Accueil F1 F1 2019 Debrief Italie: La victoire du pneu dur ou du zigzag?

F1 2019 Debrief Italie: La victoire du pneu dur ou du zigzag?

1454
7
PARTAGER

Ah l’Italie, quelle saveur particulière qu’un weekend à Monza. Les tifosis sont prêts, bruyants et vêtus de rouge pour encourager les pilotes Ferrari. Neuf longues années d’attente d’un pilote rouge au sommet du podium a dû décupler le plaisir de cette victoire. Le symbole est d’autant plus fort qu’elle est signée du « L » de Leclerc, petit prodige, coqueluche de l’Italie entière et protégé de la Scuderia.

Il faudra forcément revenir sur les circonstances de cette victoire, la défense de Leclerc, le choix stratégique de Ferrari. Deux éléments ayant une incidence forte sur le résultat. La chute de Vettel et ce tête-à-queue qui lui coûte si cher. La performance de Renault et les difficultés de Red Bull seront d’autres éléments sur lesquels nous allons revenir.

La course: apportez-moi de l’oxygène, c’est irrespirable!

Ossigeno! Ossigeno! Pour les plus italiens des lecteurs. Que cette course fut prenante! Une nouvelle fois, l’incertitude de la victoire jusqu’au dernier tour, les batailles en piste roue contre roue. Au point de n’avoir d’yeux que pour la tête de la course. Me direz-vous, le second à moins de deux secondes du leader (dont 50% sous la seconde) et ce, sur l’entièreté de la course suffisait à nous garder en haleine. Le tour 19 et l’arrêt anticipé d’Hamilton a fortement joué, et a permis cette intense bataille en piste. Accroché à mon siège tel un fou en camisole, j’en ai arraché les cousins, il va me falloir un nouveau canapé, vers qui je dois me tourner pour le remboursement?

Ma personne lors des trente derniers tours. A ce qu’il parait je ressemblerais à Docteur Who.

David Tennant Gasping For Breath GIF - Find & Share on GIPHY

Leclerc un pilotage ou une stratégie victorieuse?

Pour sa deuxième victoire consécutive, la tache du général fut des plus ardues. Délaissé par Vettel (nous y reviendrons), Charles a dû s’occuper des pilotes Mercedes se relayant pour priver Ferrari d’une victoire à domicile.

Un pilotage un peu trop extrême? Retenir 40 tours Hamilton demande forcément un peu d’autorité. Sa défense se basant sur la jurisprudence Magnussen et Verstappen. Il a clairement tassé Hamilton mais pénaliser le pilote pour cela semblait vraiment sévère.

Je suis personnellement bien plus dérangé par les zigzag après son erreur à la chicane. Le stress post erreur l’a poussé à aller assez loin dans sa défense. « Let them race » mais jusqu’où? Néanmoins il a montré une grosse solidité face à des pilotes avec des pneus plus tendre et/ou plus frais. La fusée en ligne droite a marché du tonnerre .

Une stratégie pneumatique qui a porté ses fruits? Qui ne fut pas surpris du choix des gommes blanches? Surtout lorsque les adversaires choisissent une option plus tendre. En tout cas, il est certain qu’il n’était pas possible de couvrir 33 tours avec les mediums à ce rythme. Il n’y a qu’à voir l’état des pneus de la Mercedes de Lewis. D’ailleurs, le choix du pneu dur a servi aussi en fin de course contre Bottas.

Ce résultat est la parfaite combinaison du pilotage et de la stratégie.

Mercedes a fait ce qu’il fallait.

Ils ont eu beau profiter de la supériorité numérique, d’avoir deux stratégies différentes pour maximiser les chances de victoire de l’équipe. Que reprocher à Mercedes aujourd’hui?  Ben, rien, ils ont fait ce qu’il fallait tout en offrant les chances de victoire à chacun de ses pilotes. Merci Toto! In fine, le résultat est positif puisqu’il creuse l’écart au championnat avec ce double podium.

On ne pourra pas reprocher à Hamilton de ne pas avoir essayé, il n’était pas dans l’économie, demandant toujours plus de puissance. Il voulait du challenge et de la résistance, il en a eu!

Hamilton à la radio, ça donnait ça

Bottas, de son côté a prolongé son premier relais tout en gardant un excellent rythme. Deux petites erreurs l’ont empêché de tenter crânement sa chance. Il n’a pas tenté la moindre manœuvre.

Vettel, un remake de la saison 2014?

Que ce doit dur d’être Vettel en ce moment. Où sont passés les « grande lavoro »? Avoir l’un des plus gros palmarès de l’histoire de la F1 et se sentir totalement éclipsé par son équipier. Une nouvelle course ratée après une septième qualification consécutive derrière Leclerc. Le temps perdu au départ l’a amené à en faire trop. Au moment de sa faute, l’écart avec Bottas était peu important.

Que dire de ce retour en piste, il reçoit une nouvelle contravention avec des points en moins sur le permis. Attention il n’en reste que trois! Existe-t-il des stages de récupération de points de super licence?

Les parallèles sont assez criants entre 2014 et 2019, un équipier jeune et nouveau dans l’équipe, décrochant ses premières victoires, impressionnant au volant de sa monoplace. Je n’imagine pas Vettel avoir la même réaction, mais il lui faudrait grandement une victoire avant la fin de la saison. Pour le moral.

Renault, enfin un bon résultat.

Des Renault P4 et P5, ce n’était pas arrivé depuis belle lurette. Onze ans pour retrouver un double top 5, une éternité. Ceci nous apprend deux choses, le moteur est puissant, suffisamment puissant pour permettre un tel résultat. La piste de Monza masquait les défauts de la monoplace. Maintenant que l’on sait sur quoi travailler, il n’y a plus qu’à.

Certaines rumeurs indiqueraient que Cyril Abiteboul se serait pavané devant le stand Red Bull, la preuve en image.

Matthew Perry Happy Dance GIF - Find & Share on GIPHY

Red Bull, les limites du moteur Honda?

Albon P6, avec en point d’orgue une explication musclée avec Sainz. C’est pas mal, mais ce n’est pas beaucoup mieux que Gasly en résultat pur. Attendons les prochains tracés ou la Red Bull sera plus à l’aide pour confirmer.

Verstappen P8, ce fut assez difficile pour les blocs Honda ce dimanche. Verstappen bloqué derrière Perez. Ne soyons pas trop dur vis à vis de Max après son premier virage. Il a pourtant anticipé le freinage et surpris a du éviter le contact. Le reste de sa course fut de bonne facture. Mais les difficultés en vitesse pure en ligne droite n’ont pas aidé. C’est le plus mauvais weekend d’ensemble (hors abandon). Les prochaines courses devraient être meilleures pour les taureaux rouges.

Stroll oh non!

La première Q3 de sa saison, un départ canon (mais c’est habituel chez lui), une P7 solide avant le drame. Touché par Vettel, cela a ruiné sa course. Sa pénalité est logique, le fait que la sienne soit moins importante que celle de Vettel aussi. En effet il n’y a pas eu de contact. La réaction de Stroll lors du contact avec Vettel, une nouvelle exclusivité de ce debrief. Des images poignantes.

Cry Crying GIF - Find & Share on GIPHY

Une seconde arrivée dans les points pour Perez, les vacances lui ont fait du bien!

Mclaren, décidément, il faut toujours un problème.

Encore une Mclaren qui ne finit pas dans les points. Cette fois un problème d’écrous au stand. Dommage, la sixième place était jouable. Un coup d’arrêt pour Mclaren (1 point depuis la rentrée), pourtant la performance est là et les pilotes font peu d’erreurs. Dans les stands, c’était la soupe à la grimace.

Uh Oh Oops GIF by tv2norge - Find & Share on GIPHY

Un italien dans les points à Monza et personne n’en parle.

Probablement l’une de ses meilleures courses. Deux points de plus, qui feront du bien. Quel dommage que les tifosis n’aient d’yeux que pour Leclerc et Ferrari. l’Italie n’avait pas de pilote en F1 depuis Trulli (huit ans quand même) et le local du weekend réalisant un bon résultat passe inaperçu. Même si la première victoire d’une Ferrari depuis neuf ans se fête. On pouvait lui laisser un chouia de place, en plus il est dans le junior team Ferrari!

Pour Kimi, c’était le gros weekend sans! On lui pardonne vu ses performances cette année!

Haas, c’est la bérézina!

Pas de vitesse, pas de fiabilité, plus de sponsor titre, pas de points. Bon la rentrée n’est pas des plus joyeuses, mais ne passons pas totalement du côté obscur, Haas a fini cinquième du championnat constructeur, sans sponsor titre, avec moins de moyens. Le raté de cette saison est principalement dû à des mauvais choix dans l’évolution de la voiture et une inconstance des pilotes. En identifiant les problèmes, il y a toujours un moyen de les résoudre. Au boulot!

Le moteur fond, qu’est ce qu’on fait?

Dommage pour Kvyat son moteur tout neuf a fini en feu. La nouvelle Spec aurait-elle quelque problème de fiabilité? Difficile de juger aussi vite, mais c’est à surveiller. Une fuite d’huile serait à l’origine de cet abandon. Espérons qu’il puisse réutiliser au moins en partie son unité de puissance.

Gasly aurait-il pu prendre quelques points?

Probablement, l’esquive de Stroll et le passage dans les graviers lui a coûté beaucoup de temps. Dommage pour lui, une deuxième course consécutive dans les points l’aurait aidé dans sa reconquête.

Williams comment ça va?

Ça roule, RAS!

Conclusion.

Que d’émotions ce weekend, en tribunes, sur la piste, le spectacle fut au rendez vous! Cette marée humaine sous le podium, c’est beau!

Ferrrai nous habitue à gagner dans la douleur, cette fois c’est la combinaison stratégie « pneus durs » de Ferrari associée au pilotage agressif de Leclerc qui offre une seconde victoire cette saison. Vettel s’est raté et l’impression du passage de témoin à Monza est présente. Mercedes a joué son coup de la meilleure des manières et le résultat global reste positif.

Renault fut fort ce weekend, cette performance en demande d’autres. De la régularité! Quand un tiers des points de l’équipe repose uniquement sur une seule course, c’est qu’il y a un léger problème.  D’autant plus quand on s’appelle Renault, que l’on vise le haut du tableau, on se doit d’être régulier.

Honda et Red Bull ont montré leurs limites. La spec 4, plus puissante, laisse craindre quelques problèmes de fiabilité qu’il faudra surveiller. Mais les prochaines courses devraient convenir à la monoplace. Ce sera le moment pour juger les performances d’Albon.

Un peu de repos pour les pilotes, pas de course ce weekend. Rendez vous dans deux semaines à Singapour pour la manche nocturne et urbaine. Ferrari rentrera-t-il dans le rang? Mercedes sera-t-elle la voiture la plus compétitive? Quid de Red Bull?

 

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "F1 2019 Debrief Italie: La victoire du pneu dur ou du zigzag?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Invité

Oh ! Je m’attendais au moins à une ligne sur la bagarre inattendu entre Russel et Vettel !

JC Juncker
Invité

C est pour célébrer les 25ans de Friends les petits gifs. ^^

Ham l a dit en conf d après course, s il n avait pas le CDM en tête, il ne freinait et cartonnait la Fiat. Pas sur au il sorte vivant de Monza. .ddr.

r.burns
Invité

Un panorama bien plus complet et intéressant que l’article partiel et surtout partial de Thibault Emme. Merci.

Thibaut Emme
Admin

MDR toujours égal à vous même. Ne changez rien.

Twin Spark
Invité

Je suis content pour Leclerc et Ferrari.

Mais on s’enfonce dans une spirale infernale qui finira forcément mal avec la jurisprudence verstappen. Leclerc l’avait dit : ok, puisque c’est autorisé je le saurai à l’avenir. Et il a appliqué la leçon. Mais que dira-t-on quand il y aura un grave accident ?

wpDiscuz