Accueil Constructeurs La Jaguar I-Pace dévoilée le 1er mars

La Jaguar I-Pace dévoilée le 1er mars

1545
21
PARTAGER

La Jaguar I-Pace sera officiellement présentée le 1er mars prochain, soit jeudi.

La Jaguar I-Pace est très attendue. Première Jaguar entièrement électrique de l’histoire, elle a déjà fait forte impression sous la forme d’un concept-car. Reste maintenant à confirmer en série. La réponse – ou en tout cas une partie de la réponse – sera apportée jeudi prochain, le 1er mars 2018, à 19h.

Exposé au salon de Genève

La présentation du véhicule sera retransmise en direct sur l’ensemble des réseaux sociaux de la marque. Une fois dévoilé, le I-Pace sera bien entendu exposé au public du salon de Genève, quelques jours plus tard.

Jaguar promet une présentation complète ce 1er mars puisque les caractéristiques seront détaillées, tout comme les prix. La commercialisation du I-Pace devrait intervenir dès le mois de juillet. En fait, c’est à une véritable course contre la montre que Jaguar se livre pour être le premier grand constructeur traditionnel à dévoiler et surtout commercialiser un véhicule de ce type.

Source et photo : Jaguar

Poster un Commentaire

21 Commentaires sur "La Jaguar I-Pace dévoilée le 1er mars"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
ART
Invité

Tiens Jaguar est un généraliste désormais….

SGL
Invité

Tous (du moins presque) les constructeurs premiums courent derrière Tesla désormais !

SGL
Invité

Jaguar i-Pace donc, et pour la suite : Audi e-tron Quattro, Porsche Mission ou Mercedes EQ, d’ici un an.

SGL
Invité

Pourquoi donc ? 😯

SGL
Invité

Merci pour la réponse argumentée ! 😉

ART
Invité

SGL, tu te parles tout seul ??

SGL
Invité

Ben oui @art c’est comme avec la masturbation.
La masturbation est l’assurance de faire l’amour avec quelqu’un que tu aimes vraiment. 😉 😀
(je crois que c’est du Woody Allen)

ART
Invité

Ah ok…

Franck Boizard
Invité

J’ai vraiment du mal à croire que la voiture à batteries ait un réel avenir au-delà d’une niche pour snobs : les inconvénients (temps de recharge, autonomie, vieillissement des batteries) diminuent mais ne disparaissent pas.

Mon pronostic est que la voiture à hydrogène se généralisera avant la voiture à batteries.

amiral_sub
Invité

pourquoi utiliser l’hydrogène dont la production est énergivore ? Tes souvenirs de lycée te trompent: on a tous produit de l’hydrogène par électrolyse. Mais le rendement n’est que de 20%. Il est moins cher de produire de l’hydrogène à partir d’hydrocarbures. Seuls les pétroliers peuvent faire croire ces balivernes

Thibaut Emme
Admin
@amiral_sub : une simple électrolyse oui. Mais le CEA (commissariat à l’énergie atomique) a un « réacteur » avec un rendement de plus de 90% (et c’était en 2014 donc cela doit être encore meilleur maintenant). Réutilisation de chaleur de réaction, etc. Produire le H2 à partir de réserves fossiles (comme plus de 95% du H2 actuel) c’est continuer dans la voie de l’épuisement des ressources. Si on utilise une source d’énergie « gratuite » et « renouvelable » (le soleil ne l’est pas au sens strict du terme puisqu’il s’éteint) on se fiche du rendement à 20% ! 20% d’un truc propre, c’est toujours mieux… Lire la suite >>
amiral_sub
Invité

ok, mais si c’est économiquement plus cher que par reformage du méthane, c’est invendable.

Thibaut Emme
Admin
Ce n’est pas plus cher. Enfin, cela dépend de comment on procède. Si on regarde la production d’électricité renouvelable, elle est surtout en journée, intermittente, et « pas certaine » (vent, photovoltaïque, etc.). Or, la consommation n’est pas pendant que l’on produit avec les ENR. On a donc du surplus. Ce surplus, il faut le consommer….soit on le fait stupidement (on fait tourner les éoliennes en mode moteur…si si) ou bien on stocke l’énergie dans des batteries stationnaires (solution en train d’être mise en place petit à petit). Autre solution, on remonte l’eau des barrages (rendement miteux lui aussi) qui représente un… Lire la suite >>
Franck Boizard
Invité

Le « chief technology » (moi aussi j’anglicise) de Toyota avait donné un entretien il y a quelques années où il expliquait que, pour Toyota, la source d’hydrogène serait les stations d’épuration et de retraitement des déchets, qu’il y en avait suffisamment pour assurer les déplacements à l’hydrogène et que, même si par miracle les batteries s’amélioraient, la production d’électricité resterait l’obstacle infranchissable à la généralisation de la voiture à batteries.

Je n’ai pas essayé de vérifier ces dires, mais le point de vue est intéressant.

Thibaut Emme
Admin
Chez nous, stations d’épuration et retraitement des déchets sont surtout des stations de méthanisation ou de biogaz. Cela génère directement de l’électricité ou du gaz qui part dans le circuit. Certains utilisent la cogénération même. En Bretagne (mais pas que) les grosses exploitations utilisent des unités de méthanisation pour leur propres besoins en élec, en gaz, et beaucoup revendent à GDF ou d’autres. Avec la cogénération, ils produisent de l’électricité (réinjectée dans le réseau ou auto-consommée) ainsi que de la chaleur qui sert pour chauffer les stabu, la maison, ou autres. Certains s’en servent même comme carburant. Les stations de… Lire la suite >>
Franck Boizard
Invité

Bref, vous confirmez d’une certaine manière que le « chief technology » de Toyota n’est pas idiot. La confiance n’exclut pas le contrôle 🙂

SGL
Invité

L’autonomie qui double tout les 5 ans, les temps de recharge qui baisse chaque année, la durée de vie des batteries supérieurs à 10 ans, la filière de recyclage au point, les prix qui baissent et qui baisseront encore nettement en 2025.
etc.
Je ne vois plus ce qui pourrait renverser la tendance !?

Franck Boizard
Invité

Je ne prétends pas avoir la science infuse et prédire l’avenir. Mais la généralisation de la voiture à batteries, je ne la sens pas : trop d’obstacles pour sortir de la niche.

Le cas de la Norvège est trop particulier (l’ironie est que c’est possible grâce aux subventions du pétrole).

J’oublie aussi un inconvénient qui ne devrait pas être négligeable : la voiture à batteries est très polluante à produire. Mais suivant un grand classique, la pollution étant délocalisée dans le tiers-monde, on s’en fiche.

SGL
Invité

À terme, Tesla sortira 500.000 batteries par an pour voiture électrique et par Gigafactory.
Il y a 5 Gigafactory dans les tuyaux.
Entre 2020 et 2023, les batteries Sodium-ion et graphène arrivent sur le marché automobile et seront en « masse » dés 2025.
Elles seront nettement moins polluantes à produire et à déconstruire théoriquement.
Au niveau pollution totale… Industrie pétrolière a déjà pris une belle avance… Difficile de faire pire.
http://www.automobile-propre.com/vehicules-electriques-terres-rares-florilege-fake-news/
Norvège et Arabie Saoudite préparent intelligemment la transition.

ART
Invité

Le point de vue de Franck est intéressant, cela dit les lois et contraintes orientent pourtant fortement aux hybrides pour baisser artificiellement les émissions, même si au final,ça coûte plus cher, c’est plus lourd, et finalement pas si efficient/efficace à produire et hors ville…

Il faut oublier la Norvège en effet, marché totalement biaisé par les taxes/subventions….

amiral_sub
Invité

là on saura si il y a un engouement pour les VE chers à forte autonomie ou si le phénomène est limité à l’iconique tesla

wpDiscuz