Accueil Austin Brève rencontre: Mini Marcos

Brève rencontre: Mini Marcos

259
5
PARTAGER

Mini_marcos_1.jpgEn apparence, tout est simple: la Mini Marcos est un coupé sur base Mini Cooper conçu par Jem Marsh en 1965. Mais de la DART de 1964 à la Marcos Heritage de 2007, en passant par la Jem, la Midas Bronze ou la Kingfisher (sans oublier les faillites), l’histoire de cette bombinette est torturée. Gardez les Doliprane à portée de main avant de cliquer sur « lire la suite »…

Mini_dart.jpgTout commence avec Desmond « Dizzy » Addicott. Pilote de la RAF lors de la 2ème guerre mondiale, c’était un fan de Mini Cooper. Il veut la rendre plus aérodynamique. Il part d’une épave de Mini van (pour son empattement plus long; pour la stabilité), un moteur de Cooper, une carrosserie « goutte d’eau » en fibre de verre et voilà! C’est la Dizzy Addicott Racing Team de 1964.

Marcos_2.jpgAddicott n’est pas un constructeur. Après 4 DART, il se tourne vers Falcon Shells, dont le patron est Jem Marsh. Après 8 autres véhicules, ils se brouillent, mais Gem Marsh (par ailleurs patron de Marcos) a l’idée d’une DART simplifiée. Ce sera la Mini Marcos, testé en 1965 et présentée en 1966. Elle évoluera tranquillement en MKII et MKIII.

Mini_Marcos_pick_up.jpgDés la présentation de 1965, Bill Dulles dit à Jem Marsh qu’un certain Jean-Louis Marnat voulait importer la Mini Marcos en France et l’engager au Mans en 1966. La FFSA faisant de la Miniphobie, la Marcos doit être assemblée en France (notez la camionette du team.) Marnat courra avec Claude Ballot-Lena. Jean-Pierre Jabouille sera la doublure. La voiture arrivera 15e, à la limite du non-classement.

Mini_Marcos_Le_Mans.jpg

Gem_mini_mki_68.jpg

En 1966, Addicott s’en enfin trouvé un partenaire: Jeremy Delmar-Morgan qui produira la DART (plus petite que la Marcos) sous le nom de Jem. L’Australien John Taylor la fabriquera sous licence. La production cessa en 1976, mais Joseph King, un prof, proposera en 1980 la Kingfisher Sprint, qui en dérive!

midas_mark1.jpgEn 1971, Marcos fait faillite. Rob Walker la rachète et crée la Mini Marcos MKIV. La production passe de main en main pour porter le badge Midas à partir de 1978. En 1981, l’usine où sont produites les Midas flambe et elle ne sera plus disponible qu’en kit. Gordon Murray veut racheter Midas et se contentera de créer une MKII. En 1985, Midas présente la MKIII sur base Austin Metro. Pour éviter la confusion, celle sur base Mini prendra le nom de « Bronze ».

Marcos_mini_mkv.jpgMarcos a profité de l’incendie de l’usine produisant les Midas pour reprendre les droits de sa Mini. La demande est là (notamment au Japon) et en 1991, Marcos sort une Mini MKV (faisant suite à la MKIV de Rob Walker et non à la MKIII de Bronze.) Néanmoins, dés 1995, la production est interrompu pour laisser plus de place aux GT de la marque.

Marcos_mini_mkVI.jpgEn 2001, un fan profite d’une énième faillite de Marcos pour racheter les pièces. Il crée au passage une Mini MKVI, sous la raison sociale de « Marcos heritage » (à ne pas confondre avec l’actuel Marcos.) La MKIV est toujours produite aujourd’hui et une version GT figure au catalogue. La Bronze n’est plus disponible (tout comme la Gold, sur base Metro), en revanche, Midas est toujours là. Sacrés Anglais!

Marcos_lm_1966.jpg

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Brève rencontre: Mini Marcos"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
panama
Invité

J’aodore les petites roulettes des premières versions (du 11 pouces, c’est ça ?)

Bikinours
Invité

Superbe article Joest 😉
Pour les roulettes, il me semble que c’était du 11″ ou même du 10″, enfin je sais que les freins sur ces roulettes étaient de 8″ 🙂

lo
Invité

Sur les Mini c’était du 10, la Marcos je ne sais pas.

Pour en avoir conduit une, c’est un sensation absolument génial de prendre son pied intégral à 100km/h! Ca tient très bien le pavé et procure vraiment des sensations très simples sans fiotriture. Le bonheur avec pas grand chose quoi…

Carlos Ghost
Invité
Les Anglais sont de grands spécialistes de la voiture laide et sympa : là, ils avaient fait fort ! Pas autant que la Daimler SP250, mais presque ! J’avais vu cette voiture courir au Mans, entourée de furieux comme sur la photo. S’être enfermés 24h dans ce « scaphandre » (c’était son surnom, je crois) : total respect à MM Marnat-Ballot-Léna). Les furieux en question sont une Ford MKII et une Ferrari P4 : autremnt dit, les Belles et la Bête ! En matière de dérivés sportifs de la Mini, il existe aussi une Deep Sanderson. Joest, au boulot ! Meanwhile, longlife… Lire la suite >>
Damien
Invité
Bonjour, Les première mini étaient en 10″, les freins c’était soit du tambours soit du 7″ de cooper soit du 7.5″ de CooperS et 1275gt (mini à avant carré). Les freins 8.4″ c’est pour les jantes en 12 et 13, les jantes en 11″ n’ont jamais éxisté sur une mini, du moins pas d’origine). A la base les marcos sont toutes en 10″ (sauf les dernières (mk5 et 6), mais il y a ue pas mal de caisse modifier pour passer du 12″ ou 13″ (dommage de charcuter une tel voiture). Au Mans elle a fini 15eme (et dernière) mais… Lire la suite >>
wpDiscuz