Accueil Champ Car Indycar: Baltimore

Indycar: Baltimore

68
1
PARTAGER

Il y a un mois, Dario Franchitti (Ganassi) possédait 62 points d’avance sur son plus proche rival, Will Power (Penske.) L’Ecossais semblait sur des rails pour un troisième titre consécutif. Mais l’Australien ne l’entend pas de cette oreille et il se battra jusqu’au bout. Ainsi, à Baltimore, Power n’a pas ménagé ses efforts pour ouvrir le palmarès du circuit.

C’était la toute première fois de l’histoire de l’Indycar qu’il venait à Baltimore.

Le circuit est tracé dans les rues de la ville et à l’instar des autres circuits temporaires américain, il possède un intérêt technique très limité.

Dans la course d’Indy Lights, d’aucun surveillaient Willy T. Ribbs (ci-dessous.)

Fidèle à son habitude, le vétéran de 56 ans (qui n’avait jamais piloté d’Indy Lights en course) n’a pas vu le drapeau à damier.

Notez aussi le retour de Tonis Kasemets (Moore), vu il y a quelques années en chicane mobile du Champ Car. Né en Estonie, il possède désormais la nationalité Américaine. Ce qui ne l’a pas rendu plus rapide.

En tête, le Colombien Gustavo Yacaman (Moore) a profité d’une erreur de Anders Krohn (Belardi) pour décrocher son premier succès dans la discipline. 2e, Josef Newgarden (Sam Schmidt) est quasiment assuré du titre. Son équipier et rival, Esteban Guerreri ayant également abandonné.

Revenons au Champ Car. Pour une fois, le plateau est relativement stable.

Exceptionnellement, Dreyer & Reinbold alignait 3 voitures. Ana Beatriz disposait de la première. Giorgio Pantano poursuivait l’intérim de Justin Wilson sur la seconde. Enfin, Tomas Scheckter (qui avait remplacé Wilson dans le New Hampshire) pilotait une troisième voiture. Le Sud-Africain (qui effectuait là sa troisième pige de la saison) espère un temps plein en 2012.

28 pilotes au départ et évidemment, la plupart visent la victoire, sinon le podium.

Oriol Servia (Newman-Haas) a un argument imparable pour s’autoproclamer favori. En effet, son prénom est similaire à l’équipe de base-ball de Baltimore, les Orioles!

Aux essais, c’est désormais une habitude, Power remportait la pole.

Il devance Graham Rahal (équipe « B » de Ganassi) et Franchitti.

Lors du warm-up, alors qu’Helio Castroneves (Penske) s’apprêtait à rentrer dans le virage 12, il voit passer la monoplace de Tony Kanaan (KV-Lotus) sur son flanc droit!

Kanaan aurait été victime d’une mystérieuse panne mécanique et il y a eu un effet d’entrainement sur la roue arrière droite de Castroneves.

Le secteur a l’air très bosselé et il semblerait davantage que Kanaan a rebondi sur une bosse (ce qui l’a fait perdre le contrôle de sa monoplace.) Mais personne n’osait incriminer le circuit…

En tout cas, plus de peur que de mal pour les deux Brésiliens. Leurs monoplaces ayant du être réparées avant la course, ils se retrouvèrent en dernière ligne.

A Sonoma, Power était en pole devant ses deux équipiers et il a pu s’élancer tranquillement.

Là, il était poursuivi par deux Ganassi et le départ fut plus mouvementé… Au feu vert, Rahal mit la pression sur l’Australien et vira en tête à la chicane.

Néanmoins, deux virages plus loin, Power reprit son bien et on ne l’a plus revu jusqu’à l’arrivée.

Qualifié 5e, Sébastien Bourdais (Dale Coyne) pouvait espérer un nouveau « top 10 », voir un « top 5 ».

Hélas, au bout de 9 tours, il a été trahi par sa monture.

Qui dit circuit nul, dit peu de possibilité de dépassements. Comme certains n’avaient pas envie de faire 75 tours derrière le même concurrent, ils tentèrent l’impossible et souvent, ça tourne au double-abandon.

Du coup, Danica Patrick (Andretti) s’est retrouvée propulsée dans le top 10!

A la faveur des arrêts aux stands, Simona de Silvestro (HVM) se retrouve en tête. Un beau cadeau pour la Suissesse, de retour après des problèmes de papiers.

Lors de la deuxième vague d’arrêts, Franchitti en a profité pour se débarrasser de Rahal. Il est virtuellement 2e, derrière Servia et Kanaan. Sauf que les deux hommes, partis du fond de grille, sont sur une stratégie décalée.

A l’arrivée, Power est premier, devant Servia, Kanaan, Franchitti, Dixon et Patrick.

Pole, victoire, plus grand nombre de tours en tête… Power a fait de nouveau le plein de points. Au passage, il est désormais leader du classement des « routiers ».
A contrario, Franchitti a fait la mauvaise opération du jour.

Avec 507 points, l’Ecossais reste en tête, mais il n’a plus que 5 points d’avance sur l’Australien, à 3 manches du but.
Derrière, les positions semblent s’être définitivement gelées avec Dixon (430 points) 3e, loin devant Servia (367 points.) Kanaan (340 points) a repris la 5e place à Ryan Briscoe (Penske, 328 points.)

Source:
Indycar

Crédit photos: Indycar, en espérant que dans 15 jours, à Motegi, ils embaucheront des professionnels

A lire également:
Indycar: Infineon Raceway

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Indycar: Baltimore"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Tibo35
Membre

Dire que le circuit est miteux est peu dire…on place des vibreurs en plein milieu de la rue pour faire des chicanes, on a des bosses qui feraient passer celle de monaco après le casino pour un faux-plat, etc…
bien entendu le tout entre des murs de béton et du grillage…

Pour l’accident:
http://youtu.be/5hNZmxHcCq0

On voit clairement que Kanaan ne peut freiner et fait un zigzag bizarre comme si un frein n’avait pas fonctionné (donc la voiture tourne et monte sur celle de Castroneves). Ca passe pas loin d’une grosse cata pour les deux.

wpDiscuz