Accueil Finance L’Europe n’aime pas les tarifs de péage français

L’Europe n’aime pas les tarifs de péage français

113
17
PARTAGER

Liber_visu_peage Il est de coutume dans le commerce d’accorder des rabais conséquents aux clients importants et fidèles. En ce qui concerne l’utilisation des autoroutes françaises, il en va de même. Les plus gros rouleurs bénéficient généralement de remises allant jusqu’à 30 % en rapport avec leur "consommation" du réseau. Rien de choquant, apparemment. Et pourtant, l’Europe dit ‘Stop’.

La commission européenne a adressé un avis motivé à la France mais aussi à l’Espagne pour qu’ils se mettent en règle avec une loi qui impose que la réduction ne dépasse pas les 13%. Chiffre qui est censé représenter la réduction réelle des coûts administratifs engendrée par ces clients fréquents et qui doit garantir un équilibre de la contribution des automobilistes au coût des infrastructures empruntées.

Les rabais de 30% sont donc estimés trop importants et devront être réajustés d’ici 2 mois sous peine de saisie de la Cour Européenne de Justice.

Au delà des cris d’orfraie de certains écologistes qui trouvent inadmissible que les gros rouleurs assimilés un peu hativement à de gros pollueurs obtiennent des réductions qui les incitent à polluer encore plus (là on atteint tout de même un certain extrémisme idéologique qui tend à supprimer totalement le déplacement automobile), il faut se demander quel effet aurait une telle mesure sur un lobby des transporteurs routiers déjà extrêmement sensible au prix du baril.
Quand à ceux qui sont obligés d’emprunter des autoroutes payantes pour se rendre à leur boulot, ils apprécieront également.

L’Europe a décidément le don de communiquer avec nuance et délicatesse….

Source CCFA & Moteurnature

Article précédentSmart Day à Magny-Cours: « Belles » accueil
Article suivantQuelles sont les voitures les plus appréciées ?
Doctorant à l’université de Provence (Aix-Marseille I), Thomas Rabino, né en 1980, est spécialiste de la Résistance française et de la civilisation américaine. Son mémoire de maîtrise, André Girard et le réseau Carte, une Résistance à contre-courant, a été primé en 2004 par le concours Marcel Paul de la recherche universitaire. Ses travaux, intitulés Le Réseau Carte, histoire d’un réseau de la Résistance antiallemand, antigaulliste, anticommuniste et anticollaborationniste, ont été publiés chez Perrin en 2008, un ouvrage récompensé par la remise du Prix Joseph Guiran 2008 de l’Académie d’Aix-en-provence et élu, en juin 2008, Grand livre du mois du Club Histoire. Il a contribué au Dictionnaire historique de la Résistance paru chez Robert Laffont en 2006, et participe, en tant que critique littéraire et journaliste, au magazine Histoire(s) de la Dernière Guerre. En 2010, il rédige un article pour un ouvrage collectif publié chez CNRS Editions, La violence dans tous ses états. Le second volet de ses recherches est orienté sur les Etats-Unis et leur rapport à la guerre, comme en témoigne sa participation au n°155 de la revue Le Débat (Gallimard), qui a publié son article « Obama et la culture de guerre américaine », inclus par la bibliothèque de Sciences Po Paris dans sa sélection mensuelle, recommandé par le club de réflexion Politique autrement, rapporté favorablement sur France Culture par Alain-Gérard Slama dans sa chronique matinale, et cité au cours de l’émission « Là-bas, si j’y suis », sur France Inter. Thomas Rabino prépare actuellement un essai à paraître sur le même thème, et pilote le projet de création du musée Jean Moulin de Saint-Andiol, village des Bouches-du-Rhône qui fut le berceau familial du grand résistant.

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "L’Europe n’aime pas les tarifs de péage français"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Anonyme
Invité

non c’est logique, il est absurde de laisser en place des dispositifs incitatifs au gros roulage individuel, alors que la pollution engendrée est énorme et que la balance énergétique plonge dans le rouge.

un TGV atlantique avec 500 personnes à bord c’est incomparables avec 500 bagnoles de 2t sur une autoroute

Anonyme
Invité

non c’est logique, il est absurde de laisser en place des dispositifs incitatifs au gros roulage individuel, alors que la pollution engendrée est énorme et que la balance énergétique plonge dans le rouge.

un TGV atlantique avec 500 personnes à bord c’est incomparables avec 500 bagnoles de 2t sur une autoroute

Anonyme
Invité

non c’est logique, il est absurde de laisser en place des dispositifs incitatifs au gros roulage individuel, alors que la pollution engendrée est énorme et que la balance énergétique plonge dans le rouge.

un TGV atlantique avec 500 personnes à bord c’est incomparables avec 500 bagnoles de 2t sur une autoroute

Anonyme
Invité

non c’est logique, il est absurde de laisser en place des dispositifs incitatifs au gros roulage individuel, alors que la pollution engendrée est énorme et que la balance énergétique plonge dans le rouge.

un TGV atlantique avec 500 personnes à bord c’est incomparables avec 500 bagnoles de 2t sur une autoroute

Anonyme
Invité

non c’est logique, il est absurde de laisser en place des dispositifs incitatifs au gros roulage individuel, alors que la pollution engendrée est énorme et que la balance énergétique plonge dans le rouge.

un TGV atlantique avec 500 personnes à bord c’est incomparables avec 500 bagnoles de 2t sur une autoroute

wpDiscuz