Accueil 4x4 Essai Land Rover 2012, les baroudeurs en mocassins (1/2)

Essai Land Rover 2012, les baroudeurs en mocassins (1/2)

73
0
PARTAGER

L’actualité du moment pour Land Rover, c’est l’Evoque. Véritable succès, il s’arrache en concession bien au delà des espérances de la marque. Mais Land Rover c’est aussi le Discovery, le Range Rover, le Freelander et le vénérable mais toujours aussi efficace Defender. Land Rover nous a convié en Ecosse à découvrir les évolutions du millésime 2012 pour ces modèles, dont voici la présentation avant de passer au volant.

Range Rover : toujours plus haut (de gamme)

Commençons la revue des troupes par le Range Rover, le fleuron. La marque britannique, désormais propriété du groupe Tata, propose une dotation d’équipements revue à la hausse ainsi que des nouveaux pack design pour les finitions “Vogue” et “Autobiography”. Le design extérieur a fait l’objet de discrètes évolutions. Les platines des projecteurs avant et des feux arrière arborent désormais une finition noir brillant tandis que l’entourage de la calandre bénéficie d’un traitement noir Narvik. Les poignées de porte et les prises d’air latérales sont assorties à la couleur de la carrosserie. De nouvelles jantes alliage de 20” à rayons en V en finition « Mid Silver » font aussi leur apparition. Petit détail qui renforce le côté exclusif du Range Rover par rapport a ses collègues de la gamme, l’enjoliveur de moyeu est désormais frappé du logo Range Rover en lieu est place du logo Land Rover. A l’intérieur, les boiseries Grand Black, intègrent désormais de la même façon un insert portant l’inscription « Range Rover ». Sur la version Autobiography, les boiseries sont disponibles dans trois finitions au choix : loupe d’érable couleur Bleu de Prusse, chêne rayé gris anthracite ou loupe de frêne.

La finition Vogue est proposée en deux versions : Black ou Silver. En fonction du pack choisi, un badge spécifique Vogue Silver ou Vogue Black est appliqué sur le hayon. Ces deux déclinaisons embarquent un système audio Harman Kardon High Dynamics Logic 7 de 1200 W, des sièges chauffants et climatisés pour l’ensemble des passagers, et un système multimédia à écran double vision de 8 pouces – permettant tout à la fois au conducteur de visualiser l’affichage de navigation et au passager avant de visionner une vidéo, une option qui semble plus un gadget qu’autre chose sur le papier mais qui fonctionne parfaitement à l’usage, mais il y a un truc… Le passager coiffé du casque sans fil peut en effet profiter au mieux de la vidéo, et du coup il ignore superbement le conducteur qui se retrouve bien seul avec sa carte virtuelle… La rançon de la technologie.

Au niveau des différences entre les deux versions, on note que le Vogue Silver inclut le pack design Supercharged comprenant des entourages en finition métal brillant pour la calandre et les prises d’air latérales renforçant le côté sportif. Le Vogue Black lui joue la carte du raffinement avec le kit design extérieur. Ce kit comprend un bouclier avant remodelé avec inserts d’antibrouillards, calandre et prises d’air latérales en finition titane, ainsi qu’un bouclier arrière, des bas de caisse, et des sorties d’échappement en acier inoxydable.

La finition Autobiography est désormais proposée avec trois nouveaux packs optionnels – Prestige, Dynamique et Technologie – disponibles séparément ou en combinaison.

Aucune nouveauté par contre sous le capot : on retrouve toujours le très efficace TDV8 de 313 chevaux et sa transmission automatique à huit rapports pour une consommation mixte d’environ 10l/100km. Il y également plus musclé avec le V8 essence à compresseur de 510 chevaux capable d’emmener ce gros bébé de 0 à 100 km/h en 7,2 secondes.

Range Rover Sport et Discovery : au-delà de la seule esthétique

Le Range Rover Sport, comme son nom ne l’indique pas, partage la même plateforme que le Discovery et logiquement les deux autos évoluent de concert. Au niveau mécanique tout d’abord avec de meilleures performances et une diminution des émissions de CO2. Le V6 diesel 3 litres voit ainsi sa puissance passer de 245 ch à 256 ch et ses émissions de CO2 diminuer de 243 g/km à 230 g/km. En parallèle, le modèle d’entrée de gamme de 211 ch enregistre une nette diminution de ses rejets de CO2 de 243 g/km à 224 g/km grâce en autre à un nouveau système d’injection à faible débit. L’introduction de la nouvelle transmission automatique à 8 rapports déjà présente sur le Range Rover permet encore d’abaisser la consommation en cycle mixte de ce moteur de 9,2 l/100 km à 8,5 l/100 km et celle du bloc de 256 ch de 9,2 l/100 km à 8,8 l/100 km. Cette nouvelle boîte dernier cri intègre des fonctions adaptatives qui tiennent compte du profil de la route empruntée, des actions du conducteur et même de la température extérieure (!) pour optimiser le rendement moteur et la réactivité. Les rapports passent en 200 millisecondes, ce qui, nous assure Land Rover, en fait l’égal d’une transmission a double embrayage en terme de souplesse.

Si la plateforme est commune, les deux autos sont des fausses jumelles à l’aspect extérieur très distinct. Le Range Rover Sport lorgne vers le bitume, alors que le Discovery privilégie le tout-terrain civilisé.
Les versions 2012 des Range Rover Sport, Autobiography Sport et Limited Edition ont toutes fait l’objet d’un restylage extérieur et intérieur. Des modifications ont été apportées au design du hayon. L’intérieur des blocs optiques comme l’entourage de la calandre a reçu un traitement noir brillant. Les versions S et SE adoptent au niveau de la calandre une finition Dark Atlas, tandis que la version HSE une finition Light Atlas. Le modèle Supercharged peut recevoir en option de nouvelles jantes alliage de 20″ de couleur Sparkle Silver avec finition laquée haute brillance et se dote d’un entourage de calandre Atlas. Le Limited Edition se voit chaussé de jantes à cinq rayons usinées au diamant en finition noir brillant. Enfin, de nouvelles colories intérieures sont proposées pour Autobiography Sport et Limited Edition.

Pour le Discovery 4, les retouches sont plus subtiles. De nouveaux commodos au style épuré font leur apparition. La clé intelligente devient oblongue. Côté extérieur, le Discovery 4 possède de série de nouvelles jantes alliage de 19’’ sur la finition HSE. En option, des jantes alliage de 20’’ à 5 rayons en finition noir brillant ainsi que des barres de toit en finition noir satiné sont proposées.

Au niveau de l’équipement, les deux modèles voient évoluer leur offre, notamment en terme de multimédia. Un tout nouveau système d’entrée de gamme à 8 haut-parleurs avec écran couleur vient remplacer le vieillissant écran monochrome. Des fonctions Bluetooth et DAB ainsi que des ports USB/iPod peuvent être ajoutés, mais en option seulement. Le système Hi-ICE Harman Kardon passe à 11 haut-parleurs et sa puissance grimpe à 380 W. Enfin, le système Premium Harman Kardon LOGIC 7 dispose de 17 haut-parleurs (contre 14 précédemment) et offre une puissance de 825 W.
Le système multimédia aux places arrières (RSE) dispose désormais d’un lecteur de DVD à fente unique qui remplace l’ancien chargeur à six DVD. Le système audio arrière est piloté par une nouvelle technologie sans fil qui accommode des casques infrarouges et une télécommande, et on peut raccorder des consoles de jeux et lire des fichiers vidéo MP4 à partir d’une clé USB.

Defender : bon pied bon oeil

Le Defender porte bien ses plus de 60 ans et son successeur n’est pas encore né même si l’on commence a en avoir une idée avec le récent concept DC100. Land Rover a dû en attendant modifier en profondeur la motorisation de son baroudeur pour pouvoir passer la norme Euro 5. Le style reste inchangé (tant mieux, est-on tenté de dire) et tous les efforts se sont concentrés sur le moteur et l’insonorisation (toute relative) du véhicule. Le nouveau moteur diesel EURO 5 de 2,2 litres équipé d’un filtre à particules vient remplacer le bloc diesel EURO 4 de 2,4 litres.
Bien que sa cylindrée aie été revue à la baisse, les caractéristiques restent identiques à la version précédente avec une puissance de 122 ch à 3 500 tr/min pour un couple de 360 Nm à 2000 tr/min. Il affiche le même temps d’accélèration de 0 à 100Km/h (14,7 secondes), tout en atteignant une vitesse de pointe supérieure (145 km/h contre 132 km/h pour le modèle précédent). Ses émissions de CO2 en cycle combiné sont désormais de 266 g/km sur la version 90 et 295 g/km sur les versions 110 et 130.

Lire également :
Essai Land Rover 2012, les baroudeurs en mocassins (2/2)

[zenphotopress album=12820 sort=random number=10]

Lire la suite : Essai Land Rover 2012, les baroudeurs en mocassins (2/2)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz