Accueil 4x4 Essai Lexus RX 450h : Plus acéré

Essai Lexus RX 450h : Plus acéré

289
18
PARTAGER

La quatrième génération du Lexus RX 450h vient de débarquer sur nos routes, avec un nouveau style et des prestations en progrès. Face à l’arrivée d’une armée d’hybrides rechargeables, le SUV japonais de luxe continue de privilégier la solution sans fil à la patte pour une utilisation sans contrainte. S’agit-il toujours d’un bon choix ?

Présentation extérieure

La gamme Lexus compte un modèle charismatique, le RX 450h. Certains le voient comme le pionnier des grand SUV de luxe ayant une fibre écologique. Avec cette nouvelle génération, il continue de s’affûter et de se moderniser, pour faire face à une concurrence qui a choisi une autre voie pour le supplanter. Il reprend ainsi le style maison initié par le petit NX, avec un regard à led futuriste, une calandre massive, des traits francs taillés à la serpe. Tout ceci donne l’impression de voir sur la route un concept-car descendu de son stand. L’effet saisissant est réussi quand on le voit. On ne peut pas le rater, et c’est ce que Lexus a sans doute recherché avec un tel look !

LEXUS_RX_50

Présentation intérieure

Le RX est un géant, avec donc de la place à l’avenant à bord. Il a même grandi par rapport à celui qu’il remplace, avec encore plus d’espace pour les passagers arrière. Comme à l’accoutumée, mieux vaut cependant éviter le milieu de la banquette. Comme la plupart des hybrides, les batteries empiètent sur le volume du coffre, qui avec une centaine de litres en moins par rapport à ses meilleurs concurrents classiques, reste à bonne distance. L’ambiance luxueuse ne manque pas de charme, avec des matériaux de bonne facture, et des équipements très haut de gamme. On apprécie notamment le large écran tactile, toutes les commandes de réglage électriques, une navigation perfectionnée avec une connexion complète à internet. Mention spéciale à la sono de marque Pioneer au son haute définition qui rend obsolète bon nombre d’installations de salon.

LEXUS_RX_67

Motorisation

Sous le capot, on trouve toujours un bon V6 essence de 3,5l de cylindrée associé à deux moteurs électriques, un sur chacun des trains, pour une puissance cumulée annoncée pour 313 ch. Lexus continue de ne pas céder aux sirènes de l’hybride rechargeable qui autorise pourtant un roulage en mode tout électrique avec une autonomie raisonnable. Dans la réalité quotidienne du RX 450h, les moteurs électriques servent surtout à décoller en silence et démarrer le thermique une fois seulement lancé. On peut évoluer en mode ZE, mais seulement à petite vitesse, et sur quelques centaines de mètres. Toutefois il sert surtout à optimiser la consommation, qui selon la fiche technique se monte à 5,3 litres en cycle mixte. Evidemment on en reste assez loin, du moins sur notre itinéraire avec une majorité du parcours sur des massifs. On dépassait les 10 litres, sans rouler à bloc en permanence. La boite CVT à variation continue, l’un des principaux griefs des RX 450h, s’améliore dans cette version, en criant moins sa souffrance en conduite extrême. Elle lisse bien mieux les passages de rapports, et minimise son moulinage. En revanche à allure plus normale, elle se fait oublier.

Sur la route

Pour assurer un bon comportement, notre modèle d’essai s’équipait d’un amortissement perfectionné à correcteur d’assiette, disponible en option. La douceur de son bloc moteur et de sa transmission le destine au transport au long cours sans perturbation. Il ne renonce pas pour autant à un soupçon d’agilité quand la route dessine quelques tournants. Il s’appuie largement sur ses roues, mais ne dévie pas de son cap. Ses performances n’ont pas trop à rougir face à sa concurrence directe, avec notamment un 0 à 100 km tenu en 7,7 secondes. Néanmoins, malgré sa garde au sol, il n’a pas véritablement d’aptitude au tout-terrain. Le moteur électrique à l’arrière doit seul gérer la traction du pont postérieur. Il sera sans doute un peu plus à l’aise ou des deux roues motrices passent également, mais sans plus.

LEXUS_RX_28

Conclusion

Peut-on comparer l’incomparable ? Peut-on mettre le nouveau Lexus RX 450h en face des SUV hybrides rechargeables aux meilleures prestations ? A vrai dire non, car ceux-ci tout d’abord, qu’ils s’appellent Mercedes, Volvo ou Audi, s’avèrent plus onéreux que le Lexus qui commence à 64 900 euros. Le RX 450h peut tenir la comparaison avec le BMW X5 xDrive 40e suivant les équipements. Mais il faut constater dans le même temps que le japonais se montre moins bon en termes de consommation que les meilleures SUV thermiques, même parmi les premiums mieux motorisés. S’il a toujours ses fans et est devenu plus intéressant sur le plan du style, on le voit mal pouvoir miser sur sa seule image historique pour convaincre.

+Douceur de fonctionnement
Look
Agrément de conduite en progrès
Transmission CVT
Choix d’une hybridation non rechargeable discutable
Lexus RX 450h
Moteur
Type et implantation6 cylindres en V essence et moteur électrique
Cylindrée (cm3)3500
Puissance (kW/ch) à tr/mnCumulée 193/263 à 6000
Couple (Nm) à tr/mn313 à 4600
Transmission
Roues motricesAv : moteur thermique Ar : moteurs électriques
Boîte de vitessesVariation continue
Châssis
Suspension avantPilotée à correcteur d’assiette
Suspension arrière
Freins
Jantes et pneus3235/65R18
Performances
Vitesse maximale (km/h)200
0 à 100 km/h (s)7,7
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)NC
Cycle extra-urbain (l/100 km)NC
Cycle mixte (l/100 km)5,3
CO2 (g/km)122
Dimensions
Longueur (mm)4890
Largeur (mm)1900
Hauteur (mm)1690
Empattement (mm)2790
Volume de coffre (l)539 → 1612
Réservoir (l)65
Masse à vide (kg)2100

Crédit images : Lexus

Poster un Commentaire

18 Commentaires sur "Essai Lexus RX 450h : Plus acéré"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Panama
Invité

Lexus n’a pas vu la concurrence arriver… Qu’est-ce qu’il lui reste ? Une image de pionnier ou un design « extrême » ?
A ce niveau de prix on peut être exigent sur la techno.

jul
Invité
pas vu la concurrence arrivé je pense que c’est pas le point . D’un point de vue europeen avec nos rendement eur/km imbatable; ce vehicule n’a clairement pas de plus value . Mais j’imagine que quand on peut se permettre ce genre de machine c’est plus pour montrer son ecolo attitude; le reste c’est une question de gout . En amerique du nord ca se vend comme des ptits pain. Quoi qu’il en soit l’hybride thermique/electrique est en fin de course en temoigne le regain d’interet du tout electrique. Je pense que Toy fait la part des chose.Le prochain vaisseau… Lire la suite >>
SGL
Invité

Il ne faut pas oublier que ce véhicule, qui certes est moins performant que sa concurrence directe, est aussi sensiblement moins chère.
Et l’hybridation est en plein boom dans le monde, il s’en est jamais vendu autant !
La France n’est pas une référence dans le domaine (malheureusement) ni pour ses modèles nationaux, ni pour son marché !

amiral_sub
Invité

oui mais la France est la référence des voitures diesel. On a pas de pétrole mais on a des idées (à la con)

Thibaut Emme
Admin

Mouais…ne pas oublier que les champions des ventes diesel en proportion sont les constructeurs Allemand (BMW c’est plus de 80% de ventes en diesel en France par exemple) 😉

Verslefutur
Invité

« On dépassait les 10 litres, sans rouler à bloc en permanence »
« en criant moins sa souffrance en conduite extrême »

Pour profiter d’une hybride Toyota / Lexus, il faut juste apprendre à conduire et à améliorer ses habitudes:
– Accélérations franches pour optimiser la poussée électrique, sans forcer sur les passages de la boite CVT
– Ne pas laisser en permanence le chauffage ou la clim, car sinon le moteur thermique ne s’arrête pas
– Anticiper les obstacles pour éviter les freinages

En adoptant cette conduite, les consommations sont proches des données constructeurs.

wizz
Membre

donc ce que je disais, adopter la « Prius Attitude »

.
ps: il n’y a pas de passages sur « la boite CVT », il n’y a aucune variation mécanique (changement de ratio régime w.entrée/w.sortie)

beniot9888
Invité
Moi, j’aime bien conduire comme j’en ai envie. Je suis d’accord qu’au fil des kilomètres, on modifie sa conduite pour mieux profiter « du couple plus présent à ce régime qu’à un autre » sur sa nouvelle voiture. Mais de là à complètement devoir modifier ma façon de conduire pour m’adapter à la voiture, faudrait pas trop pousser non plus. Si je trouve la voiture molle, je ne ferai pas l’effort de m’y adapter pour optimiser la conso. J’en achèterai une autre, tout simplement. « En adoptant cette conduite, les consommations sont proches des données constructeurs. » Et ça, ça marche avec toutes les… Lire la suite >>
Admin

Je ne sais pas si vous avez déjà conduit une hybride ou une électrique, mais il ne s’agit pas de se faire violence pour changer son mode de conduite. Ca se fait assez naturellement en fait. Sauf à conduire en permanence comme un sagouin en accélérateur On-Off et faire des burn-outs à chaque feu rouge (ce qui peut avoir un certain charme de temps à autre, je vous l’accorde), la différence n’est pas fondamentale non plus avec une voiture thermique de père de famille. L’apport du couple du moteur électrique sur les phases de bas-régime est même plutôt agréable.

amiral_sub
Invité

j’ajouterais qu’une prius, malgré un 0-100 pas très flatteur, est très nerveuse en ville. Au feu rouge ou aux stops ça arrache, faut une thermique très puissante pour la tenir en accélération (en tant que propriétaire d’une subaru impreza gt turbo et d’une prius je sais de quoi je parle)

Membre

c’est normal, c’est ça aussi l’avantage de la motorisation électrique. Dans le même genre, je peut dire que moi aussi j’ai réussi à enrhumer une Megane 2 RS avec ma 309 au démarrage à un feu stop. Et oui, la 309 est certes beaucoup moins puissante, mais elle est aussi moins lourde, donc aux démarrage. Bon ce que je ne dis pas (enfin si, au final) est que la Megane m’a très rapidement rattraper une fois « démarrée », mais bon …

sylver
Invité

Il n’y a pas de boite cvt sur les hybrides Toyota… Depuis le temps, tout le monde devrait être au courant…
C’est seulement le fait que le moteur ne doit pas en prise directe avec les roues qui d’une cette impression. Le système est conçu pour que le moteur fonctionne toujours à son point de fonctionnement (couple, vitesse) optimal (meilleur rendement).

Admin

Tout le monde est au courant, mais il n’y a pas de terminologie plus adéquate pour désigner ce qui est de fait une transmission à variation continue, même si elle est différente des CVT que l’on trouve dans les thermiques. Regardez les fiches techniques qui concernent le RX 450h sur le web.

amiral_sub
Invité
ça s’appelle un triplanetaire, pas une variation continue. Faut appeler un chat un chat. Quasiment tous les journalistes automobiles font dans l’approximation technique, c’est bien regrettable. Ce triplatenaire est le génie de l’architecture toyota: plus de boite de vitesse tout en permettant de faire varier le régime de 3 moteurs électriques. Pour info une boite de vitesses automatiques à 8 rapports (meme si ça reste moins performant que le triplatenaire, faut comparer une boite à multitude de rapports de démultiplication qui garde le moteur thermique proche de sa plaje de meilleur rendement), c’est au minimum 1 milliard d’euro d’investissement, et… Lire la suite >>
amiral_sub
Invité

erratum : il fallait lire « plus de boite de vitesse tout en permettant de faire varier le régime de 3 moteurs dont 2 électriques »

dje77
Invité

Propriétaire d’un 450h de 2010, je m’arrache les yeux à vous lire.
Ce soir, j’ai passé 15 min en ZE dans le bronchons entre Noisy le grand et Nogent sur Marne.
Et pour vous, c’est quelques centaines de mètres….
Misère d’article.

wpDiscuz