Accueil Mitsubishi Essai Mitsubishi Outlander PHEV

Essai Mitsubishi Outlander PHEV

1871
31
PARTAGER
Essai Mitsubishi Outlander PHEV (2018)

Dans un marché où le Diesel ne cesse de céder des parts de marché, l’essence regagne des lettres de noblesse. Quelques modèles hybrides rechargeables en profitent. L’Outlander PHEV, l’un des plus anciens de cette récente niche améliore encore ses performances à l’occasion d’un léger restylage. Nous l’avons étrenné sur les routes d’Alsace.

Très léger restylage

L’Outlander PHEV fait partie de ces véhicules qui ont eu raison peut-être un peu trop tôt. L’air de rien, il a tout de même conquis près de 106 000 propriétaires en Europe, sur une production mondiale à ce jour de 140 000 unités environ. Alors en termes de look, on vous invite à sortir la loupe ! Même en les mettant l’un à côté de l’autre, un observateur averti aura du mal à repérer ce qui change entre le moins récent et le nouveau.

Cela se joue subtilement sur la calandre et les boucliers.  Des roues au style inédit complètent le tout, et on a fait le tour pour les modifications visibles. On appréciait déjà son allure un peu massive et robuste, comme s’il reniait avec difficulté son image de SUV de ville. Le plus important se situe dans ce qui ne se voit pas.

Bonne habitabilité

En attendant à bord on fait en premier lieu l’éloge de la bonne habitabilité. On se sent bien à l’avant comme à l’arrière, avec de la place pour les jambes et les coudes. La présentation générale et la finition sont en progression, mais il faudra encore élever le niveau de jeu avec la prochaine génération. Le coffre d’une contenance moyenne à 463 litres suffira pour le quotidien. En effet les batteries empiètent sur sa capacité et condamne l’idée d’une 3ème rangée.

Il mériterait une liste d’équipements plus fournie. Malheureusement en termes de technologies embarquées, on regrette le système d’infotainment incomplet. Pas de navigation native par exemple, mais on peut bien observer les flux d’énergie. Toutefois on apprécie quelques bonnes attentions, comme les prises 230 V pour brancher des équipements de la maison.

Conso. électrique conforme au chiffre annoncé

Au volant, on adore la douceur de conduite du mode 100% EV. Mener ce gros engin dans les rues procure toujours une aussi bonne sensation. En l’occurrence, l’autonomie donnée pour 45 kilomètres selon le calcul WLTP plus drastique, nous l’avons dépassée. Sur un parcours d’une cinquantaine de kilomètres, principalement autoroutier et routier, puis 10 bornes de ville pour terminer, le thermique n’a jamais pris le relais des deux moteurs électriques. Le tout en roulant au maximum des limites autorisées.

Essai Mitsubishi Outlander PHEV (2018)

On s’amuse à jouer avec les modes de régénération, pour optimiser la charge de la batterie. Pour cela, on manipule les palettes derrière le volant pour ajouter plus ou moins de « frein moteur » si l’on peut dire. On sollicite du coup plus rarement la pédale de gauche. Sinon, on peut laisser aussi la voiture agir en mode hybride. Elle choisit alors de booster la propulsion en faisant marcher les deux blocs en série. Ou alors le thermique vient participer à la traction. Un mode sport vient tirer le maximum de la chaine de transmission si besoin.

Des transitions imperceptibles

On n’a pas toujours compris à quel moment les transitions se font. Une bonne nouvelle, ce qui veut dire que cela se fait de façon imperceptible. En termes de consommation, même dans les pires situations, c’est à dire quand on force la recharge de la batterie (ou maintenir le niveau de capacité) en gardant le moteur thermique activé en permanence, la consommation n’a jamais excédé les 8 litres. Dans ce cas de figure, on peut récupérer près de 80% de la capacité en 40 minutes environ.

Essai Mitsubishi Outlander PHEV (2018)

Sur la route, il n’invite pas à jouer les pilotes, et on n’en a jamais vraiment eu envie. Néanmoins avec son centre de gravité finalement assez bas, il contient mieux ses mouvements de caisse que certains camarades thermiques. Sa direction mériterait d’être un peu plus de consistance, mais rien de vraiment rédhibitoire. Il se laisse conduire aisément dans un bon confort.

Un thermique et deux blocs électriques

Les blocs électriques puissants de 82 (av) et 95 ch (ar) donnent un bon sentiment de puissance en mode 100% EV. Le 4 cylindres essence de 135 ch se montre plus silencieux qu’auparavant, grâce notamment aussi à une meilleure gestion de la boite automatique, avec moins d’emballement dans les tours. On ne tient pas la sportive du mois, mais cet Outlander PHEV sait distribuer toute sa puissance au bon moment quand on la sollicite.

Peu importe le mode choisi, il suffit d’enfoncer la pédale et on ne se soucie alors de rien. Il revient ensuite dans son mode initial. Pour recharger la batterie, comptez moins de 6 heures sur une prise domestique, 3h30 environ avec une wallbox. Et si vous tombez sur une borne publique équipée CHAdeMO, elle retrouvera 80% en 30 minutes. Mais en trouver en bon état de marche s’avère toujours un peu compliqué sur le territoire, on l’a encore vécu à cette occasion.

Un tarif compétitif

36 490 €, voici son nouveau tarif de base. On n’a pas réussi à vraiment trouver un compétiteur en termes de prix. Les concurrentes sont plus petites ou beaucoup plus chères. L’Outlander PHEV offre véritablement de très bonnes prestations, en s’améliorant dans tous les domaines. En attendant une nouvelle génération plus aboutie, l’actuelle fait largement le job. Et pour l’instant d’autres constructeurs plus prestigieux ne font toujours pas mieux.

+ ON AIME
  • Autonomie en mode 100% EV
  • Finition en progrès
  • Tarifs
ON AIME MOINS
  • Restylage?
  • Direction un peu floue
  • Pas de navigation embarquée
Mitsubishi Outlander PHEV
Prix (à partir de) 36 490 €
Prix du modèle essayé 48 990 €
Bonus / Malus 0 €
Moteur essence
Type et implantation  4 cylindres en ligne Turbo injection directe Ess + 2 électriques (av. + ar.)
Cylindrée (cm3)  2 360
Puissance (kW/ch) 99 / 135
Couple (Nm) 211
Moteurs électriques
Puissance (kW / ch) – Moteur avant 60 / 82
Couple (Nm) – Moteur avant 137
Puissance (kW / ch) – Moteur arrière 70 / 95
Couple (Nm) – Moteur arrière 195
Transmission
Roues motrices Intégrale
Boîte de vitesses automatique
Châssis
Suspension avant  Type McPherson – Barre stabilisatrice
Suspension arrière Multibras – Barre stabilisatrice
Freins Disques ventilés (av) / Disques (ar)
Jantes et pneus  225/55/ R18
Performances
Vitesse maximale (km/h)  170
0 à 100 km/h (s)  10,5
Consommation
Thermique (l/100 km) NEDC 5,6
Normalisée (l/100 km) NEDC 1,8
électrique (km) NEDC 54
CO2 (g/km) NEDC 40
Dimensions
Longueur (mm) 4 695
Largeur (mm) 1 800
Hauteur (mm) 1 710
Empattement (mm)  2 670
Volume de coffre (l) 463
Réservoir (l) 45
Masse à vide (kg)  1 880

Poster un Commentaire

31 Commentaires sur "Essai Mitsubishi Outlander PHEV"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
AXSPORT
Invité

1.9 Tonnes !!!!

Vive l’écologie….

🤣🤣🤣🤣🤣

SGL
Invité

Quel rapport ?

Invité

il n’a pas tort : pour consommer le moins, une auto doit aussi être légère. Avoir une auto aussi lourde qui joue sur la fibre écologique, c’est un peu contradictoire

SGL
Invité

Non justement, je ne le pense pas !
S’il est lourd, c’est à cause principalement du poids de la partie « électrique » sans celle-là, il serait justement moins « écolo ».
Si c’était aussi simple que cela, une Méhari de 40 ans serait encore plus écolo….
pour une VT 100 % … je veux bien, mais pour les PHEV c’est une autre histoire…

miké
Invité

Mais une mehari de 40ans, deja produite, est tout aussi écolo.

Rochain
Invité

Il ne suffit pas d’affirmer il faut démontrer

Thibaut Emme
Admin
@Rochain : pas trop difficile. Déjà produite, elle ne pollue plus à sa construction et la pollution induite est amortie depuis longtemps (sur 40 ans vous pensez…). Ensuite, une Mehari c’est entre 5 et 7 l/100 km en fonction du trajet (elle glougloutte en ville) et surtout du réglage (ah ben les carbus, ça demande un peu de dextérité). Donc niveau différence de consommation…c’est la même chose. Et c’est de l’essence. Donc ok, cela « pollue » plus que certains moteurs essence, mais guère plus. Cela va surtout se jouer sur le CO et certains moteurs essence anciens produisent de vilains NOx…bon… Lire la suite >>
rochain
Invité

La pollution de fabrication n’a pas d’âge, elle est dans le capital, c’est une vision erronée, ensuite même quand je roule en thermique avec la batterie vide je ne consomme pas plus que la méharie, et même plutôt moins.
Cordialement

Thibaut Emme
Admin
@Rochain : J’ai dû mal exprimer l’idée alors… Un Mehari qui a 40 ans a produit 3 tonnes de CO2. Ok. Un Outlander PHEV neuf a produit 5 tonnes de CO2. Ok. (chiffres sous-estimés) Mais avant votre PHEV, vous aviez un autre véhicule ? Et avant aussi ? Et avant, etc. Donc remontons à 40 ans en arrière et compilons les véhicules. Supposons que vous en changez tous les 10 ans, le PHEV est donc votre 5e véhicule. Donc 3+3+3+3+5 = 17 tonnes de CO2 à la production (je vous épargne le CO2 de destruction). La Mehari (mais c’est valable… Lire la suite >>
Beniot9888
Invité

J’aurais aimé un autre exemple qu’une Méhari. Parce que la Méhari, c’est sympa l’été, mais ce n’est quand même pas les mêmes prestations que cette Mitsubishi.

rochain
Invité
Que des chiffres fantaisistes glanés ici et là sans aucune preuve mais pour ce que je peux vérifier c’est ce que je consomme et que je parcours en km et là vous êtes dans les choux. Ma Mitsu affichait 52 km d’autonomie au cadran après une charge, c’était donné par la norme NEDC de l’époque jugée laxiste et trop favorable, mais qui ne tenait pas compte des récupérations que permettent les hybrides et en vérité, au bout d’un mois d’usage et avoir bien maitrisé les techniques de recup avec les palettes sous le volant, je faisais régulièrement jusqu’à 63/65 km… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin

@Rochain : les chiffres ne sont pas fantaisistes mais sourcés (constructeur, RTE, Edf, Mehari Club de France, etc.)
Vous demandez des chiffres ou des explications puis vous les balayez d’un revers de main car ils ne vous plaisent pas.
Dommage de mettre fin ainsi à toute discussion 😉

Phil
Invité

Salut Thibaut, juste un truc ;
« Seul moyen, rouler en pur électrique (donc 35 km….aïe) et surtout en rechargeant en France, et pas ailleurs. »
ce serait 45 WLTP et les essayeurs disent dépasser cette valeur malgré de l’autoroute, donc il doit être possible de faire des cycles quotidiens de 50 bornes en full VE.
soit jusqu’à 12 100 de full éléc par an

SGL
Invité

Ah bon !
Première nouvelle… Les PHEV sont là pour polluer PLUS !!!
Il faut nous expliquer cela …. Je sens le scoop !
Et donc le Mitsubishi Outlander 100 % polluerai moins… mais quel intérêt de faire de PHEV ?
Pour le plaisir de dépenser des milliards pour rien ?

SGL
Invité

« Mitsubishi Outlander 100 % THERMIQUE » bien sûr ! pardon.
Cela serait bien d’avoir des explications rationnelles sur le fait que les PHEV pollue plus que les thermiques.
Les « -1 » en pagaille ne prouve RIEN, en aucun cas cela démontre le contraire !

rochain
Invité

Parfaitement d’accord, et même en mode de traction thermique la consommation est bien inférieure en essence ( entre 5,5 et 6l/100) que celle que j’avais précédemment il y a un peu plus de 4 ans avec ma Tucson à gas-oil qui ne faisait même pas 1,2 Tonne (entrer 7 et 8 l/100)
Cordialement
Serge Rochain

amiral_sub
Invité

ce qu’il faut réaliser, c’est que cette voiture roulera disons 45km en électrique, sur chaque trajet. Donc si le trajet fait 60km, cette voiture ne cramera du pétrole que sur 15km. La mehari est écrasée, dans tous les cas (sauf 600km sur toute de campagne mais c’est pas crédible)

SGL
Invité

Oui et comme le trajet quotidien moyen français est de moins de 34 km et que 95 % font moins de 100 km , les PHEV ont tout leur sens.

Rochain
Invité
Le PHEV n’est pas un véhicule de niche. C’est le seul véhicule qui permet de rouler électrique 360 jours par an et qui offre le même service qu »un thermique pour les longues distances tant que les 100% électriques ne sont pas capables de faire un plein en moins de 10 minutes ! J’ai un outlander PHEV depuis plus de 4 ans et je vais donc le garder encore au moins autant. Je vous signale que vous pouvez suivre en temps réel les passages thermiques/électriques et l’inverse sur l’écran centrale ou/et celui qui est plus petit derrière le volant en sélectionnant… Lire la suite >>
amiral_sub
Invité

c’est sans aucun doute une des meilleures voitures du marché (pour qui peut se l’offrir)

rochain
Invité

Beaucoup de gens s’offrent des véhicules plus chers, et même bien plus chères et qui polluent infiniment plus. A titre indicatif avec une batterie ‘vide » je ne consomme qu’entre 5,5 et 6 l au 100, bénéficiant des avantages de l’hybridation, malgré les très critiqués 1800 Kg !
Cordialement

amiral_sub
Invité

oui tout à fait, des voitures moins chères à l’achat reviennent bien plus cher à l’usage. Et 36k€ pour une telle voiture, c’est bien placé. Comme écrit il n’y a pas de concurrence

amiral_sub
Invité

j’en ai essayé un samedi, c’est très agréable à conduire. Les (rares) transitions électrique/thermique sont imperceptible. Cette architecture avec 2 moteurs électriques et un moteur thermique sans boite de vitesse est très réussie et ultra simple. C’était et c’est toujours un précurseur.

koko
Invité

La voiture est peut-être bonne mais le problème c’est le réseau exotique de Mitsu en France.
Faire 50 bornes pour aller faire une révision…Ça doit en refroidir plus d’un.

CDA
Membre

Mouais, les révisions, c’est pas mensuelle non plus.
Globalement, cela semble être une bonne auto mais il lui manque une ‘image’.

rochain
Invité

Voilà une affirmation vraie ! Mitsubishi est mal connue
Serge Rochain

SGL
Invité

Il me semble que dans un avenir pas trop éloigné, que les PHEV Renault et Nissan auront tous le même GMP que le Mitsubishi Outlander PHEV (certainement amélioré et encore plus efficient).
Certainement pour la prochaine génération dans moins de 5 ans.
Une belle synergie de groupe en perspective !

rochain
Invité

Il n’y a pas que les concessionnaires, Il y a peut être plus de garages vendant du Mitsubishi motor que vous ne croyez, le mien qui est à 3 km fairt aussi KIA, OPEL et peut-être même d’autres cela n’a jamais attisé ma curiosité. Je ne vais les voir qu’une fois par an pour la révision annuelle.
Bien cordialement
Serge Rochain

Gus
Invité

Un voisin dans ma rue (banlieue parisienne) en a un avec 130 000 kms et il en est ravi. Comme écrit dans l’article il me dit faire 50kms en tout électrique sans problème et d’arriver à rester sous les 8 litres pour les grands trajets (à 130 km/h +). Donc toute la semaine en électrique et toutefois possible de partir en vacances avec (il a deux enfants) et donc de l’avoir en véhicule principal (unique en ce qui concerne ce voisin).
À la lecture de l’article, cela confirme la bonne opinion que j’ai de cette voiture!

Phil
Invité
C’est fou ce qu’on s’est autorisé à tolérer « on se félicite de rester sous les 8 lites sur autoroute » soit 80 kWh/100 ! une Prius va emmener toute une petite famille à la même vitesse pour 5L, une élec type Ionic pour 18 kWh (oui, j’ai bien compris que ce n’était pas un SUV, mais c’est pas non plus une smart et ça fait bien le même job 99% du temps, aucune des deux n’est une pistarde, aucune des deux n’est une voiture plaisir, et le volume intérieur d’un SUV n’est pas non plus foufou comparé à une berline, il… Lire la suite >>
Xavier
Invité

Dire à quelqu’un qui a fait le choix de cette auto (camionnette, fourgonnette, petit camion…) qu’il pollue c’est pas gagné !
Expliquer à ce type d’automobiliste que changer de voiture c’est augmenter la pollution car il faut produire une nouvelle voiture c’est pas simple !
Sans compter que le rationnel de l’un n’est pas celui de l’autre.
Madame hidalgo qui a toujours raison a même 2 Zoe, et sans doute d’autres moyen de transport…

wpDiscuz