsheimer a poursuivi. « Nous avons des plans immédiats pour des mises à niveau substantielles du centre technique Lola, en particulier de la soufflerie, et travaillons activement à notre premier projet pour remettre les nouvelles Lola sur les rails.Je crois fermement que notre plus grand atout est le nom Lola et ce qu'il signifie pour tant de personnes dans l'industrie du sport automobile, cela nous aidera à attirer de grands talents et à former des partenariats durables."

Un monument de la voiture de course

Le nom Lola a l’avantage d’être connu, respecté et de disposer d’un immense patrimoine historique. Fondée par Eric Broadley en 1958, Lola se lance en F1 dès 1962, participant par intermittence au championnat du monde sur plusieurs décennies. Dans les sixties, Lola acquiert une importante renommée avec une victoire à l’Indy 500 en 1966 et grâce aussi à la production de la légendaire T70, qui s’impose aux 24 heures de Daytona 1969. Avant que Dallara n’acquiert un véritable monopole, Lola fut un des principaux constructeurs de monoplaces au monde, remportant près de 200 victoires dans les séries CART/Indycar/Champcar, et la marque fut une vraie touche à tout, produisant des F5000, des F3, des prototypes Groupe C, des F3000, des Formule Atlantic ou encore des Formule Ford.

En F1, l’histoire fut compliquée, enchaînant les partenariats avec Beatrice Haas dans les années 80 puis Larrousse, la Scuderia Italia et pour terminer le terrible fiasco des Lola Mastercard de 1997. En 1998, Martin Birrane reprend Lola qui connaît un véritable renouveau, surtout en sport-prototypes où le constructeur produit de nombreux châssis LMP2 mais aussi des LMP1, dont la magnifique Lola Aston Martin B09/60 qui a ravi les passionnés à la fois par ses lignes, son moteur et ses performances. Mais en dépit d’une diversification dans l’aéronautique entre autres, Lola souffre de la perte des marchés en monoplace, en raison d’une tendance à la formule monotype qui réussira davantage à Dallara. Lola est donc déclaré en faillite en 2012, une partie des actifs étant récupérés par la société Multimatic.

 

Pour résumer

Le nom Lola est relancé par Til Bechtolsheimer, un pilote IMSA. Le processus sera encore long, mais on ne peut que s'enthousiasmer de voir la résurrection d'un blason aussi emblématique de la voiture de course. Reste à savoir dans quelles disciplines.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.