par Nicolas Anderbegani

Une "nouvelle" Ford Taurus pour le Moyen-Orient

Nom iconique de la grosse berline américaine, la Taurus n'est plus commercialisée au pays de l'Oncle Sam mais elle perdure, sous d'autres formes, dans certains marchés émergents.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Best-seller

Lancée en 1985 aux Etats-Unis, la Taurus fut importante dans l’histoire de Ford. Cette grande berline introduisait de nouveaux standards de qualité chez le géant américain et elle connut un immense succès. La première génération, produite entre 1985 et 1991, s’écoula à 2 millions d’exemplaires ! Elle eut même droit à une brillante carrière en NASCAR dans les années 90, à l’époque de sa 3ème génération.

A partir des années 2000, la Taurus perd du terrain, dépassée par les rivales japonaises comme la Toyota Camry. Finalement, la 6ème génération, fabriquée jusqu’en 2019, a été la dernière…aux Etats-Unis. En effet, la saga Taurus a continué en Chine, avec une 7ème génération lancée en 2016 et qui a reçu un « facelift » en 2019. Cette version, produite par la joint-venture Changan Ford, a été exportée également au Moyen-Orient. Et c’est justement sur ce dernier marché, qu’une 8ème génération fait son apparition.

Croissance exponentielle au Moyen-Orient

En effet, la Taurus rencontre un énorme succès au Moyen-Orient, y étant la berline la plus vendue sur ce marché. Rien qu’aux Émirats arabes unis, on a noté une croissance des ventes de 527 %. En Arabie saoudite, les ventes ont augmenté de plus de 73 % dans tout le royaume, tandis que le Koweït a vu ses chiffres augmenter de 125 %. Pendant ce temps, Oman (63 %) et Bahreïn (42 %) ont tous enregistré des chiffres positifs.

Ford assure que cette Taurus a « enduré des conditions de test tortueuses » au Moyen-Orient afin d’être adaptée aux conditions climatiques spécifiques et notamment aux contraintes de chaleur et de sable. « Il est crucial pour le confort de nos clients et l'intégrité de la toute nouvelle Taurus que nous testions dans des climats aussi extrêmes », a déclaré Ziyad Dallalah, directeur général du développement des produits, Ford International Markets Group. « La poussière et le sable peuvent faire des ravages sur les composants internes du moteur et les composants de la suspension en accélérant l'usure des pièces mobiles. Ajoutez à cela la chaleur accablante et vous vous retrouvez face à un véhicule qui doit travailler beaucoup plus dur qu'il ne le devrait dans des conditions plus favorables. Nos tests garantissent que le moteur, la transmission, les systèmes de transmission et de refroidissement de Taurus peuvent répondre aux exigences de la région.

Une Ford peut en cacher une autre

En réalité, cette « génération 8 » de la Taurus est un rebadgage de la récente Mondeo « chinoise », un autre nom de berline en voie de disparition en Occident mais qui perdure sur les marchés encore « berline-friendly ». En effet, la Mondeo, qui s'est retirée des marchés européens, survit dans l’Empire du Milieu avec une 5ème génération qui s'appuie sur la base technique du SUV Eos.

Reprenant donc les lignes de la nouvelle Mondeo, avec ses épaulements larges et sa grande calandre octogonale, la Taurus moyen-orientale propose un toit ouvrant panoramique et embarque le 4 cylindres EcoBoost de 2,0 litres avec transmission automatique à huit rapports. Les technologies d'aide à la conduite comprennent le régulateur de vitesse adaptatif, le système d'atténuation des collisions et l'intervention dans les angles morts (BLIS), tandis qu'à l'intérieur, qui se montre cette fois-ci, contrairement à la Mondeo qui avait joué à la cachottière, on dispose de la recharge sans fil, d'un grand écran central de 13,2 pouces avec compatibilité Apple Car Play et Android Auto, ainsi qu'un autre écran de 8,8 pouces.

Pour résumer

Nom iconique de la grosse berline américaine, la Taurus n'est plus commercialisée au pays de l'Oncle Sam mais elle perdure, sous d'autres formes, dans certains marchés émergents.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.