Lancer le diaporama
Alfa Romeo Giulia : la voilà 1
+12
LANCER LE DIAPORAMA
par Pierre-Laurent Ribault

Alfa Romeo Giulia : la voilà

Ils sont nombreux les Alfisti qui attendaient ce moment. Les plus désespérés n'y croyaient plus, les plus loyaux ne le disaient pas mais commençaient à douter. Sergio nous en avait tant raconté... Mais la longue et douloureuse attente est terminée, et tout est oublié, puisqu'elle est là. L'Alfa Romeo Giulia, dans toute la splendeur de sa robe rouge.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Présentée ce soir au Museo Storico de la marque à Milan, c'est dans son incarnation Quadrifoglio, la version la plus puissante de la gamme, que FCA a choisi de la dévoiler, en profitant pour introduire une nouvelle version du logo qui complémente la nouvelle devise, toujours en italien. Le cuore sportivo est sans doute toujours là mais c'est la meccanica della emozioni qui définit maintenant Alfa Romeo.

Le reste de la gamme suivra mais pour l'instant le communiqué de presse se lit comme s'il s'agissait d'une nouvelle Ferrari. Maranello a d'ailleurs été mis à contribution pour le développement du V6 en aluminium de 510 chevaux, qui est semble-t-il une version du 3.0l biturbo que l'on trouve sous les capots des Maserati. Alfa utilise la désactivation de cylindres pour contenir la consommation. La nouvelle plateforme (petit nom Giorgio) et les matériaux utilisés permettent à Alfa de revendiquer le meilleur rapport poids/puissance de la catégorie, 3 kg par cheval, ce qui en retour permet d'estimer un poids de 1530 kg : carbone pour l'arbre de transmission, le toit et le capot, aluminium pour les ouvrants et la suspension carbone-céramique pour les freins... Résultat des courses, la Giulia Quadrifoglio abat le 0 à 100 km/h en 3,9s secondes.

Contrairement à la 159, le vaisseau amiral de la gamme ne disposera pas a priori d'une transmission intégrale mais est une pure propulsion même si on trouvera la transmission intégrale dans la gamme. Une boîte à double embrayage envoie la puissance dans un système de torque vectoring qui contrôle les roues arrière. La répartition des masses 50:50 associée à la meilleur rigidité en torsion du segment et à des suspensions multi-liens devraient permettre à la Giulia de tenir son rang quand la route tourne.

Alfa Romeo n'en dit pas beaucoup pour l'instant sur le reste de la voiture, en particulier l'intérieur, les seuls détails dévoilés concernant un volant qui intègre nombre de commandes, comme un manettino pour choisir le mode de conduite : Dynamic, Natural, Advanced Efficient, et surtout : Racing !

On y revient très vite, dès qu'Alfa aura fourni les détails sur le reste de la gamme.

Source et crédit images  : Alfa Romeo

Pour résumer

Ils sont nombreux les Alfisti qui attendaient ce moment. Les plus désespérés n'y croyaient plus, les plus loyaux ne le disaient pas mais commençaient à douter. Sergio nous en avait tant raconté... Mais la longue et douloureuse attente est terminée, et tout est oublié, puisqu'elle est là. L'Alfa Romeo Giulia, dans toute la splendeur de sa robe rouge.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos