Accueil Berlines Essai exclusif – Opel Astra « K »

Essai exclusif – Opel Astra « K »

132
9
PARTAGER

C’est le 10 juin prochain qu’Opel dévoilera l’inédite cinquième génération de sa berline compacte Astra. Sans même attendre qu’elle se débarrasse de ses camouflages, nous sommes allés en prendre le volant durant ses ultimes tests de validation.

La future Astra n’est pas totalement inconnue pour Le Blog Auto. Nous l’avons déjà surprise à plusieurs reprises. Mais toujours largement camouflée, elle ne dévoilait pas grand chose de ses lignes. Tout juste pouvait-on deviner que la berline compacte terminait ses tests routiers en vue de la commercialisation, prévue pour la rentrée prochaine. Pour ce premier contact avec celle qui demeurera, à n’en pas douter, l’un de ses best sellers, la firme au Blitz a mis à notre disposition pas moins de cinq voitures.

Bien sûr, les autos cachent toujours largement leurs traits aux yeux des indiscrets que nous sommes. A ce sujet, l’équipe d’Opel nous confiera même qu’ils s’agit de prototypes assemblés à la main et non pas de modèles de pré-série. Les matériaux utilisés, notamment à bord, ne sont donc pas représentatifs de ce que sera la version de série. Leurs formes, elles, sont quasi-définitives. Si nous n’avons pas pu la prendre en photo, nous avons toutefois pu apercevoir la planche de bord. Celle-ci délaissera sa console centrale verticale constellée de boutons au profit d’un large insert horizontal (à l’image de ce que l’on trouve dans la Mercedes Classe A par exemple) sur lequel prendront place le système audio ou multimédia IntelliLink, suivant les versions. A l’œil, le dessin est plutôt flatteur même si le fameux IntelliLink ne voit toujours pas ses graphismes, un peu démodés à nos yeux, évoluer d’un iota.

021_ASTRA_VD

Des lignes plus dynamiques

Comme le montrent les photos, « nos » Astra étaient plutôt couvertes malgré la météo extrêmement clémente qui régnait en Moselle durant ces essais. Pas facile, donc, de se faire une idée précise des lignes de cette berline. On remarque toutefois un profil général proche de celui de l’actuel opus, même si la nouvelle se veut plus courte (4,37 m contre 4,42 m). Un changement radical pour l’Astra dont le changement de génération rimait jusqu’alors avec une révision totale du style. Que ceux qui trouve les lignes actuelles trop passe-partout se rassurent toutefois : les nouvelles devraient délaisser les rondeurs au profit de nombreux angles droits. A ce titre, la face avant parait plus verticale avec des optiques au dessin rectangulaire tandis les feux arrière prennent du volume, tout en étant, eux aussi, bien plus anguleux que jusqu’à présent.

Repensée totalement

Pas question toutefois d’une évolution esthétique timide comme les affectionne la référence de la catégorie, la VW Golf. Techniquement, les ingénieurs sont quasiment partis d’une feuille blanche. La plateforme de l’auto est entièrement nouvelle et permet à l’Astra d’afficher un poids en forte baisse, de 120 à 200 kg suivant les versions. Cet allègement, qui va permettre à l’Astra d’en finir avec l’un de ses plus gros défauts, est le fruit du travail en profondeur sur les éléments du châssis, sur la coque mais également sur les moteurs. En dehors des différentes variantes du 1.6 CDTI (95 ch, 110 ch et 136 ch) et du 1.6 SIDI (170 ch et 200 ch), tous feront leur première apparition à bord de l’Astra. Ainsi, le sommet de la gamme diesel sera assuré par le 2.0 CDTI 170 ch récemment apparu dans l’Insignia, tandis qu’en entrée de gamme essence, on trouvera le trois cylindres 1.0 des Adam et Corsa, mais ici dans une inédite déclinaison de 105 ch. L’Astra aura même le droit à une mécanique 100% nouvelle, sous la forme d’un 1.4 turbocompressé développant 145 ch. Un moteur naturellement doté de l’injection directe.

025_ASTRA_VD

Mise en appétit

Pour notre session, Opel avait mis à notre disposition les deux versions essence les moins puissantes. Comme c’est le cas pour son rival Ford, le 1.0 Opel se montre à son aise sous le capot d’une compacte. L’Astra 105 ch se montre souple et suffisamment nerveuse, quel que soit le terrain. Nous émettrons toutefois une réserve en ce qui concerne l’usage autoroutier puisque nous n’avons pas pu y essayer les autos. De même, il nous est impossible d’annoncer une quelconque estimation de la consommation, mais Opel annonce -on s’en serait douté- une très large baisse par rapport à la génération actuelle. Dans le cas de la variante 145 ch, tonicité semble être l’adjectif adéquat. Le moteur semble plein à tous les régimes (le couple est annoncé à 235 Nm) et, cerise sur le gâteau, il se montre d’une discrétion remarquable. Cette constatation s’avère également valable pour le 1.0. Par rapport à l’actuelle Astra, on note également les progrès réalisés au niveau de la commande de boîte de vitesses ainsi que du confort général, même si les sièges sont toujours à classer dans le registre « assez ferme ». Le comportement routier s’avère dynamique avec une suspension mieux maintenue que par le passé et un train avant plus précis.

026_ASTRA_VD

La techno s’invite à bord

Même si les représentants de la marque ne se sont pas épanchés sur la question, il faut naturellement s’attendre à ce que le nouvel opus de l’Astra fasse le plein d’équipements high-tech. Nous avons tout de même pu en apprendre un peu plus sur deux d’entre eux. Le premier est le système OnStar qui permet, notamment, de localiser la voiture en cas d’accident afin de vous envoyer automatiquement les secours, de verrouiller ou déverrouiller l’auto via une application smartphone ou encore d’utiliser l’Astra comme borne Wi-Fi. L’Astra sera également la première voiture de sa catégorie équipée de projecteurs Matrix à LEDs. Ce système, déjà vu chez les marques premium, permet de rouler en permanence en feux de route dès que la voiture est en dehors d’une zone éclairée et qu’elle roule à plus de 50 km/h, un système de cache permettant alors de ne pas éblouir les autres usagers. Comme on pourrait s’en douter, ces deux dispositifs ne seront disponible qu’en option ou sur les versions les plus huppées.

Reste à confirmer ces premières -bonnes- impressions au volant des voitures de série. Il nous faudra également attendre de connaître précisément les tarifs et dotations de série de chacune des variantes avant de formuler un avis définitif. Sur ce dernier point, nous devrions être fixés au début de l’été. Mais les essais n’auront lieu, eux, qu’à la rentrée.

Crédit photos : Harald Dawo/Opel

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Essai exclusif – Opel Astra « K »"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
nullos
Invité

C’est moi ou l’auteur est fâché avec les accords/infinitifs/participe passés?

Bubba
Invité

c’est clairement pas un as en la matière. chacun son truc. dommage que plus personne ne soit payer pour corrigé

Thibaut Emme
Admin

Non, mais si vous signalez (sympathiquement) les coquilles, nous nous empresserons comme toujours de les corrigé…heu…corriger. 😀 😀 (avec des smileys on comprend mieux l’ironie de glisser des fautes dans les commentaires)

Gilles M.
Invité
Vous faites de sacrés correcteurs les deux donneurs de leçon! nullos: accords (le s après les, ça c’est bien!) mais le problème est de savoir si « infinitif » doit vraiment être au pluriel et surtout pour « participe passéS »…il va falloir choisir; ou on enlève le S à passé ou en rajoute un à participe! Bubba: où c’est du 2ème degré pour se moquer de « nullos »….ou on peut aussi passer par la case « j’apprendS (on oublie pas le S) mes conjugaisons avant de faire le malin » à savoir « soit payé (adjectif après être) pour corriger (infinitif). Un petit truc, pour savoir si… Lire la suite >>
julien
Invité

Bonjour,

L’attente se fait longue. Propriétaire de l’actuelle J depuis maintenant 4 ans, j’ai hate de passer à l’Upgrade. J’étais un peu réticent à me tourner vers l’Astra, mais finalement, que du bon. Hâte donc de voir la nouvelle génération arriver.

SAM
Invité

Ce n’est pas tant la Golf (chérie des loueurs et des entreprises en Allemagne et en Angleterre) que l’Astra devra aller chercher mais bien les Skoda, Hyundaï et Kia qui la font souffrir depuis qu’Opel a changé sa politique de déstockage massif! Si l’Astra n’a rien à craindre au RU, en France, en Espagne, en Italie et en Allemagne la Seat Léon lui fait mal. VW-AG a pris soin de concevoir une auto ibérique aux accents très germaniques et d’inspiration Opel. Espérons que cette Astra soit un succès!

SGL
Invité

Opel est encore très populaire en Allemagne (heureusement) ils étaient la marque la plus populaire avant-guerre.
Opel sort de très bon produit quand GM leur laisse les moyens d’y parvenir, très bon motoriste et maintenant bon sur les châssis.
Elle pourra donc devenir une alternative sérieuse aux Golf / Focus / Mégane / 308.
La perte de poids et des dimensions semble être une bonne voie.
Elle pourra avoir un succès foudroyant avec son logo 🙂

Lisa
Invité

Avec toutes ces différentes modifications,la nouvelle génération d’Opel Astra sera sans doute une belle et puissante voiture. Vue aussi qu’ Opel est considéré comme un grand constructeur automobile réputé dans ce domaine.

Membre

J’espère qu’ils ont changé la merdique boite de vitesses M32 !!

wpDiscuz