Accueil Alfa Romeo Essai Alfa Romeo MiTo TCT : la DSG italienne

Essai Alfa Romeo MiTo TCT : la DSG italienne

93
14
PARTAGER

Après PSA ou  Renault, c’est au tour du groupe Fiat de proposer une boîte automatique à double embrayage, avec en point de mire le mètre-étalon bien connu de la catégorie : l’excellente DSG de Volkswagen. Une ambition réaliste ?

La boîte automatique de Fiat est sensiblement identique dans son fonctionnement de sa rivale germanique, à la différence près qu’elle n’est disponible qu’en déclinaison à six rapports, quant l’allemande peut également en proposer 7.

Dans un premier temps, l’unique motorisation a laquelle elle peut-être couplée est le 1.4l Multiair de 135 chevaux. Un petit moteur pétillant, mais certainement pas le plus prisé dans nos contrées, ce qui limite inévitablement la diffusion de cette boîte TCT. Mais rassurez-vous, la gamme de motorisations s’élargira bien vite dans les semaines à venir à d’autres motorisations essence, mais aussi diesel bien sur, sur la Giulietta notamment.

De quoi rendre la belle italienne un peu plus crédible encore dans le segment, car à l’usage, cette TCT fonctionne plutôt bien. Elle enchaîne insensiblement les rapports avec une réelle douceur, tant en la laissant se gérer par elle-même qu’en en prenant les rennes via les palettes situées derrière le volant.

Seule la réactivité semble moins travaillée que sur une DSG, avec un temps de réponse plus long a l’écrasement de la pédale de droite, et une importante secousse qui accompagne la reprise du rapport adéquat.

Une autre bonne nouvelle, c’est qu’avec cette boîte, le Multiair se montre encore un peu moins gourmand, réduisant sa consommation moyenne de 0,1l/100km en moyenne, désormais établie à 5,5l/100km (126gr/km de CO2). Une consommation établie à près de 8l/100km lors de notre essai, mais dans des conditions peu représentatives d’une utilisation courante il est vrai.

Pour le reste, la MiTo reste inchangée par rapport aux versions essayées précédemment. Son comportement routier ne souffre pas la critique, même si son amortissement aurait pu être mieux travaillé en conduite dynamique, quitte à être plus ferme. Mais le compromis confort-dynamisme, c’est le parti pris de la petite italienne qui laisse le tempérament joueur mais tellement moins conciliant à une certaine rivale britannique.

Conclusion
En utilisation quotidienne, cette boîte TCT offre entière satisfaction. Et si elle n’est peut-être pas encore tout à fait au niveau de la DSG, elle offre au moins une alternative plus que crédible pour ceux qui cherchent une petite voiture à boîte automatique efficace sans vouloir acheter allemand. Vivement que le catalogue des versions équipées s’étoffe !

Lire également :
L’Alfa Romeo MiTo adopte la boîte TCT

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Essai Alfa Romeo MiTo TCT : la DSG italienne"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
np59
Invité

toujours aussi belle cette voiture et toujours en evolution

jimbal
Invité

Je me demande pourquoi on parle toujours de l’excellente boîte DSG de Volkswagen. Je l’ai essayée en version DSG7 et j’ai trouvé son fonctionnement assez pénible (sous-régimes chroniques et reprises laborieuses). En revanche la boîte EDC de la Renault Mégane m’a semblé beaucoup mieux gérée, en tout cas beaucoup plus agréable côté reprises.

wizz
Membre

parce que tu es en mode normal…qui est un mode éco, et que pour consommer le moins possible, l’électronique ordonne de passer le plus grnad rapport possible….et donc tu te retrouves par fois à 50-60km/h en 7e

Umaga
Membre
Je cite: … »Seule la réactivité semble moins travaillée que sur une DSG, avec un temps de réponse plus long a l’écrasement de la pédale de droite, et une importante secousse qui accompagne la reprise du rapport adéquat. » Mais c’est rhédibitoire !! Déjà que pour ne pas avoir à supporter le manque de gnac à bas régimes des petits moteurs turbo, je dois constamment jouer du levier, si c’est pour retrouver les mêmes  » trous » sur une boîte « auto », ça ne peut vraiment le faire ! Et l’importante secousse, comment supporter ça quand on n’a plus le « A » collé sur la… Lire la suite >>
Mars Avril mai juin
Invité

Tu ne savais pas conduire quand tu avais un A? Et une « importante secousse » pour un «  » » » » » »journaliste » » » » » » » ça ne veut rien dire. ça veut juste dire qu’il a senti quelque chose, point.

r.burns
Membre

C’est clair « Seule la réactivité semble moins travaillée que sur une DSG » alors que justement c’est l’avantage essentiel de la DSG…
Next!

MiguelAnge
Invité
Depuis quand, PSA a une boîte à double embrayage??!!! Car si on exclue celle du SUV clone du Mitsubishi, ils n’ont rien. Et cette boîte a été développé par Mitsubishi. Là leur devrait sortir en 2013~2014 soit plus de 10ans après VAG. Pour en revenir à la DSG7, aussi prompt soit la boîte, elle ne va pas apporter du couple à un moteur. Cette boîte peut encaisser au max, 250Nm ce qui la limite au moteur <1.6l. Ensuite dans les variantes qui chasse le gramme de CO2, la gestion en 'D' favorise donc les basses rotations et l'aversion pour le… Lire la suite >>
wpDiscuz