par Joest Jonathan Ouaknine

Škoda Typ 175, le tracteur militaire conçu par Porsche

C'est bien connu, le monde est petit dans l'industrie automobile. Parmi les constructeurs actuels, il est rare d'en trouver deux qui n'aient jamais travaillé ensemble. Les chemins de Porsche se sont ainsi croisés bien avant leur rachat par Volkswagen...

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

C'est bien connu, le monde est petit dans l'industrie automobile. Parmi les constructeurs actuels, il est rare d'en trouver deux qui n'aient jamais travaillé ensemble. Les chemins de Škoda et Porsche se sont ainsi croisés bien avant leur rachat par Volkswagen...

Hitler louche sur l'URSS. En août 1939, quelques jours avant le fameux pacte de non-agression, il annonce à ses subordonnés qu'ils vont envahir le pays. A l'été 1941, c'est l'opération Barbarossa. L'armée nazie file plein est. Dans un premier temps, ils progressent au pas de course. Ils font face à des divisions soviétiques mal organisées et mal ravitaillées, qui se rendent les unes après les autres.

Les Nazis s'attendaient à ce que les conditions soient dures. Mais ils ne pensaient pas qu'elles seraient si dures. L'une des raisons de la débandade soviétique, c'est que les infrastructures sont médiocres. Les routes goudronnées sont rares, il y a des chutes de neige importantes l'hiver et l'été tout n'est qu'un immense marécage. Les camions de la Wehrmacht passent leur temps à s'embourber et à tomber en panne. Les soldats en sont réduits à voler les charrettes et les barques des fermiers.

A Berlin, Hitler enrage : ses camions sont censés tenir 120 ans ! L'affrontement avec Staline est autant idéologique que militaire.

Ferdinand Porsche est alors chargé de concevoir un véhicule tout-terrain pour transporter l'artillerie. L'ingénieur imagine un hybride de camion et de tracteur 4x4. Le moteur est un 4 cylindres 6,0l 90ch (refroidi par air, évidemment.) Le caoutchouc manque et le véhicule possède donc des roues en acier. L'appel d'offres porte le numéro 175. Hitler aurait lui-même insisté pour qu'il ait des grandes roues.

Pour le produire, il faut un constructeur ayant l'expérience des camions et des tracteurs. Ce sera donc Škoda (la Tchécoslovaquie étant depuis 1939 l'arrière-cour du IIIe Reich.) Le "Radschlepper Ost" (tracteur [du front] est) ou RSO doit être produit à Plzeň, site historique du conglomérat.

La propagande tourne à plein régime. Hitler et Porsche (chapeau) se rendent à Plzeň pour assister à la mise en production du Typ 175, le 4 janvier 1943. Il s'agit de dire aux soldats : "Tenez bon, vous allez bientôt avoir des véhicules !"

200 exemplaires auraient été produits. Néanmoins,  comme par hasard, il n'y a aucune photo montrant les véhicules côte à côte.

La réalité est bien sûr moins rose. Le développement s'éternise. A cause des grandes roues en acier, l'engin est très inconfortable. Au delà de 15km/h, les vibrations sont tout simplement insupportables. Des tests sont effectuées avec différents types de roues, sans succès. Et sur la neige, ce bestiau de 7 tonnes se change en savonnette. Donc pas vraiment adapté pour le front russe...

Plusieurs fois, le projet manque d'être envoyé aux orties. Mais Hitler veille au devenir de son "tracteur Škoda". Lorsqu'il est enfin prêt, le rapport de force s'est inversé. Ce sont désormais les Nazis qui détalent comme des lapins face aux Soviétiques. Un internaute Hollandais prétend avoir aperçu des 175 en essai chez lui, avec un camouflage sable. Songe-t-on à les envoyer en Afrique ?

Finalement, ils seront envoyés au combat lors de la bataille des Ardennes. A ce moment-là, les Nazis sont de plus en plus acculés et tous les véhicules sont bons pour le service.

Avec son look de camion sur échasses, le Typ 175 passe à la postérité en tant que bizarrerie. Du reste, c'est un beau flop. Porsche et Škoda semblent l'avoir effacé de leurs archives (alors qu'ils reconnaissent leur participation à l'effort de guerre nazi.)

Après guerre, Porsche est emprisonné. Les sites Škoda de Plzeň (industrie lourde) et Mladá Boleslav (autos) sont quasiment rasés. Les tumultes de l'histoire les réuniront bien des années plus tard. Les deux constructeurs font désormais parti du groupe VW.

Crédits photos : The Commons, sauf photo 4 (Škoda) et photo 8 (Volkswagen)

Pour résumer

C'est bien connu, le monde est petit dans l'industrie automobile. Parmi les constructeurs actuels, il est rare d'en trouver deux qui n'aient jamais travaillé ensemble. Les chemins de Porsche se sont ainsi croisés bien avant leur rachat par Volkswagen...

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.