Accueil Citroën Essai Citroën e-Mehari Courrèges

Essai Citroën e-Mehari Courrèges

3955
36
PARTAGER
Essai Citroën eMhari Courrèges (2018)

Surprise ! L’été s’invitait en avril pour nous faire un petit coucou ! Le thermomètre flirtait ainsi avec les 30 degrés sur le bassin d’Arcachon. Une destination parfaite pour prendre le volant de la Citroën e-Mehari millésime 2018. Short et manches courtes de rigueur !

Un hard top pour un meilleur confort

La Citroën Mehari s’apprête à célébrer son cinquantenaire. Pour marquer le coup, le constructeur aux Chevrons restyle la version moderne et électrique, arrivée sur le marché il y a maintenant deux ans. Ce véhicule aux allures de voiture en kit soigne un peu mieux ses airs.

Avec cette signature lumineuse caractéristique, elle s’intègre bien dans le catalogue actuel. Pour le reste, elle évolue peu, mais on note l’arrivée non négligeable d’un hard top. Cela améliore ainsi sensiblement son confort, et la rend aussi plus utilisable lors des mauvais jours. Et puis nous disposions du numéro 6 des 61 exemplaires « styled by courrèges »

Une touche de chic avec Courrèges

Cela se traduit par une couleur de sellerie blanche donnant un semblant de chic. Le revêtement de planche de bord a droit à une sangle marquée du logo de la maison française. On note d’ailleurs que son style évolue, là aussi pour mieux ressembler aux autres modèles de la marque, avec des aérateurs dans le même genre qu’une C4 Cactus par exemple.

Côté équipements, pas d’autoradio, mais une prise USB pour recharger le téléphone, et un dispositif mains-libres Bluetooth. Surtout, on note la présence d’une climatisation, qui fut tout, sauf superflu dans une journée où au soleil la température affichait parfois 36 degrés. Les simples meurtrières n’allaient pas suffire pour nous garder au frais.

Essai Citroën eMhari Courrèges (2018)

Une électrique pas très nerveuse

On démarre l’engin, et le petit écran couleurs en guise d’instrumentation s’anime. On appuie sur la touche D, puis on effleure l’accélérateur. En effet, le couple instantané des véhicules électriques nous pousse à la prudence. Sauf que la puissance modeste de notre e-Mehari n’en fait pas un foudre de guerre lors des démarrages.

En fait, on aurait même aimé un mode un peu plus dynamique, ne serait-ce que pour s’arracher d’un stop. Une situation que nous avons rencontrée pour rallier l’une des routes principales des environs. En effet, le temps de réponse entre le taquet de la pédale et le décollage effectif nous a un peu inquiétés. La première fois ça perturbe, mais ensuite on anticipe… Elle n’aime pas l’autoroute, néanmoins avec une vitesse de pointe de 110 km/h, elle peut tout de même s’y rendre.

Confort surprenant

Cette e-Mehari surprend en fait par son confort. Son terrain de jeu préféré s’avère être les routes complètement déformées, qu’elle avale sans peine. Sa garde au sol un peu surélevée et ses petits porte-à-faux lui permettent d’enjamber aussi quelques obstacles. Elle tourne plutôt court. Parfait pour une utilisation typique de la région où on doit parfois emprunter des chemins compliqués pour accéder à un petit havre de paix.

Essai Citroën e-Mehari Courrèges (2018)

Son insonorisation s’est certes améliorée avec le hard top. Cependant en roulant à 80 km/h sur un trajet qui en général n’excède pas la demi-heure, cela ne pose pas de soucis outre mesure. D’ailleurs, c’est encore sans toit qu’on la préfère. L’autonomie donnée pour 195 km paraît optimiste. Dans notre réalité après notre parcours d’environ 80 km avec la clim en permanence, il restait presque 40% de batterie.

Pas mal, mais trop chère…

La e-Mehari 2018 se rapproche un peu plus d’une vraie voiture aujourd’hui. 25 000 euros, avant déduction fiscale, voici le montant inscrit sur le catalogue. On n’a pas forcément envie de comparer, mais une Zoé ou une ForFour electric coute moins cher. Les particuliers ne devraient pas se bousculer. Toutefois on imagine plus les professionnels du tourisme s’y intéresser. Il faut bien admettre qu’elle apparaît bien plus chic qu’une vulgaire voiturette de golf.

+ ON AIME
  • Look
  • Polyvalence hard top
  • Confort sur route dégradée
ON AIME MOINS
  • Montage hard top
  • position de conduite
  • accélération
Citroën e-Mehari
Prix (à partir de) 25 000 €
Prix du modèle essayé 29 300 €
Bonus / Malus – 6 000 €
Moteur
Type et implantation Synchrone à aimants permanents
Cylindrée (cm3)  –
Puissance (kW/ch) 50  / 68
Couple (Nm) 166
Transmission
Roues motrices Avant
Boîte de vitesses  –
Châssis
Suspension avant  Mac Pherson
Suspension arrière bras tiré barres stabilisatrices
Freins  –
Jantes et pneus 185/65 R15
Performances
Vitesse maximale (km/h)  110
0 à 60 km/h (s)  7,3
Consommation
Cycle urbain (l/100 km) NEDC
Cycle extra-urbain (l/100 km) NEDC  –
Autonomie NEDC 195 km
CO2 (g/km) NEDC  0
Dimensions
Longueur (mm) 3809
Largeur (mm) 1728
Hauteur (mm)  1653
Empattement (mm) 2430
Volume de coffre (l) 200
Batterie (kWh) 30
Masse à vide (kg) 1 483

Poster un Commentaire

36 Commentaires sur "Essai Citroën e-Mehari Courrèges"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
zaza
Invité

On voit plus de Ferrari sur la route que de cette petite Citroën

Leglouton
Invité

ET quelle est laide …..
Et de qualité tres quincaille !

CDA
Membre

« ON AIME » : « Look »
‘On’ y croit 😀

ART
Invité

Ou comment le LBA continue de décrédibiliser ses essais…

Thibaut Emme
Admin

Moi aussi je la trouve « cocotte » cette E-Mehari.
Mais je la préfère en bleu turquoise par exemple, ou pourquoi pas en blanc avec bandes bleues ?
Son gros point noir, pour moi en tout cas, c’est une nouvelle fois le prix…pas le look 😉

ART
Invité

Son look est très loin d’être unanime Thibaut ! Alors trouver un look cocotte en point positif…
Même en prix accessible, si le look est pourri, tu peux être sure que ça sera un repoussoir !!!

Thibaut Emme
Admin

Déjà c’est un essai, donc forcément subjectif.
Si on commence à mettre non pas ce que l’on aime/aime pas, mais ce que l’on pense que les gens vont aimer/pas aimer, autant arrêter.

En outre, je vous rappellerais la Logan 1…au physique plus qu’ingrat, à coffre (silhouette peu appréciée chez nous), pas forcément le top en finitions, etc.
Et pourtant son prix ultra attractif a lancé la success story Dacia que l’on connait.

CDA
Membre

Oui, mais qui a/aurait mis dans les points positif son look ?!

Phil
Invité

« cocotte » : c’est breton comme expression ça…

Thibaut Emme
Admin

bien plus bas…limite on change de langue (olé !) 😀

beniot9888
Invité

C’est quoi la photo 27, le truc sous le pare brise ?

Thibaut Emme
Admin

Verrouillage/déverrouillage RFID (sans contact) via le porte-clé de mémoire.

SGL
Invité

Auto super sympathique au demeurant, mais mais… trop lourde, trop cher, trop peu performant…
Bref, je ne valide pas, mais c’est dommage !
Ce type d’auto est fortement sympathique.
La même avec le GMP d’une Zoé, performante et économiquement viable, ça serait le Pérou ! 😉

AXSPORT
Invité

On touche le fond chez Citron……….

AXSPORT
Invité

Cette marque est achevée par PSA…..
Triste…..

Invité

Et dire qu’à une époque, les « bien pensant » affirmaient preuve à l’appuis que c’est Ghosn qui voulait la fin de Renault !

wpDiscuz