par La rédaction

Une descendance pour la Maserati MC12 ?

L’ancien patron de Maserati, Harald Wester, a accordé une interview à Autocar dans laquelle il révèle que le constructeur italien pourrait commercialiser à terme une supercar.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

À la question de savoir si cette supercar pourrait être dérivé d’une Ferrari comme la MC12 en son temps, le PDG de la marque italienne a préféré mettre en avant la flexibilité des 1 100 salariés de l’usine de la marque aux tridents. Il a d’ailleurs rappelé que les Alfa Romeo 4C et 8C Competizione ont été ou sont produites à Modène.

Basée sur la Ferrari Enzo, la feue MC12 avait marqué son époque notamment par ses victoires répétées en course et par le titre de champion FIA GT remporté en 2005 devant Ferrari et en 2007 devant Aston Martin. Elle se démarquait de l’Enzo par une aérodynamique retravaillée pour mieux adhérer au sol. Propulsée par le moteur de l’Enzo, V12 6 litres de 630 ch, la MC12 réalisait le 0 à 100 km/h en 3,8 secondes et atteignait la vitesse maximale de 330 km/h inférieure aux 355 km/h de l’Enzo.

À l’heure où tous les constructeurs de marque de prestige possèdent, présentent ou ont dans les cartons une supercar, il est tout à fait légitime pour Harald Wester d’en évoquer la possibilité. Néanmoins, produire des supercars n’est pas un exercice facile. Le développement de la MC12 avait été facilité par sa filiation avec l’Enzo. À cette époque, Ferrari avait repris en main Maserati afin de relancer la marque sous les meilleurs auspices.

Aujourd’hui, le constructeur italien a commencé un nouveau chapitre dans son histoire mouvementée. La transition est encore en cours avec un élargissement de la gamme jamais vu jusqu’à présent. Toutefois, l’image de marque est encore à construire. Beaucoup pourraient rétorquer que celle de Maserati est suffisamment forte pour concurrencer la clique allemande, mais les résultats commerciaux tardent à le prouver. Si l’état major de Maserati donne son feu vert, cette supercar devra être conçue sans l’aide de Ferrari. Le coût de développement sera alors plus élevé. Il n’est pas sûr que l’image de marque du constructeur italien puisse justifier les tarifs stratosphériques atteints aujourd’hui par les supercars pour en faire une opération profitable. Dès lors, cette supercar pourrait être un simple exercice d’image coûteux. Maserati a-t-il les moyens de se payer une simple opération de communication?

Pour résumer

L’ancien patron de Maserati, Harald Wester, a accordé une interview à Autocar dans laquelle il révèle que le constructeur italien pourrait commercialiser à terme une supercar.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.