Accueil Ecologie Airbus des batteries : Le Maire exhorte l’UE à unir ses forces

Airbus des batteries : Le Maire exhorte l’UE à unir ses forces

725
28
PARTAGER

Où l’on reparle du projet de mettre en place un Airbus des batteries, prenant pour modèle ce qui a été fait dans l’aéronautique.

L’union fait la force

Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie a appelé cette semaine les industriels européens à faire « converger » leurs efforts  en matière de batteries pour les véhicules électriques.
Le ministre a ainsi mis en avant la nécessité, selon lui, de défendre la « souveraineté technologique » de l’Union européenne face à la concurrence de la Chine.
« L’idée de faire une filière de l’industrie automobile électrique avec des composants uniquement asiatiques, ça n’a aucun sens », a-t-il ainsi déclaré lors d’une rencontre avec des responsables de PME du secteur automobile organisée dans le cadre du Mondial de Paris 2018.

Bruno Le Maire estime également que l’Union européenne doit être « indépendante  du point de vue technologique ». Pour y parvenir, il exhorte l’Europe à bâtir sa propre filière. Tout en regrettant le manque de coordination des politiques industrielles  européennes à ce sujet.

L’Allemagne pointée du doigt

Rappelant que l’Allemagne s’engageait à l’heure actuelle dans un grand projet sur les batteries électriques –  le pays allant investir près de six milliards dans le domaine – le ministre souhaite toutefois ne pas voir l’Allemagne et la France faire cavalier seul. Il aimerait au contraire que les deux pays ne développent pas chacun de leur côté des programmes de batteries électriques « sans qu’on soit capable à un moment donné de converger ».

Bruno Le Maire semble ainsi montrer très explicitement du doigt le caractère très « indépendant » de l’Allemagne par rapport à l’Union européenne, à l’heure où l’union devrait faire la force.

La Chine va construire une mega usine de batteries …. en Allemagne

En juillet dernier, dans l’attente d’une concrétisation d’un Airbus des batteries, nos voisins d’outre Rhin ont annoncé que leur pays allait accueillir la Chine en vue de construire une méga usine de production de batteries pour les véhicules électriques.

Une initiative alors applaudie par les constructeurs allemands, lesquels tentent de combler leur retard dans le domaine, alors qu’ils sont parallèlement rattrapés par le dieselgate.

Après des mois de tractations, le chinois Contemporary Amperex Technology (CATL), l’un des premiers producteurs de cellules de batteries électriques au monde, va ainsi  permettre aux industriels allemands de se doter de ce composant clé, depuis sa mega usine d’Erfurt, dans l’Est de l’Allemagne.

Contrats entre Chine et constructeurs allemands

Ne pouvant cacher sa joie, BMW avait révélé l’information avant même qu’elle ne soit officielle, saluant  la décision de CATL d’ouvrir une usine de production  en Allemagne. Le constructeur avait préalablement passé un contrat avec le groupe chinois, pour une valeur totale de 4 milliards d’euros, pour acheter des batteries en vue d’équiper son parc de modèles électriques.

Sources : AFP

Poster un Commentaire

28 Commentaires sur "Airbus des batteries : Le Maire exhorte l’UE à unir ses forces"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
polo
Invité
Le problème c’est que le constructeurs ne voient que les chiffres, en achetant au moins cher et en se défaussant sur les autres en gros « investissez et on achètera vos batteries ». Le Maire fait exactement la même chausse en se défaussant sur l’UE, franchement qu’il regroupe déjà les industriels Français du secteur car de toute façon l’Allemagne privilégiera toujours son industrie vitale pour son économie avec ses exportations. Un est quand même une des 10 plus grosse puissance économique de la planète avec des écoles d’ingénieurs réputés donc regrouper des industriels ça doit pas être compliqué surtout que l’état peut… Lire la suite >>
wizz
Membre

Et donc cette usine commune française vendra des batteries à qui en veulent, à commencer par PSA et Renault essentiellement.
A eux deux, ça fait moins de 100.000 voitures électriques.
50 semaines par an, ça fait 2000 batteries par semaine. C’est très peu comme production. Il faudrait beaucoup d’argent injecté pour soutenir la filière, et ça risquerait d’être de l’argent publique, directement (ex:subventionner, aider directement l’usine comme au bon vieux temps de la Régie) ou indirectement (ex:subventionner l’autonomie énergétique des iles avec du renouvelable, et avec des batteries comme stockage)

polo
Invité
Je ne maitrise pas le sujet mais aujourd’hui tu as SAFT (Total) et Bolloré qui produisent des batteries en France, ça ne me semble pas utopique d’opérer un rapprochement avec PSA et Renault pour l’automobile mais tu as aussi Airbus, SAFRAN (avions, hélicos), puis même le nautique (Chantiers de l’Atlantique, Beneteau…) et je ne parle même pas du secteur énergétique (EDF, Engie, Enedis…) ou le militaire. Trouver des débouchés ça ne sera pas compliqué par exemple avec des commandes publiques pour les administrations (flottes autos avec batteries « made in France ») ou l’armée, aujourd’hui on voit que l’Allemagne semble privilégier le… Lire la suite >>
wizz
Membre

« des commandes publiques pour les administrations », et donc une subventions indirectement. Comme les voitures électriques prochainement commandées couteront bien plus chères que les voitures thermiques, alors cela coutera plus cher à l’Etat, donc ses dépenses.

La suite, c’est simple. Soit on accepte l’aggravation du déficit de l’Etat, soit on augmente les impôts sur les entreprises (en tuant ces dernières), soit on augmente les impôts sur les particuliers (qui se souviendront de cette décision à la prochaine élection, en votant pour celui qui promettra de défaire cela)

polo
Invité
Non mais on parle de 2 choses différentes, tu me parles du budget de l’état et moi je te parle d’investir ou de soutenir l’industrialisation de batteries en France ce qui a long terme rapportera du fric à l’état. Je te rappelle qu’un des gros soucis de l’économie Française se situe au niveau des exportations vu qu’il y a 10/20 ans le « paquet » avait été mis dans le tertiaire au lieu de l’industrie qui a été « dévastée », sauf que le secteur qui exporte c’est l’industrie ça les Allemands l’ont bien compris. L’un des seuls secteurs ou la France exporte pas… Lire la suite >>
wizz
Membre
je veux bien, mais va convaincre les Français du bienfait de l’intervention de l’Etat dans l’économie des entreprises…surtout sur LBA dont les intervenants n’arrêtent pas de critiquer l’Etat et ses interventions. Comme par exemple il n’y a pas si longtemps que ça, lorsque l’Etat a ordonné à la SNCF de commander 100 rames à Alstom http://www.europe1.fr/economie/la-sncf-valide-la-commande-a-alstom-de-100-tgv-du-futur-3719906 On peut voir la chose sous un angle « positif »: cette commande exceptionnelle permettra à Alstom de survivre, de finaliser cette rame du futur, d’être meilleur que les autres constructeurs ferroviaires dans le monde, de pouvoir exporter cette technologie plus tard Mais on peut aussi… Lire la suite >>
Bizaro
Invité

C’est mal connaitre les Allemands, ils ont délocalisé à tour de bras en Chine. Ils travaillent beaucoup avec la France aussi.

Lou 17
Invité

si, c’est très compliqué de réunir et associé pour l’intérêt d’une nouvelle technologie , l’appât du gain donne le résultat chacun pour sa gueule et qui plus et : lorsque l’état s’en mêle aurons le toupet de dire grâce à mon initiative ! ! …
que déjà le maire nous montre , sa capacité à réduire la dépense publique ,mais là, les paroles ne suffisent pas , il en est loin du compte ..!

wizz
Membre

intéressant, lou17

réduire la dépense publique, ça consisterait en quoi? et de combien? des exemples concrets?

polo
Invité

Le Sénat qui pourrait largement être supprimé, idem pour le CESE dont la majorité des contribuables ne savent même pas qu’il existe, dans le numérique tu as l’HADOPI qui sert strictement à rien, au niveau local la fusion conseil régional conseil départemental pourrait aussi être faite.

wizz
Membre

et c’est combien de milliards tout ça?

polo
Invité

Le budget du Sénat c’est 350M€ par an, donc sur 10 ça fait 3,5Mds , le CESE c’est 40M€ annuels, Hadopi 10M€ annuels.

wizz
Membre
et donc le Hadopi, c’est peanut (mais ce n’est pas une raison pour le garder) le Sénat, c’est bien conséquent. Mais à quelle hauteur se trouve le déficit annuel de l’Etat? Juste histoire de savoir « combien de Senat » faudrait il supprimer afin de parvenir à l’équilibre ensuite, le Sénat, à quoi ça sert? N’y avait il pas des cas où le Sénat avait pris une décision inverse (et à juste titre) de celle de l’Assemblée Nationale? La durée des mandats et le mode de scrutin diffère entre le Sénat et l’Assemblée Nationale. De ce fait, la tendance politique du Sénat… Lire la suite >>
F1Pat
Invité

Oui mais avant Airbus, il y a eu des projets communs avortés: Eurofighter/Rafale.
En effet, chaque pays défend son industrie et chaque industriel défend sa technologie.
Vive l’Europe des marchés…

why
Invité
Eurofighter / Rafale, ce n’est pas avant Airbus, c’est en même temps, et n’a rien à voir. L’europe actuelle a permis 2 choses : une harmonisation des normes et une suppression des taxes aux frontières, ce qui a permis aux entreprises d’investir pour un marché plus grand Le japon fonctionne à l’envers : marché relativement petit (mais 2 fois la France), mais ultra captif (barrières douanières, non douanières, et préférence nationale forte), ce qui leur a permis de développer des produits pour leur marché intérieur, et de les exporter ensuite . Sans l’Europe, même l’allemagne n’aurait peut être pas réussi… Lire la suite >>
amiral_sub
Invité

pour rappel le projet eurofighter était européen. Ce sont les Français qui se sont détachés et ont créés le Rafale. Ca nous a très probablement couté plus cher qu’un avion européen mais c’est un avion plus aboutit que l’eurofighter.

Lou 17
Invité

à wizz .de commencer à être à moins de 50% …maïs là je rêve à part d’augmenter taxes et compagnie .. ça limite le bonhomme , à part brasser de l’air !!! ?

wizz
Membre

« de commencer à être à moins de 50% », c’est à dire???
qu’est ce qui serait à moins de 50%?

ema
Invité

j’imagine qu’il voulait dire « moins de 50% de dépenses publiques » ou « moins de 50% de prélèvements obligatoire » (ce qui est assez proche)

wizz
Membre

dire « moins de 50% de dépense », tout le monde sait le dire. Le Français moyen est un véritable spécialiste du yakafokon…

mais ce qui est utile, c’est de savoir comment y parvenir, c’est à dire comment faire pour réussir à dépenser 50% en moins. Parmi toutes les dépenses, lesquelles à supprimer, lesquelles à diminuer et dans quelles proportions?

aurais tu toi aussi des avis là-dessus?

-armée
-éducation
-santé
-sécurité
-député, sénateur
-infrastructure
-transport
-recherche
-etc…

Bizaro
Invité
Peut -être commencer avec l’Europe de l’énergie et des infrastructures. Mettre une fois pour toute en place un réseau de superchargeur grosse capacité, avec prise standardisée. Parce qu’entre les Superchargeur Tesla, les chargeur Ionity et les prises standard Corridoor, Le client ne sait jamais combien de temps il va devoir charger, Si il va devoir à nouveau s’abonner à un énième prestataire de service. Si il à le bon adaptateur. Cela commence doucement à venir mais rien de bien uniformisé. Concernant les batteries, c’est dommage que Tesla un nouveau venu arrive à mobiliser les investisseurs pour construire des usines de… Lire la suite >>
wpDiscuz