Accueil BMW BMW X5, le révolutionnaire devient conservateur

BMW X5, le révolutionnaire devient conservateur

130
11
PARTAGER

Après une fuite hier soir, BMW a levé le voile sur sa troisième génération de X5. Génération qui peut être considérée comme très conservatrice et qui marque l’entrée du modèle dans l’ère de l’économie de carburant avec l’arrivée de motorisations à 4 cylindres et 2 roues motrices…Celui par qui est arrivé la révolution chez BMW rentre dans le rang. Premier SUV, pardon SAV, de la marque bavaroise, le X5 est plus conservateur que jamais sur cette troisième génération sur la plan de son concept général et surtout de son style. S’il est un point sur lequel il n’hésite pas à changer ses habitudes se sont bien les motorisations.

Le lancement sera concentré sur trois modèles, le xDrive50i, pour le marché américain, le xDrive30d, pour l’Europe, et histoire de montrer les dents le M50d… La gamme sera par la suite complétée par un 6 cylindres essence (xDrive35i), un second 6 cylindres diesel (xDrive40d) et surtout un 4 cylindres diesel (xDrive25d). Ce dernier sera en outre disponible en version deux roues motrices sDrive25d. Permettant au X5 d’afficher des émissions de CO2 de moins de 149 g/km et le repositionnant sur le marché des flottes. Toutes ces motorisations sont conformes à la norme Euro6. Pour réduire les consommations, le X5 se met aussi à l’heure de l’allègement (jusqu’à 90 kg de gain) et de l’aérodynamique (Cx juqu’à 0,31) avec l’arrivé comme sur la 3GT par exemple des Air breathers, ces écopes sur les ailes avant qui évacuent l’air des passage de roue.

Détails des motorisations (en gras les modèles disponibles au lancement en novembre) :
– xDrive35i : L6 3,0l biturbo / 225 kW/ 306 ch / 199 g/km
xDrive50i : V8 4,4l biturbo 300 kW / 450 ch / 650 Nm / 10,4 l/100 km / 242 g/km
– sDrive25d : L4 2,0l / 160 kW / 218 ch / 5,6 l/100 km / 155 g/km
– xDrive25d : L4 2,0l / 160 kW / 218 ch / 5,6 l/100 km / 100 km /
xDrive30d : L6 3,0d 190 kW / 258 ch / 540 Nm / 6,2 l/100 km / 162 g/km
– xDrive40d : L6 3,0 biturbo / 230 kW / 313 ch / / 6,4 l/100 km / 169 g/km
M50d : L6 3,0d tri-turbo / 280 kW / 381 ch / 740 Nm / 6,7 l/100 km / 177 g/km

Economie de carburant donc, avec pour toutes les versions le mode EcoPro avec sa fonction coasting (roue libre) qui désengage le moteur au lever de pied entre 50 et 160 km/h. Si le système de navigation optionnel est installé, il dispose d’un mode EcoPro Route pour sélectionner un itinéraire plus économique, ainsi que de l’assistant d’anticipation qui alerte le conducteur de ralentissements (virages, intersections…).

Le style n’est certes pas la plus grande nouveauté du X5 dont la physionomie est globalement inchangée. On pourrait penser à un simple facelift… X6 oblige, il ne change pas sa stature et conserve sa hauteur et son arrière vertical. Qu’il temporise toutefois par une vitre de custode plus inclinée, tandis que les déflecteurs aérodynamiques (Aeroblades) permettent de donner l’illusion d’un hayon plus incliné. A l’avant, le visage adopte le style apparu avec la Série 3 : naseaux chromés en 3 dimensions et optiques étendues (LED en option, xénon en série sur xDrive50i et M50d). Un style que l’on personnalisera via le Pack Sport M, ou encore via les nouvelles finitions Pure Experience (l’exemplaire blanc sur les photos) et Pure Excellence (le marron…). L’un doit donner une allure un peu plus tout-terrain, l’autre plus chic et urbain…

Ces finitions ont aussi un effet à bord, avec une ambiance plus foncée pour la première, plus claire sur la seconde. Le style est ici aussi sans surprise, et BMW surcharge la planche en matière de décors. Hésitant entre bois, métal et laquage, les équipes de style ont opté pour trois couches… La banquette de second rang fractionnée en trois parties 40/20/40 peut adopter une option confort, pour un dossier inclinable sur 10° et coulissante sur 80 mm. Le coffre progresse de 30l en version standard (650 l), et gagne même 120l en chargeant jusqu’au rang 1 et jusqu’au plafond (1870 l). Le troisième rang reste disponible, et toujours à réserver aux occupants de moins de 1m50. Pas de changement non plus pour le hayon en deux parties, électrique pour la partie supérieure (commandé depuis la télécommande ou le poste de pilotage).

Mise à niveau aussi pour la partie divertissement avec l’accès internet disponible, ce qui permet à l’option BMW Apps de proposer entre autres l’accès aux radios par ce moyen… Pour la musique, si on considère une automobile comme le lieu idéal pour profiter de la qualité d’écoute maximale, on optera en option pour le système Harmann Kardon, ou encore plus haut (en prix au moins) Bang&Olufsen…

Hormis les motorisations, BMW a aussi une expertise sur le châssis, et le X5 propose à ce chapitre deux options : Pack châssis Confort avec amortissement piloté et suspension arrière pneumatique ou Pack châssis Dynamic avec contrôle actif du roulis. Pour réunir les deux on choisira le Pack châssis Pro : Confort + Dynamic. Bien entendu, il fait aussi le plan au rayon des aides à la conduite chez les équipementiers allemands : alerte de changement de file, surveillance d’angle mort, alerte de risque de collision avec détection de piétons, ACC 0 à 210 km/h et assistant de conduite en embouteillages, assistant de pleins phares, vision de nuit avec Dynamic Light Spot, assistant de stationnement totalement autonome (disponible en décembre 2013), vision à 360°, reconnaissance des panneaux de signalisation…

A découvrir à Francfort…

2013_BMW-X5_022013_BMW-X5_432013_BMW-X5_082013_BMW-X5_412013_BMW-X5_562013_BMW-X5_472013_BMW-X5_322013_BMW-X5_612013_BMW-X5_642013_BMW-X5_342013_BMW-X5_352013_BMW-X5_62

Source : BMW

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "BMW X5, le révolutionnaire devient conservateur"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Xavier
Invité

Mince, l’avant est agréable mais l’arrière… Dommage de ne pas avoir garder le style de feux de la série 3.

Umaga
Membre

P.. !. Mais quand est-ce que BM renouera avec des voitures moins caricaturales ? 🙁

Gallarton
Invité

Caricaturale?
Hormis la série 1, toute la gamme transpire d’une redoutable élégance classique… On pourrait au contraire critiquer à BMW de ne pas faire preuve d’audace (ils ne seraient pas les seuls sur le segment), bien que ça resterait affaire de gout, mais parler de caricaturale c’est fort!

De ce X5 je n’accroche quand même pas à la face avant, lourde de lignes et d’éléments mal intégrés. Pour le reste c’est une évolution réussie, particulièrement pour l’intérieur!

Raph
Invité

« De ce X5 je n’accroche quand même pas à la face avant, lourde de lignes et d’éléments mal intégrés »

J’adore, vous voulez dire la même chose mais avec des termes différent. lol

Moi je trouve aussi ses lignes grossières et caricaturale donc.

Gallarton
Invité
Non Raph, ce que je contestais dans le message de Umaga c’est qu’il semblait sous-entendre qu’il y aurait en ce moment chez BMW une tendance générale à la caricature, sur chacun des véhicules! 😉 Je ne trouve rien de caricatural sur la série 3, sur le ‘restylage’ de la série 5, sur la série 6, sur le X1, sur le concept de série 4,… La face avant de ce X5 est lourde et peut-être ‘caricaturale’, mais avec la face avant de la série 1, ce sont à mon avis les seules fautes de gout dans la gamme actuelle de BMW…… Lire la suite >>
Raph
Invité

Dans la gamme BM actuelle, y a le choix en modèle a face avant ou arrière aux traits disgracieux et exagéré.

La 1, la 3 depuis restylage, la 3GT, la 5GT « avec le gros cul en sac a dos », la 7 n’est pas un modèle non plus même si ca passe beaucoup mieux, ce X5.

Ca commence a faire beaucoup, et le X5 en particulier avec ca fasse et ses feux massifs et ca ceinture de caisse basse, c’est disproportionner pour moi.

Les seule Bm que j’aime sont les X6 et Série 6 particulièrement en version 5 portes. Le reste….

Gallarton
Invité

Les 3 et 5 GT ont une ligne asservie à un choix pratique; ce n’est pas qu’une option esthétique. C’est comme si un fan de voiture surbaissée qualifiait de ‘caricatural’ la haute garde au sol des 4X4, alors que c’est commandé par la fonction…

Et le reste n’est qu’une question de gout, et est juste bon à alimenter les oppositions de pro-ci/pro-ça/anti-ceci/anti-cela, le genre de débats puérils auxquels je ne m’abaisserais pas!^^

Malgré tout si la simplissime série 7 est caricaturale, je me demande ce qui dans toute la production automobile ne l’est pas!

hehe007
Invité

Autant j’adhérais totalement aux dernières productions bm, autant là je trouve ça horrible … c’est lourd et peu harmonieux
Casting raté!

litlfred
Invité

Il ne devrait pas avoir de problemes à remplir sa mission. Que ce soit sur ses marchés cibles prioritaires ( US puis Russie, Chine ) avec ses motoriations les plus puissantes et en Europe le 25D devrait meme pouvoir élargir sa clientèle.
On aime ou pas, mais il va faire le boulot, c’est garanti.

SAM
Invité

« le révolutionnaire devient conservateur »

si surélever une Série 5 en la musclant comme un 4X4 est révolutionnaire BMW est de loin le constructeur le plus conservateur de la planète. Audacieux le X6 mais sûrement pas révolutionnaire et le X5 aussi conservateur qu’un Range…

wpDiscuz