Accueil Eco techno Navly : expérimentation d’une navette Arma autonome à Lyon

Navly : expérimentation d’une navette Arma autonome à Lyon

206
9
PARTAGER

La société française Navya (*) produit une navette autonome, l’Arma, qui rentre en phase de test sur route ouverte à Lyon – dans le nouveau quartier Confluence – avec pour but d’évaluer tous les paramètres d’une future mise en service à grande échelle.

Arma : autonome et électrique

La petite navette peut transporter, sans chauffeur, jusqu’à 15 personnes avec une vitesse maximum de 45 km/h et le tout sans émission à l’utilisation car en plus d’être autonome, Arma est aussi électrique. Expérimentée sur différents sites privés et fermés tant en France qu’en Suisse, la navette débute ici une expérimentation en pleine rue.

Une desserte de 1,3 km comprenant 5 arrêts a été spécialement créée pour l’occasion et sera en fonctionnement en semaine de 7h30 à 19h. Pour l’inauguration, la navette sera disponible ce weekend, samedi et dimanche, de 10 heures à 17 heures, gratuitement. Pour cette expérimentation qui doit durer une année, l’Arma est limitée à 20 km/h. C’est le Franco-Québécois Keolis qui opérera le service baptisé Navly.

Des expérimentations tous azimuts

C’est la deuxième fois au monde qu’un système de « bus » autonome va être testé sur route ouverte. On rappellera l’expérimentation de La Rochelle avec la société Robosoft (Bidart) où des mini-bus automatiques similaires réalisaient un tronçon de 1,5 km et 5 arrêts, en environnement public sur un parcours majoritairement réservé à sa circulation. Navya a déjà déployé un système similaire en Suisse à Sion en juin dernier avec l’opérateur Carpostal.

La navette Arma de Navya utilise un repérage par GPS pour se situer, ainsi que des capteurs lasers pour détecter les obstacles mais aussi deux caméras pour une vision stéréoscopique histoire de mieux analyser son environnement. Un peu à la manière du tout premier service de taxis électriques autonomes lancé à Singapour il y a quelques jours. L’époque des transports en commun autonome va-t-elle enfin commencer ? Un peu partout dans le monde les expérimentations vont se multiplier.

(*) à ne pas confondre avec la Navia de Induct

Source et illustration : Navya

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Navly : expérimentation d’une navette Arma autonome à Lyon"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
rob64
Invité

Chauffeur de bus un métier sans future.

georges
Invité

Le jour où un bus autonome sera lâché sur route ouverte comme ceux avec chauffeurs on en reparlera.

Bizaro
Invité

Fera t elle grève à la veille des ponts ou des reprises?

Cela permettra de fournir un service régulier même durant les heures creuses.

Si un tel système évoluait vers un service inter communal(augmentation de la vitesse et augmentation de l’autonomie) cela pourrait rétablir le service des petites gares délaissée

Bref avant de mettre au rébus les actuels conducteurs non fiables( car trop humain),. On pourrait penser à une augmentation du niveau de service.

Mais la promotion envers les exploitants de ce genre de chose se fera autour des économies.

Will
Invité
C’est ça qui va être « drôle », un bouleversement attendu serait le moment où robotisation, automatisation, numérisation mettront plus de gens au chômage que la société ne peut en supporter. Berard Stiegler parle de « disruption ». Imaginez qu’une boîte s’impose sur le marché des véhicules autonomes. Cette boîte devrait-elle gagner tous les bénéfices engendrés par cette activité, avec à sa tête un patron milliardaire à ne plus savoir qu’en faire, alors que sa « réussite » aura été de remplacer nombre d’humains par des ordinateurs ? Passés l’idée originale et d’éventuels investissements, une fois la machine en place ce n’est même plus lui qui… Lire la suite >>
Bizaro
Invité
La clef est la redistribution de toute la « richesse » créée par toute la société grâce à toute la société. Malheureusement si il y a plein de bons systèmes, ils sont poreux. Et la tentation pour ceux qui le peuvent d’accepter de recevoir beaucoup d’un coté pour donner le moins possible d’un autre coté, fragilise les sociétés. Souvenons nous : Tous ensemble protégeons nous des dangers de la nature, tous ensembles construisons notre confort et répartissons nous la tâche. Aujourd’hui on est bien loin de la nécessité de vivre en société. Cela va du vandalisme de bien commun, au refus de… Lire la suite >>
wpDiscuz