Accueil Livre On a lu : BMW Motorsport (ETAI)

On a lu : BMW Motorsport (ETAI)

0
3
PARTAGER
BMW

Attention, collector ! Tout ce que vous avez voulu savoir sur le département Motorsport de BMW sans oser le demander, le voici !

M, un moteur et une gueule

Que serait BMW sans le fameux blason M ? Le journaliste automobile du Figaro, Sylvain Reisser, déjà auteur de BMW, 100 ans d’innovation, retrace de manière exhaustive l’épopée du département compétition de BMW, BMW Motorsport ainsi que les déclinaisons routières sportives de la gamme, qui ont forgé l’image, la réputation et la légende du constructeur munichois.

BMW est associé à l’innovation et à la performance dès ses débuts, en témoigne les moteurs très pointus développés pendant la Grande Guerre pour l’aviation. Mais c’est dans les années 60 que la compétition devient véritablement un enjeu commercial majeur pour la marque, qui y voit un puissant vecteur d’image et  de développement technologique. C’est en 1972 que le département Motorsport de BMW voit officiellement le jour, créé sous la houlette de Jochen Neerpasch, transfuge de Ford. Le succès est immédiat, que ce soit en rallye et surtout en Tourisme, avec les 2800 CS et 3.0 CSL, ainsi qu’en monoplace où le bloc allemand devient la référence de la Formule 2. BMW développe plusieurs monstres iconiques, comme la sulfureuse 2002 Turbo, la 3.0 CSL « Batmobile » au kit aérodynamique hors normes ou encore la démoniaque 320 Turbo de Groupe 5. Motorsport y démontre l’efficacité redoutable et sa maîtrise de la technologie turbo, ce qu’elle démontre quelques années plus tard en Formule 1.

Mais la piste ne suffit pas, et la griffe M se retrouve sur la route. D’abord avec la M1, une incroyable supercar qui n’aura pas le succès commercial escompté mais qui réussit son autre objectif, celui de l’image, en installant BMW comme une marque sportive de prestige, capable de venir marcher sur les plates-bandes des grands constructeurs de voitures de sport. Surtout, la déclinaison sportive de la gamme est en marche avec la M535i en 1979, la M635 CSi en 1983 puis la mythique M3 E30, dont l’aura et le palmarès, aussi bien en tourisme qu’en rallye, établissent définitivement un culte du M. C’est ensuite la diversification, avec des modèles 8, 10 et même 12 cylindres, des cabriolets, puis des SUV et même des diesels qui passent tous par la case « M », laquelle propose aussi une panoplie d’accessoires, de kits et même une ligne de vêtements. Autant dire une « marque » à part entière, facilement identifiable avec son logo et ses lignes bleues et rouge. Aujourd’hui, M se réinvente. Sur les circuits comme sur la route, l’avenir de la griffe sportive de BMW passe par l’électrique. De la Formule E à la i8 et désormais aux concepts M Next Vision.

L’ouvrage est très complet, proposant un récit dense, fourmillant de détails ainsi qu’une abondante iconographie, qui illustre aussi bien les exploits de compétition (tout y passe, de la F1 au DTM en passant par l’Endurance et le rallye) que les modèles racés de la route. En annexe, tous les modèles M sont répertoriés avec l’essentiel des caractéristiques techniques, surtout celles du moteur, l’âme par excellence d’un motoriste de renom comme BMW. Pour chipoter, on aurait aimé un palmarès détaillé mais ce n’est pas aussi intéressant que l’historique de ce blason.

Incontournable pour les fans de M et pour tout amateur d’automobile sportive, l’ouvrage est proposé au prix de 45 euros TTC.

 

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "On a lu : BMW Motorsport (ETAI)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
AXSPORT
Invité

Respect !!
🙂

koko
Invité

Père Noël
Je te commande ce livre pour Noël.
Ps: j’espère que tu ne seras pas confiné chez toi dans la nuit du 24/12.

labradaauto
Invité

Superbe !
Le tuning est Allemand ! mes 1er bouquins ans 60/70 n’évoquaient que les Glass et BMW .Cet article me remémore feu Giovanni Rossi. pensée pour lui. .Grand merci pour l’information

wpDiscuz