Accueil 4x4 Essai Toyota Yaris Cross Hybrid 116 ch

Essai Toyota Yaris Cross Hybrid 116 ch

0
27
PARTAGER

Toyota brillait jusqu’ici par son absence du segment des B-SUV depuis quelques années. Le constructeur y revient avec de grandes ambitions pour le nouveau Yaris Cross. Nous nous sommes rendus en Belgique pour en prendre le volant. 

Look de baroudeur des villes

Le Toyota Yaris Cross se distingue nettement dans le catalogue, avec un look de baroudeur des villes. À l’instar de ses arches de roues très marquées, et sa garde au sol plutôt élevé, il ne fait pas semblant. Il affirme clairement son appartenance à la race des SUV modernes, avec un petit truc en plus. Il s’agit d’un crossover hybride avec une chaine de traction comprenant une transmission intégrale. Ses feux full led à l’avant comme à l’arrière l’inscrivent dans son siècle au premier coup d’oeil.

Il porte le nom de Yaris, mais se différencie pourtant très largement de la petite citadine assemblée dans l’usine de Valenciennes. Logiquement, le Cross a rejoint sa petite camarade sur les chaines du site français de Toyota. Pour cela, le constructeur a investi massivement pour adapter l’usine à la fabrication de ses deux poids lourds des ventes de la marque japonaise en Europe.

Des équipements du segment supérieur

Dans l’habitacle, les designers de la maison ont donné un peu de style à l’ensemble. Seulement voilà, les ténors de la catégorie ont élevé les standards en ce qui concerne la présentation et les finitions. Il faut bien avouer que la nouvelle Japonaise n’atteint pas le même niveau en la matière, que ses compétiteurs français notamment. En outre, il pêche par son habitabilité à l’arrière, avec une banquette non-coulissante. Le coffre de bonne capacité, voit sa contenance réduite sur notre version 4X4.

Cependant, le Yaris Cross ne joue pas les radins en ce qui concerne les technologies. Son écran tactile de 9 pouces voit sa navigation modernisée et simplifiée par rapport aux systèmes des autres voitures du catalogue. Reconnaissance vocale, CarPlay/Android Auto, caméra 360, régulateur adaptatif, stationnement automatique très sophistiqué font notamment partie de la dotation. Il embarque des équipements pour certains relatifs au segment supérieur.

Un système hybride optimisé

La force du Toyota Yaris Cross réside dans sa motorisation. Le constructeur joue sa carte préférée, celle de l’hybride. Renault s’y met seulement, alors que Peugeot fait le choix d’une version 100% électrique aux cotés d’une gamme thermique. Le Japonais a pour lui une longue expérience, optimisée depuis 20 ans. Ici, on trouve sous le capot un 3 cylindres de 92 ch, suppléé par un bloc électrique avant de 52 ch, et un arrière en comptant 5,3. Une batterie lithium ion de 4,3 Ah les alimentent.

Comme sur la Yaris, nous n’avons rien à faire, il fait tout tout seul, et de manière convaincante. Toyota à chaque génération, a progressé sur sa boite, plus fluide que jamais. Le poids réduit tient sa part dans ses consommations remarquables, qui peine à dépasser les 5 litres, même dans les situations de conduite les plus défavorables. À un rythme urbain, on descend aisément sous les 4 litres. Néanmoins, on n’échappe pas à quelques montées en régime sonores, quand on sollicite ponctuellement toute la puissance.

Une transmission intégrale inédite

Ce Yaris Cross s’enrichit d’une transmission intégrale, grâce à un moteur électrique arrière modeste en puissance, mais généreux en couple. Il ne grimpera pas aux arbres, toutefois cela devrait suffire pour vivre certains moments de l’hiver plus sereinement. Avec 116 chevaux, le nouveau venu ne fait pas de miracle, et s’avère moins routier que les puissants concurrents. Cela étant, s’il se sent moins à l’aise dans l’exercice, il n’est pas pour autant pénible en dehors des villes.

En se surélevant, la plateforme de Yaris ne s’avachit pas sur ses appuis avec du roulis. Ses suspensions plus raides tiennent leur rôle pour maintenir un bon agrément sur route. En outre, sa direction consistante aide à se sentir à l’aise dans les courbes, ce qui n’est pas pour nous déplaire. On n’ira pas jusqu’à parler de sportivité, mais elle ne finit pas dernière de la classe au chapitre du dynamisme. Surtout, elle préserve un confort bienvenu, même si les grandes roues nous ont bien fait ressentir les secteurs pavés de notre parcours.

Dès 25 500 €

Certes, la grille des tarifs démarre plus haut que la plupart des concurrents. Mais il tient largement la comparaison sur le coeur de gamme et les versions les plus vendues. Il apporte une solution hybride et une transmission 4X4 trop peu répandus sur le segment. De quoi donner des sueurs froides à des modèles bien établis sur le marché.

+ON AIME
  •  Look
  • Equipements
  • Consommations
ON AIME MOINS
  •  Puissance un peu juste
  • Quelques détails de finition
  • Habitabilité arrière

 

Toyota Yaris Cross
Prix (à partir de)25 500 €
Prix du modèle essayé32 500 €
Bonus / Malus 0 €
Moteur
Type et implantation3 cylindres en ligne – Injection directe essence
Cylindrée (cm3) 1 490
Puissance (ch/kW)116 / 85
Couple (Nm) Therm: 120 / Elec av: 141 / Elec ar: 52
Transmission
Roues motrices intégrale
Boîte de vitesses e-CVT auto
Châssis
Freinsà disques
Jantes et pneus215/50 R18
Performances
Vitesse maximale (km/h)170
0 à 100 km/h (s)11,8
Consommation
Cycle mixte (l/100 km) 4,7 à 5,1
CO2 (g/km) 106 à 116
Dimensions
Longueur (mm)4 180
Largeur (mm)1 765
Hauteur (mm) 1 595
Empattement (mm)2 560
Volume de coffre (l) 320
Poids (kg) 1 360

 

Poster un Commentaire

27 Commentaires sur "Essai Toyota Yaris Cross Hybrid 116 ch"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
panama
Invité

J’en ai vu un rouler : c’est du pur Toyota, gabarit de Captur (donc assez gros).
Les clients achètent ces Toyota pour leur incroyable consommation et aussi pour fiabilité légendaire. Il va cartonner c’est certain et la proposition des 4RM est bienvenue car certains en ont besoin.

lym
Invité

Incroyable conso, avec 5l/100km et sans doute en rêve dès qu’on sort de zones urbaines: Ceux qui l’achètent en montagne pour les 4 roues motrices seront à combien en pratique? 7 ou 8l? Gare à l’autonomie alors et au bruit de moulin à café qui s’emballe à chaque montée en bonus…
Ça fait rêver, les hybrides Toyota!

SGL
Invité

Toyota « assure » en ville et en zone périurbaine sur la consommation, c’est leur force !
Mais en dehors… ?

SGL
Invité

Remarquable petit SUV … et made in France qui plus est ! 🙂
Il semble être excellent, proportionnellement mieux que la Yaris berline.
Économique et fiable pour la ville et zone périurbaine… Moins sur route et autoroute, là les Captur E-Tech peuvent été meilleurs.
Par rapport aux Captur et 2008 … La finition est plus légère (mais le poids est mesuré) le bruit est plus présent dans l’habitacle de mémoire.
Recommandable avant tout pour les petits trajets.

AXSPORT
Invité

Vous l’avez déjà essayé ?
Chapeau l’artiste

SGL
Invité

C’est pourquoi que j’emploie qu’il « semble » !
Tout est dit ici :
https://www.tf1.fr/tf1/auto-moto/videos/essai-toyota-yaris-cross-53652979.html
Bruyante mais efficace et d’un bon rapport qualité-prix.

Verslefutur
Invité

« Un bon rapport qualité-prix »
Mais que s’est il passé avec le prix des voitures?
C’est une citadine avec un 3 cylindres à 25500€. Début 2009, pour 1000€ de plus, on avait encore la Prius 2ème génération en concession .

SGL
Invité

Ben… Vous n’avez pas doublé votre salaire @Verslefutur depuis 2009… Pas vous ? 😉

Paul Bracq
Invité

Il est en concession (en France) depuis plusieurs semaines. Rien d’extraordinaire à ce que quelqu’un ait fait un essai, pas besoin de Belgique dans l’histoire. Quant à la finition, on en reparle dans quelques années…

SGL
Invité

La finition se mesure dès les premières secondes au toucher et parfois aussi dès les premiers tours de roues… Pas la peine d’attendre le jour où l’on décide de l’envoyer à la casse pour s’en faire une idée 😉

Paul Bracq
Invité

« La finition se mesure dès les premières secondes au toucher et parfois aussi dès les premiers tours de roues… » vous auriez dû ajouter : « à la simple vue d’une photo »…

SGL
Invité

Peut-être pas quand même ?
Je crois que vous confondez finition et fiabilité ?
Les deux cas ne vont pas forcément toujours ensemble…

lym
Invité

Sur la photo, il semble d’ailleurs que l’on conserve une caractéristique assez gênante de Toyota que je n’ai jamais vue démentie: Un haut de TdB en plastoc cheap et surtout brillant. Si encore il était mat, au moins, on ne serait pas gêné par les reflets dans le pare-brise…

C’est à croire que personne chez ce constructeur n’a jamais pensé à essayer les modèles en plein soleil: Cela va de gênant, au mieux, à carrément dangereux selon les modèles.

SGL
Invité
Bah oui, la finition peut se juger sur plusieurs critères… Même sur une photo @AXSPORT, mais dans ce cas, c’est uniquement sur un seul critère… Trop juste pour faire une note globale, mais le toucher est important le côté duré sonore n’est pas très valorisant. Pardon pour les fans de Toyota, mais sur les photos Dacia fait largement aussi bien pour 1/3 moins cher que le prix d’appel de Toyota … Alors bien sûr, la qualité d’assemblage et la fiabilité de Toyota sont légendaires. Mais sans que cela soit péjoratif cette Toyota me fait penser à une bonne Dacia …… Lire la suite >>
Verslefutur
Invité
Faut pas abuser non plus ! La qualité d’assemblage et la fiabilité de Toyota se sont dégradées, mais il y a quand même une grosse marche avec Dacia, une marque qui fait des véhicules à l’économie. Il faut observer les détails 🙂 En observant de près, il est facile de repérer les économies mesquines des marques (peinture métallisée non appliquée dans les ouvertures de portes, des pièces ou équipements qui deviennent des options, des assemblages très approximatifs…) Malheureusement le fric ne sert plus à produire le produit , mais va aux actionnaires et aux agences de publicités qui nous ordonnent… Lire la suite >>
SGL
Invité

@Verslefutur, donc vous n’avez pas vu les progrès faits par Dacia récemment ! ?

gilles
Invité

C’est bien 4 RM pour monter au ski…il faut juste supporter les envolées lyriques du moteur thermique en côte jusqu’au sommet, et ne pas être pressé d’y arriver.

SGL
Invité

C’est vrai qu’au niveau « agrément moteur » ce n’est pas le top chez les hybrides Toyota … par contre c’est fiable et efficace !
Renault, si son système E-Tech se relève fiable à terme, ils ont une bonne carte pour d’imposer.
L’auto 100 % parfaite n’existe pas, ça sera toujours l’histoire d’un compromis.

Twin Spark
Invité

Ce que j’adore chez Toyota c’est qu’ils ont toujours une qualité de finition médiocre et une fiabilité extraordinaire.
C’est la démonstration par l’exemple que la finition n’est que de la poudre aux yeux voire de l’attrape gogo

Darkargos
Invité

Il enterre vivant les Crossland 500X et C3 Aircross. Des vieilleries non hybrides sans aides à la conduite dernier cri avec des écrans génération 2010. Alors c’est sûr le Peugeot 2008 marchera merci Gilles Vidal mais pour les autres marques du groupe c’est la soupe à la grimace avec les lancements de VW Taigo , Hyundai Bayon et maintenant Yaris Cross. Tout le monde double son offre sur le dernier segment a la mode du SUV urbain et le trio Citroën Fiat Opel regardera passer le train.

beniot9888
Invité

J’espère pour lui qu’il n’enterre pas « que » les SUV les plus vieux du marché ! Parce que ça n’est pas vraiment glorieux…

Darkargos
Invité

Les Kona et T Roc ou même Duster continuent de bien marcher malgré leur 4 ans d’âge.

lym
Invité

SUV urbain: Silly Urban Vehicule?!!

Pour ma part je fuis les caisses hautes pour nains refoulés et les grands écrans: Quand je vois les TdB de 90% de la production récente, j’ai l’impression d’être chez Darty.

Puis en 2010, on faisait encore des moteurs sympas sur des citadines et compactes loin de ce moulin à café déplorable en tous points.

wpDiscuz