Accueil Insolite Emory 356 C4S : sacrilège ou coup de génie ?

Emory 356 C4S : sacrilège ou coup de génie ?

1555
7
PARTAGER

Rod Emory est la 3e génération passionnée par les voitures. Comme son père et son grand-père, il se consacre aux anciens modèles qu’il restaure. Mais, certains pourraient penser qu’il est hérétique de toucher à une Porche 356 !

Quand il a fondé Emory Motorsports, Rod voulait proposer des Porsche 356 restaurées, mais surtout personnalisées. La production est très limitées. En un peu plus de 20 ans, ce sont 170 Porsche 356 et 911 qui ont été ainsi modernisées.

L’Emory Outlaw est une 356 dont les liaisons au sol viennent d’une 911 et dont le moteur est le moteur « maison ». Ce moteur, le Emory-Rothsport Outlaw-4, est le moteur que possédait la 911 964, « revu et corrigé ». Evidemment, plein de pièces sont faites maison comme l’arbre à cames ou le villebrequin. Au final, cela donne un moteur bien plus puissant que le boxer d’origine de la 356.

La première Porsche 356 « all wheel drive »

Emory propose une évolution, l’Outlaw Special, qui se pare de différents équipements pour le style (parechoc, etc.). Mais, la préparation la plus intéressante (ou hérétique ?) est peut-être la 356 C4S (ou AllRad 356à. En effet, cette dernière est toujours une 356, mais ici la transmission vient d’une 911 transmission intégrale ! Evidemment pour loger tout cela, l’arrière de la 356 a été élargi.

Voilà la première 356 intégrale. Sur cette 356 C4S, le style est très « old school » avec des phares jaunes et des chromes pratiquement tous enlevés. On notera une galerie de toit tout à fait dans le ton. La voiture d’origine est une 356 C Coupé de 164 et la donneuse de transmission est une 911 964 de 1990.

Emory se plie évidemment aux exigences de ses clients et les 356 « Outlaws » peuvent être classiques, sportives, très sportives, modifiées ou peu, que ce soit coupé ou roadster. Ou comment passer d’une coque nue à un superbe 1957 Emory Outlaw Speedster Race Car. Aucun prix n’est donné, chaque projet étant différent.

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Emory 356 C4S : sacrilège ou coup de génie ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Mickael
Invité

Très certainement un sacrilège pour le puriste mais moi je trouve ça absolument superbe et de bon goût! J’adore

labradaauto
Invité

Gros travail, certes. Mais le respect de l’allure de l’auto est préservé. En outre on est pas allé ailleurs pour prendre des pièces qu’à la maison. Je ratifie. Les autos, faut les essayer plutôt que d’en parler. Un bon tuning ! J’aime ça . Nombre des autos de cette époque n’avait « pas de moteur » . L’empattement court est préservé et On doit avoir une belle bombinette . Je salue.

Seb
Invité

C’est très Singer dans la manière de faire ! Effectivement il y aura toujours des puristes pour crier au scandale , mais ça à le mérite d’être propre , bien fait sans dénaturer complètement la voiture … Comme pour Singer , c’est subtil ! Suffisamment pour que ça me plaise beaucoup ! 🙂

Gautier Bottet
Editor

Oui, les puristes vont sans doute hurler, mais Porsche a quand même produit 76000 356 en presque 20 ans. Ce n’est donc pas une rareté absolue, et ces transformations, comme les Type-E de Lynx, ne concernent qu’une poignée d’exemplaires…

Gilles L.
Invité

J’aime beaucoup celle avec la galerie de toit. Quand les porchistes faisaient du camping !

labradaauto
Invité
les galeries de toits: j’en voyais quand j’étais gosse dans les grands rallyes qui duraient la semaine, les marathons de la route. Les autos avaient les roues montées parfois sur le toit, ou sur le porte bagages à l’arrière, pour les autos qui ne pouvaient embarquer au moins 2 roues de secours à l’intérieur. Je pense que l’idée vient du côté de l’engagement de Porsche il y a longtemps dans les compétitions. C’est pas bon pour l’aérodynamisme mais c’est pratique En 2019 pour aller à la zone commerciale. Avec ce bolide , on peut faire les courses, ramener le lave… Lire la suite >>
wpDiscuz