Accueil Citroën Les concepts-cars français : Citroën Activa 2 (1990)

Les concepts-cars français : Citroën Activa 2 (1990)

1498
16
PARTAGER

Deux ans après le premier concept Citroën Activa, la marque aux chevrons lui donne une descendance avec l’Activa 2.

L’Activa était une berline 5 portes et 4 roues directrices, l’Activa 2 est un grand coupé sportif, sorte de GT française moderne. Cependant les styles restent proches. L’Activa 2 est présenté au public au Salon de l’Automobile de Paris du 4 au 14 octobre 1990.

Basé en grande partie sur la XM, le concept-car Activa 2 ne lui emprunte pas ses formes. Rémy reviendra sur ce point un peu plus loin dans l’article. Ici, la voiture est plutôt faite de grandes courbes et emprunte à différents styles.

V6 200ch boîte automatique

Mécaniquement, ce concept est intéressant. Il est mu par le V6 PRV 24 soupapes de 3 litres et 200 chevaux. Ce dernier est accouplé à une boîte automatique 4 rapports comme cela se faisait alors.

Le coeur de ce concept est surtout la partie hydraulique, emblème de Citroën s’il en est. Par rapport à ce que l’on trouve sous la robe de la nouvelle XM (l’hydractive), Citroën pousse plus loin le concept d’hydraulique haute-pression. Citroën ajoute un correcteur de hauteur « électrohydraulique », ainsi qu’une correction active du roulis. 2 sphères de plus.

Le fameux « virage à plat » marié au confort d’une suspension hydraulique « à la Citroën ». La hauteur de caisse est pilotée en fonction de la vitesse. Cela améliore le CX. Pour corriger cette hauteur variable, le réglage des phares est asservi. Raffinement, la voiture se soulève au maximum à l’arrêt à l’ouverture des portières pour faciliter la « montée » et la « descente » du véhicule.

Virage à plat et confort

Le virage à plat pour sa part est obtenu à la fois par une action hydraulique sur les barres anti-roulis, mais aussi les suspensions. Le tout est piloté selon l’angle du volant ainsi que la vitesse du véhicule. On a ainsi à la fois une voiture aux suspensions fermes et aux barres anti-roulis raides en virage, et très confortables et souples en ligne droite.

Côté « gadgets » d’anticipation, le concept-car Citroën Activa 2 dispose d’un écran central multi-fonction. Ce que l’on a pratiquement partout désormais est encore un peu futuriste en 1990. L’écran intègre un navigateur parlant pour obtenir le meilleur trajet, les informations de la voiture, et même un « logiciel multi-tâches ». De l’info-divertissement avant l’heure, un peu façon Minitel tout de même.

A noter que pour la sécurité, le conducteur dispose d’un système d’affichage collimaté. Histoire de briller en société, il s’agit du petit nom de l’affichage tête haute. Les images projetées sont affichées comme étant « à l’infini » et donc l’oeil n’a pas à faire la mise au point. C’est plutôt commun désormais également.

Calvet m’a tuer

Pour paraphraser une inscription de l’affaire Ghislaine Marchal (l’héritière des feux Marchal, avec le chat comme logo NDLA). La Citroën Activa 2 peut dire « Calvet m’a tuer ». En effet, les dirigeants de Citroën ne savent pas trop sur quel pied danser avec ce coupé GT aux chevrons. Très technologique, il bénéficie d’une image de Citroën encore bonne dans les grandes berlines. La suspension hydraulique veut encore dire quelque chose, et le moteur, s’il n’est pas à la pointe, n’est pas ridicule.

Mais, personne en haut lieu n’est sûr du succès d’une telle proposition. En plus, la Citroën XM vient de sortir, et Jacques Calvet craint qu’un coupé 4 places sportif face de l’ombre à la grande berline Citroën, et il est concentré sur Peugeot.

Il enterre le projet. Le reste ? C’est de l’histoire. La Citroën XM connaîtra des soucis techniques qui plomberont totalement sa carrière. Citroën retentera l’aventure de la grande berline avec la C6 à la carrière encore pire que la XM.

Heureusement, le système Activa (légèrement différent) aura une belle carrière dans la Citroën Xantia (entre autre). D’ailleurs, la Citroën Xantia Activa V6 reste, à ce jour, la voiture qui passe le drastique test de l’élan le plus vite selon Teknikens Värld. 85 km/h, devant une Audi R8 V10 plus 5.2 FSI quattro 610 (83 km/h) et moult Porsche, McLaren ou Ferrari. Excusez du peu. Pour ceux qui voudraient en voir plus sur les capacités du système Activa, il y a une vidéo Taïwanaise de « torture » d’une Xantia.

Que serait-il advenu si ce concept Citroën Activa 2 était entré en production comme un coupé XM ? Nul ne le sait.

L’avis du designer

Comme l’Activa, la Citroën Activa II a été également dessinée en interne par Dan Abramson, avec la participation active d’Ivo Groen, alors fraîchement embauché au bureau de style. Si le thème esthétique reprend en partie les détails de l’Activa première du nom (ligne fluide, bandeau de feux arrière en V, vitrage périphérique), les proportions de l’ensemble se rapprochent fortement de celles d’un véhicule de série.

Plusieurs détails trahissent la proximité technique avec la XM, dévoilée l’année d’avant : embases de rétroviseurs, placement des monogrammes sur les ailes avant, vitres avant à déflecteur vertical, calandre fine sont autant de preuves d’une mise en production imminente.

Les proportions générales de la XM sont également transposées dans le dessin de l’Activa II, avec un porte-à-faux avant imposant et un arrière court, assortis d’un « décochement » (ici fluide) de la ceinture de caisse au niveau des places arrière, réminiscence du dessin volontariste de la XM voulu très « propulsif ». Une des propositions reprenait même le thème de la roue arrière semi-couverte.

Néanmoins, l’absence d’ambition de Citroën, soigneusement orchestrée par un Jacques Calvet ayant toujours privilégié la marque Peugeot, donne naissance à un concept-car abouti mais fade, esthétiquement équilibré mais avec peu d’identité. Les seuls traits de caractère de l’Activa II sont le trait de lumière latéral partant du bouclier avant pour venir mourir sur le flanc, et la remontée des lignes à l’arrière accentuant l’effet de poussée. Les jantes à trois bâtons (ni très dynamiques, ni très élégantes) sont ici inaugurées et seront la signature de la quasi-totalité des concept-cars Citroën des années 90.

Quelques détails retrouvés en série

L’intérieur, bien qu’assagi par rapport à la première Activa, recèle plusieurs détails intéressants, notamment un affichage à plusieurs niveaux, un dessin de coiffe très horizontal débordant sur les panneaux de portes, et l’absence de levier de vitesses. A noter qu’à l’avant le compte-tours est central et qu’à l’arrière, les ceintures se bouclent du centre vers l’extérieur.

Cette fluidité dans les volumes et cette personnalité en demi-teinte inspireront plusieurs modèles de série dont la Xantia en 1993, la Saxo en 1996, la Xsara en 1997 et le Xsara Picasso en 1998, avant que Jean-Pierre Ploué ne réveille la belle endormie en 1999. Mais cela est une autre histoire !

Rémy CONSTANTIN, Consultant en Design Stratégique

Illustration : Citroën

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Les concepts-cars français : Citroën Activa 2 (1990)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Raymond le barbu
Invité

Un petit côté bio design très proche d’une Ford Probe contemporaine je trouve!

ART
Invité

Jacques Calvet, le même qui te sortait dans les années 80 que le diesel était bon pour la santé… Quel désastre ces bon et beaux concepts perdus…

SGL
Invité

Belle auto pour l’époque, qui aurait pu avoir une carrière si Citroën était implanté aux USA… apparemment ils y toujours eut des fans de Citroën là-bas.

Lee O Neil
Invité
« D’ailleurs, la Citroën Xantia Activa V6 reste, à ce jour, la voiture qui passe le drastique test de l’élan le plus vite selon Teknikens Värld. 85 km/h, devant une Audi R8 V10 plus 5.2 FSI quattro 610 (83 km/h) et moult Porsche, McLaren ou Ferrari. Excusez du peu. » La chaine youtube espagnole km77 propose plein de videos de tests de l’élan pour tout type de voiture : berline, citadine, SUV, sportive… C’est drôle de voir des sportives, voire supersportive, passer moins vite le test de l’elan que certaines bonnes berlines compactes… au hasard la Peugeot 308 ;). Elle passe aussi… Lire la suite >>
Rickyspanish
Invité

C’est un peu l’histoire des constructeurs français : de beaux concepts mais qui ne passent jamais en série… car il y a toujours une bonne raison… (finalement mauvaise avec du recul).
Je serais curieux de savoir quel serait le monde automobile aujourd’hui si les marques françaises avaient eu les burnes de sortir certains de leurs concepts…

wpDiscuz