Accueil Actualités Entreprise Justice : perquisition chez Auto Plus pour espionnage industriel

Justice : perquisition chez Auto Plus pour espionnage industriel

182
30
PARTAGER

tr__buchet.jpgLe magazine Auto Plus fait des scoops son cheval de bataille. Il n’est pas rare de voir dans leurs colonnes des photos volées inédites, montrant avec un peu trop d’avance au goût des constructeurs les formes de leurs futurs modèles. C’est suite à la plainte d’un constructeur français (on ne sait pas lequel pour l’instant) pour espionnage industriel que les locaux d’Auto Plus ont été perquisitionnés ce matin, de 9h à 13h.

Mise à jour : A peine cet article publié, on apprend que le constructeur dont il est question est Renault. Les photos incriminées seraient celles du Scénic III.

Un des rédacteurs du journal a été mis engarde à vue, puis une dizaine de policiers a débarqué à la rédaction, saisissant des ordinateurs, disques durs et photos. Le but : retrouver la source, l’employé qui a pris les photos chez le constructeur en question. Le directeur de rédaction, Laurent Chiapello, a déclaré « ne pas savoir précisément ce qu’on reproche » au rédacteur mis en garde à vue. Quant aux rédacteurs, ils disent que c’est « une première dans l’histoire du journal et de la presse automobile ». Pas exactement.

L__Auto_Journal_interdit_au_salon.jpgCette affaire nous ramène il y a plus de cinquante ans, avec la fameuse histoire entre Citroën et l’Auto Journal, à l’époque où la DS était encore en développement. Un prototype avait été surpris, le journaliste ayant rapporté de manière romancée sa fuite, poursuivi par les hommes de Citroën. Plus tard, une perquisition avait eu lieu à la rédaction, avec une mise en garde à vue de René Bellu, qui réalisait à l’époque les illustrations pour le magazine, croquant selon les indications des ses sources et sans trop y croire des « berlines aérodynamiques avec un avant de Porsche ». L’histoire s’était fini par l’interdiction de la vente du numéro 136, daté du 15 octobre 1955 sur le lieu du Salon de l’auto, battant des records de vente en kiosque hors du Grand Palais. En couverture figurait les illustrations prouvant à posteriori la justesse des informations recueillies. Une longue bouderie a suivi entre Citroën et l’A.J.. L’histoire se répètera-t-elle ? Espérons que non pour nos confrères d’Auto Plus !

Source : Challenges

Poster un Commentaire

30 Commentaires sur "Justice : perquisition chez Auto Plus pour espionnage industriel"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
dim
Invité

c’est un petit peu triste pour l’information dont nous raffolons mais je comprend très bien le constructeur. Je trouve même cela plutôt logique ce qu’il fait. Ca serait des photos prises par des journalistes quand un proto est en vadrouille c’est sur qu’il n’y aurait rien à redire de la part du constructeur mais là il s’agit clairement d’un vol et d’un non respect de contrat de la part de la personne qui a pris les photos. C’est donc tout à fait normal d’intenter une action en justice.

AmV10
Invité

« lemployé qui a pris les photos chez le constructeur en question »

C’est stupide tout de meme il me semble qu’il y a des sytèmes de sécurité dans les centre de recherche et de dévellopement !!!
C’est soit y’as aucune surveillance ou alors les murs sont transparent 😉

Anonyme
Invité

Très bonne nouvelle !! Enfin un constructeur s’attaque à ce torchon indigeste !

jules
Invité

Ca commence mal pour le scenic III 😀
– un carton (cf autre news de blogauto)
– photo de totoplus

INTEGRITE
Invité

Auto-Plus ne se contente pas de piller les archives des constructeurs.

Auto-Plus fait aussi de la publicité mensongère en laissant croire qu’avec chaque numéro était disponible contre supplément de prix un gilet de sécurité, obligatoire depuis le début de ce mois.

C’est faux !

Pour cette raison, plusieurs consommateurs ont décidé de porter plainte contre ce journal à scandales.

A bon entendeur.

wpDiscuz