Accueil VW VW : 44 milliards dans véhicules électriques et autonomes

VW : 44 milliards dans véhicules électriques et autonomes

862
20
PARTAGER

Le groupe Volkswagen vient d’annoncer qu’il allait investir 44 milliards d’euros (50,2 milliards USD) dans le domaines des véhicules électriques, les services numériques, la conduite autonome et les nouveaux services de mobilité. Et ce, d’ici 2023.

Une politique qui s’inscrit dans le cadre de la volonté du constructeur européen de produire en masse des voitures électriques.
VW prévoit également d’augmenter la productivité de ses usines de 30% d’ici 2025. Il compte atteindre cet ambitieux objectif  en assemblant davantage de véhicules de différentes marques sur la même ligne de production.

Objectif : réduire la valeur du ratio investissements/revenus

Selon VW, cette stratégie industrielle devrait contribuer à l’objectif qu’il s’est fixé de réduire le ratio investissements/revenus de sa division automobile à 6 % à partir de 2020. Reste tout de même que que ce plan d’investissements représente 10 milliards d’euros de plus par rapport aux sommes qui avaient été planifiées pour 2017.

Les dépenses représentent environ un tiers du budget quinquennal de Volkswagen pour des biens d’équipement tels que les biens immobiliers et les usines. En dépit de cette hausse, Volkswagen s’est fixé pour objectif de réduire les dépenses d’investissement à 6% du chiffre d’affaires à partir de 2020. Pour atteindre cet objectif, les usines de VW, qui regroupent quelque 120 établissements dans le monde, réduiront leurs coûts. En 2017, ce ratio avait chuté à 6,4%.

Nouvelle marque I.D et véhicules électriques Porsche et Audi

Rappelons que le groupe VW va procéder prochainement au lancement de modèles électriques haut de gamme au sein de ses marques Porsche et Audi. Ces derniers devraient être commercialisés l’année prochaine afin de suivre la cadence des autres constructeurs automobiles mondiaux. Devraient également être lancés sur le marché des véhicules plus abordables sous la marque I.D. de VW, sous-marque qui devrait apparaître sur les routes à partir de 2020.

VW a par ailleurs déclaré qu’il pourrait construire jusqu’à 15 millions de voitures sur sa nouvelle plate-forme de production MEB EV.

« Volkswagen doit devenir plus efficace, plus productif et plus rentable afin de financer les dépenses élevées à venir et rester compétitif », a déclaré à ce sujet le PDG Herbert Diess lors d’une conférence de presse.

Depuis qu’il a pris les rênes en avril dernier, Diess a entrepris de réorganiser le groupe afin d’être ne mesure de mieux s’adapter aux futurs défis. Il s’est ainsi engagé à réduire les coûts et à générer des économies d’échelle.
Le constructeur doit faire preuve d’agilité, confronté à la fois au ralentissement de la croissance économique, aux barrières commerciales et à l’incertitude d’une Europe post-Brexit.

M. Diess a par ailleurs déclaré qu’il espérait voir se concrétiser d’ici la fin de l’année un accord-cadre sur la coopération avec Ford, axé sur les véhicules utilitaires. Il a précisé qu’une fusion avec Ford n’était pas à l’ordre du jour et qu’il ne prévoyait pas de prendre une participation dans la société américaine.

Craintes pour l’emploi

Les syndicats, qui contrôlent la moitié des sièges du conseil de surveillance de Volkswagen, doivent encore approuver le plan visant à créer une capacité de production mondiale d’un million de véhicules électriques d’ici 2025. Ils redoutent d’ores et déjà que l’assemblage de véhicules électriques nécessite moins de personnel.

Leurs craintes sont d’autant plus fortes qu’en Allemagne, environ 436 000 emplois industriels sont liés à l’assemblage de véhicules dotés de motorisation essence ou diesel.

Selon les analyses d’ING, une voiture à moteur à combustion compte 1 400 composants destinés au moteur, système d’échappement et transmission, tandis que la batterie et le moteur d’une voiture électrique ne comptent que 200 composants.

Plan de conversion pour 3 usines

La direction de Volkswagen a présenté cette semaine les plans de conversion des usines automobiles de Zwickau, Emden et Hanovre en vue de la construction de voitures électriques, offrant des garanties d’emploi aux employés jusqu’en 2028.

La première voiture électrique ID devrait sortir de la chaîne de production de Zwickau en 2019, tandis que parallèlement l’usine augmentera sa capacité de production à 330 000 véhicules électriques. A l’heure actuelle, Zwickau assemble la Golf et la Golf Estate.

Ford demeure un concurrent

La plate-forme de véhicules électriques MEB de Volkswagen attire également l’attention de Ford alors que les deux sociétés poursuivent leurs discussions préliminaires au sujet d’une éventuelle alliance pour développer conjointement des véhicules autonomes et électriques.

« Nos deux sociétés se complètent très bien en termes de produits et de régions. Le développement et la fabrication en commun d’une gamme de véhicules utilitaires légers sont au cœur de la coopération envisagée », a quant à lui déclaré M. Diess.

Le dirigeant a également tenu à préciser que tout arrangement avec Ford exclurait les domaines liés à stratégie commerciale, le marketing et les prix. Il a nié toute hypothèse selon laquelle le futur partenariat pourrait être un prélude à des participations croisées ou à une fusion. «Cela n’a jamais été l’objectif de ces discussions. Ford reste un concurrent » a-t-il martelé.

Sources : Automotive News , Reuters, Bloomberg

Crédit Illustration : VW

Poster un Commentaire

20 Commentaires sur "VW : 44 milliards dans véhicules électriques et autonomes"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SAM
Invité

Il y a deux ou trois ans … c’était 70 milliard … j’avais déjà pointer du doigt le côté fake news de VW.

Kaizer Sauzée
Invité

Faut toujours qu’ils fassent parler d’eux pour occuper le terrain médiatique, quite a oser les grosses intox.

Lolo
Invité

C’est sûr, les annonces coutent moins chères qu’un vrai changement de stratégie (et tardif de fait), en attendant ça fait patienter la clientèle et ça permet de se refaire une image. Volkswagen : « Das Mytho ».

AQW
Invité

Ils peuvent faire de grosses annonces. Comme toujours.
Pour autant, il y a peu, ils n’ont pas été foutus de passer sans encombre le WLTP, alors sauront-ils réaliser 70, heu non 44, milliards d’investissements d’ici 2023.

Personnellement, je vais me lancer dans l’automobile et investir 2500 milliards d’euros d’ici 2020 pour devenir très rapidement n°1 mondial avec des VE à 1000km d’autonomie, autonome step 5, volant, etc.

Franchement, VAG commence à ne plus avoir beaucoup de crédibilité !

Invité

Tesla a un peu la même approche : faire oublier les retards et problèmes de qualité en multipliant les annonces de futurs modèles. Sauf qu’eux ont déjà la technologie électrique, au moins lol

Bizaro
Invité

VAG c’est 1 ou 2 annonces par jour sur leur futur programme électrique. Totalement relayé sans filtre et gratuitement.

Il n’y a pas dire VAG est un puissant communiquant, on va finir par croire qu’ils sont pionniers dans la voiture électrique et que les scandales sur le diesel ont uniquement touché la concurrence…

SGL
Invité

La première « vraie » VE de VW pourra s’appeler L’Arlésienne ! 😉

SGL
Invité

Cela dit, je m’inquiète de la suite du programme VE de Renault pour les 10 prochaines années.
Certes, ils sont très forts actuellement dans la « niche » des VE (1,5 % de PdM) mais le seront-ils quand la niche se transformera en un immense chenil après 2020.
S’ils tardent trop, c’est théoriquement possible qu’ils se fassent dépasser par le groupe VW d’ici 2025.

Bizaro
Invité

le diesel et l’essence ne sont pas des niches et l’Alliance-Renault-Nissan est plutôt bien placée au niveau mondial sur ces motorisations.

Si le marché/ mouvement qu’ils ont contribué à amorcer prend de l’ampleur aucun doute que l’alliance soit au rendez vous.

VAG antan que groupe ultra puissant sera à l’heure du rendez-vous. Ils n’ont aucun mal à suivre les innovations, sans jamais en être pionniers. De toute manière être pionnier c’est ultra couteux, passionnant certes mais pas forcément rentable.

SGL
Invité

Je suis inquiète, mais en dehors de la Zoe II prévu fin 2019, je ne connais pas leur programme de VE en 2020-21-22 jusqu’à 2025.
Apparemment, ils ont commencé trop tôt en 2012, ils ne veulent plus essuyer les plâtres, mais Tesla grandit dorénavant vite et vers le bas !
L’hydrogène avec PAC pointe aussi son bout de nez et devient de moins en moins rare… Silence radio chez les Français !
La décennie 2020 verra la banalisation de l’hydrogène en complément des VE et PHEV.

georges
Invité

La PC il faudra qu’elle baise en prix, et puis l’hydrogène il faut une grosse infrastructure pour le distribuer facilement.
Reste bien sur les questions du type de production du gaz et sa dangerosité, sur les Hyudai ou bien les Kia (je ne me rappelle plus de la marque) roulant sur Paris les réservoirs font 700b ou un peu plus …. .

georges
Invité

Je me demande si ce n’est pas plus une solution pour l’instant enfin la prochaine décennie, pour une grosse voiture pour de longs trajets et surtout pour les camions.

SGL
Invité

Oui @georges
Plus c’est gros plus c’est lourd, mieux c’est !
Idéal pour les SUV ou Monospace de plus 1,7 t à vide et pour les longs trajets.
Pour une citadine de moins d’ 1,2 t, c’est stupide.
Petites parenthèses, la SNCF va mettre des locomotives à PAC en service pour remplacer la totalité des machines à fuel d’ici 2035 contre 2050 prévu à l’origine.
La PAC est idéale pour les camions de longs trajets… Moins de 200 km le 100 % électrique suffit.

SGL
Invité

Oui @georges
Il faut que cela se démocratise !
Les Coréens prennent les devants … Pas nous. (Toyota aussi et bientôt Mercedes)
Si l’on veut à terme se débarrasser du diesel d’ici 2030.

Bizaro
Invité

La PAC en France est portée par Symbio cell, qui commercialise sa PAC.
Mais plus encore commercialise le Renault Kangoo H2, et d’autres utilitaires. Et tout cela n’est pas tout neuf.

Vu les faibles volume de vente/location des Honda, Toyota et Hyundai sur leur modèle, cela ne me choque pas qu’en France une seule société commercialise des véhicules Hydrogène.

Sans oublier que LE fournisseur d’hydrogène c’est Air Liquide, géant de niveau mondial, voire numéro 1. Air Liquide est Français.

Donc on peut dire que si la France n’est pas à la pointe au moins est dans le mouvement.

georges
Invité

Oui ça manque de modèles.
PSA va peut être passer devant en nombre de véhicules différents.

SGL
Invité

Bah oui, d’où mon étonnement du silence de Renault sur le sujet pour la suite…

Bizaro
Invité

Renault Kangoo H2 et Maxity aussi… il n’y a qu’à demander

SGL
Invité

Merci @Bizaro pour l’info 🙂

wpDiscuz