Accueil Berlines Essai Peugeot 308 GTi : Douceur sportive

Essai Peugeot 308 GTi : Douceur sportive

117
39
PARTAGER

GTi, trois lettres qui laissent réfléchir certains esprits joueurs… Alors Peugeot propose une version GTi à sa 308 mais a-t-elle l’âme de ses consœurs ou reste-t-elle une simple finition ? Ravivera-t-elle les mémoires comme pour une 205 GTi ?

Restylée en début d’année, la Peugeot 308 arbore un nouveau pare-choc avant avec cette nouvelle bouche plus imposante et sculptée incorporant les feux diurnes sous forme de diodes. Autre retouche de ce facelift, les feux avant redessinés. De trois-quarts arrière, rien ne change, on retrouve toujours le pare-choc arrière de l’ancienne version.

Mais comment différencier alors une version « normale » de la GTi ? Chez Peugeot, on aime faire dans le subtile et non-extravagant. Pour cela, cette finition GTi adopte deux petits sigles du nom sur les ailes avants, presque invisibles dans cette couleur de carrosserie Rouge Babylone.

Autre point distinctif, cette Peugeot 308 GTi arbore une double sortie d’échappement ainsi qu’un aileron arrière, plus tuning que fonctionnel. Enfin, pour parachever le tout, celle-ci repose sur des jantes en alliage de 18 pouces, dénommées Lincancabur.

Pour l’intérieur, la Peugeot 308 n’a pas à rougir, l’assemblage et la qualité des matériaux est propre et sans fioriture. Le sigle GTi des sièges donne le ton, on est en présence de la bonne version… En tout cas, l’ambiance intérieure est accentuée par les sièges mi-cuir noirs du plus bel effet et renforcent encore plus l’aspect cocon de la voiture. La planche de bord reste toujours la même avec une ergonomie convenable dans l’ensemble mais on aurait aimé un arrêt de la forêt de boutons…

Pour la position de conduite, on remarque bien que l’on est dans une 308 dont celle-ci se retrouve plutôt haute perchée, ne donnant pas l’impression d’être dans une version « sportive ». Malgré cela, il faut le souligner les sièges sont confortables et enveloppent bien les passagers avants. Pour l’arrière, rien à redire non plus, les passagers sont bien installés avec un espace aux jambes appréciable et une facilité d’accès avec les portes arrières, que n’offre par forcément certaines voitures…

Niveau motorisation, le 1.6 THP 200 se montre efficace mais ne rend pas non plus la 308 comme une vraie sportive. Les accélérations sont franches et le couple de 275Nm est disponible très tôt (dès 1750tr/min) mais on reste quand même un peu sur sa faim. Même si le son du moteur a été travaillé avec la fameuse « Sound Box », celui-ci se révèle plus linéaire que progressif. On aurait un dédale de puissance avec un vrai coup de pied aux….

Niveau transmission, la boîte manuelle à 6 rapports ne recèle aucun défaut si ce n’est d’avoir des rapports un peu trop long pour une « sportive ».

Pour le comportement sur route, cette 308 GTi fait référence. Rabaissée de 10mm par rapports aux autres versions, le châssis de la sochalienne est très efficace. Très incisif et s’inscrivant bien en virage, cette Peugeot 308 est performante. Juste un léger bémol avec ces jantes en 18′ rendant la française un peu trop sautillante sur route peu dégradée.

Autre point à remarquer, une assez bonne remontée de l’information de l’état de la chaussée dans la direction, ce que font très rarement certaines sportives. Comparé au RCZ THP 200, le poids de la berline aggrave un peu son comportement en virages rapprochés. Comme dirait un ami, c’est bien pour faire sa gymnastique matinale, pas besoin d’altères…

Plutôt compacte cossue avec un moteur performant, cette 308 GTi plaira pour sa facilité de prise en main pour papa pressé. Les 200ch du 1.6 THP suffisent grandement pour se trouver à des vitesses « illicites » mais on aurait aimé un moteur plus explosif. Facturée 30 500€ avec le GPS 3D, cette 308 GTi reste dans les clous par rapport à ses concurrentes directes tels que la Mégane GT TCe 180.

Et vous, vous inspire-t-elle ou alors vous orienteriez sur un modèle concurrent ? Et lequel ?

A lire également :
Essai Audi TT vs Peugeot RCZ : un R(CZ) de TT (1/2)

La Peugeot 308 CC hérite du 1.6l THP de 200 ch

Peugeot 308 GTi : un microsite

Peugeot 308 GTi, le grand retour

A voir également : Galerie Essai Peugeot 308 GTi
[zenphotopress album=11676 sort=random number=8]

Poster un Commentaire

39 Commentaires sur "Essai Peugeot 308 GTi : Douceur sportive"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Tibo35
Membre

« On aurait un dédale de puissance avec un vrai coup de pied aux… »

Perso, je me dit toujours que s’il y a un coup de pied c’est que le moteur est creux avant 😉
Un moteur linéaire au moins ne surprend pas par un brusque afflux de couple en virage ou une obligation de jouer de la boite de vitesse.

Concernant la 308gti j’aurais préféré une 207GTI plus adaptée à reprendre l’image de la 205gti. Cette 308 bien que bonne voiture au comportement routier nickel est trop lourde et les 200chevaux sont « trop justes » pour faire d’elle une bombinette.

JSM
Invité

C’est exactement ce que je me disais :
– Soit on reproche à une voiture d’être trop linéaire.
– Soit on lui reproche d’être creuse à bas régime.
Jamais contents les journalistes… :o)

JSM
Invité

Je crois que c’est dans Automoto qu’ils ont comparé la 308 GTI à une 305 GTI. Ba la 305 fait mieux en accélération et en freinage. Pffiou, 30 ans de progrès pour… ha ba non, pour rien.
Peugeot vit le sport automobile avec 200ch là ou dans la même gamme la concurrence explose les chronos : Audi RS3, Golf R, Mégane RS, Ford Foccus RS…

mum
Membre
ce que je déteste c’est l’augmentation de poids et la taille des voitures, bientôt on aura des compacte de la taille d’une camionnette. c’est si compliquer de passer à une catégorie supérieure pour bénéficier plus d’espace, et autres ? Moi personnellement, je n’ai aucunement envie d’une voiture de plus de 4mètres, et plus d’1Tonne2, mais je n’ai pas envie non plus de me rabattre sur une citadine(surtout vu les moteurs poussifs qu’il y a sur les dernière Clio et 207 (hors RS et RC). Il faudrait aussi que tous les constructeurs, commence à chercher à perdre du poids comme sur… Lire la suite >>
Tibo35
Membre
@mum: en fait c’est une technique commune à tous les constructeurs. On prend un modèle quel qu’il soit et on le fait grandir/grossir. En effet grosse voiture=plus grand statut social dans l’inconscient collectif. Exemple la Golf n’avait en-dessous d’elle que la Polo…mais les 2 prennent de l’embonpoint et finissent par laisser la place à une Fox. et on peut faire le même constat chez tous les constructeurs 😉 Pour la griffe GTI je m’attendrais plutot de la part de Peugeot à une 207 avec un gain d’environ 50kg avec des sièges-baquets, des « options » virées et 200HP. La 207 commence à… Lire la suite >>
homer S.
Invité

Sauf que la GTI n’a jamais été une concurrente de toutes celle que tu nommes mais des versions en dessous. Les GTI ne sont pas des sportives mais des véhicules luxueux & puissant. Les versions sportives étaient les versions rallye

romanwayne
Invité

visuellement il n’ya rien de sportif meme une simple golf 6 gtd a plus de gueule , c vraiment loin de la concurrence psa niveau sport auto sur la route il n’ya rien a par un rcz de 200 ptit chevaux …

MiguelAnge
Invité

GTi 5 portes avec un profile de monospace compacte: chercher l’erreur…
J’aimerais sincèrement avoir ses chiffres de vente comparés à une autre GTi, la Golf…

Pierre
Invité

+1

josh
Invité

Les voitures actuelles sont tellement lourdes et aseptisées que l’esprit GTI est bien loin. (Tant mieux d’une certaine manière parce que je n’ai pas vraiment envie de croiser des fous sur la route.) Pour avoir des sensations il faut maintenant se tourner vers des petites voitures.

Maitre Kapelo
Invité

Autrement il te reste la Mégane RS

wpDiscuz