Accueil Berlines Essais Jaguar XF: 1. 2,2l diesel

Essais Jaguar XF: 1. 2,2l diesel

396
21
PARTAGER

Il y a deux mois, Jaguar nous avait invité chez lui, à Coventry, pour voir la nouvelle XF… Mais elle était camouflée. Cette fois-ci, point de cachotteries et nous avons pu nous glisser au volant. Commençons par la nouvelle version 2,2l diesel, sur laquelle l’importateur fonde de gros espoirs.

Coventry vs le Bayern de Munich

La présentation avait lieu à Munich, en Allemagne.

Pour rappel, les trois premium constructeurs Allemands viennent de Bavière. Est-ce que Jaguar a choisi ce lieu pour montrer qu’il n’a aucun complexe et qu’il peut venir les défier chez eux?

En tout cas, hasard ou coïncidence, la salle presse était à deux pas de diverses infrastructures des trois constructeurs. On avait ainsi une belle vue sur un centre de formation d’Audi (le point rouge est en fait le « A » d’Audi.)

Nouveau nez

Wayne Burgees, designer chez Jaguar, nous a présenté les modifications esthétiques des XF et XFR.

L’essentiel des modifications se portent sur l’avant. Il est désormais plus proche de celui du concept-car C-XF et il se veut plus typé.

Jaguar en a ainsi repris les larges ouïes avant barrées par une lame chromée. Les phares ont une forme inspirée de ceux des Tie-fighter de Star Wars.

Puisque l’on parle de phares, la grande nouveauté (qui n’était pas sur la C-XF), ce sont les led de jour. Elles ont une forme de « J ».

Enfin, le capot est plus haut.

De profil, on remarque l’aération latérale (inspirée par celle de la C-XF) et surmonté d’un « Jaguar » chromé.

Les jantes sont inédites. Il s’agit d’un modèle 20 pouces « Hydra » (de série, vous avez du 17 pouces.)

Plein les oreilles

D’ordinaire, dans les présentations, on vous parle en long, en large et en travers de l’ordinateur de bord (quitte à passer sur l’esthétique extérieure chez certains.)

Chez Jaguar, on préfère évoquer la nouvelle hi-fi Bowers & Wilkins. Elle dispose de 17 haut-parleurs (dont 1 caisson de basses) offrant un total de 1700W.

Néanmoins, la grande nouveauté, c’est le moteur 4 cylindres 2,2l AJ-i4D. Jusqu’ici, il n’y avait pas de 4 cylindres diesel sur la XF. Il s’agit d’une mécanique PSA, vue notamment sur la X-Type et le Freelander.
Par rapport à ce dernier, il a été revu de fond en comble. Il offre ainsi 190ch et n’émet que 149g de CO2 au kilomètre.

En terme de consommation, il se contente de 4,8l aux 100km sur autoroute, 6,6l aux 100km en ville et 5,4l aux 100km en mixte. Pour appuyer ces chiffres, une XF 2,2l a effectué le trajet Castle Bromwich (lieu de production de Jaguar)-Munich, soit 1 313km, avec un plein.

De plus, il dispose d’un stop&start à double-solénoïde (ce qui lui permet de redémarrer plus rapidement.) Du coup, il a fallu installer une deuxième batterie, afin de conserver la climatisation, la radio, etc. à l’arrêt.

Ce moteur est accouplé à une nouvelle boite automatique ZF à 8 rapports. Elle dispose de palettes au volant.

Aucune boite manuelle n’est prévue.

Le paradoxe de Jaguar est que l’Europe compte suffisamment pour eux pour qu’ils créent une version 4 cylindres diesel. Mais pas assez pour qu’ils songent à une boite manuelle.

Au volant

Etant davantage habitué aux berlines Allemandes, j’ai été d’emblée impressionné par l’aspect chaleureux de l’habitacle. Il y a un vrai effort de design, du cuir avec surpiqûres, du vrai carbone, du vrai aluminium, du vrai bois, de l’alcantara (en fait, « alcantara » est une marque déposée; Jaguar préfère parler de « velours »), etc.

Il est possible de choisir son type de bois, la teinte du cuir et la couleur des surpiqûres. Plusieurs combinaisons sont possible de série.

C’est tellement mieux que les intérieurs gris/anthracite/noir des berlines d’outre-Rhin…

Deuxième bon point, l’ordinateur de bord, très intuitif. Pas de [censuré] de curseurs, de [censuré] de molette ou de [censuré] de reconnaissance de l’écriture. Juste 3 boutons.

Tous les constructeurs devraient s’en inspirer! Messieurs les chef de projet, faites des ordinateurs de bord avec 3 boutons! Et si un ingénieur veut rajouter un 4e bouton, mettez lui une droite!

Sur la route, le bilan est contrasté.

Evidemment, avec 1 745kg sur la balance, les démarrages sont laborieux (d’où un 0-100km/h en 8,5 secondes.) Mais une fois lancé, le moteur est vivant, grâce notamment à la boite de vitesse, très réactive.
Elle est très silencieuse, même à grande vitesse.
Le stop&start est assez doux et effectivement, au feu vert, le moteur se rallume rapidement.

Par contre, le confort est un ton en-dessous de la concurrence. Les autoroutes allemandes sont de vrais patchwork et la voiture répercutait chaque inégalité (les 20 pouces en sont en parti responsable.)
De plus, l’ESP est un peu trop douillet. Même en utilisation normale, il lui arrive de se déclencher.

Il faudra patienter jusqu’au 8 septembre pour la voir en concession. Le prix démarreront à 44 900€ avec la finition « Classic ».
Le modèle essayé est une « Portofolio » à 60 700€.

En Europe, le marché des grandes berlines équipées de 4 cylindres diesel ne cesse de prendre des parts aux 6 cylindres (à cause des radars, des embouteillages, des travaux interminables, de Chantal Perrichon…)
Jaguar-Land Rover France attend donc beaucoup de la XF 2,2l diesel.

Essai Jaguar XF 2,2l D (1)Essai Jaguar XF 2,2l D (2)Essai Jaguar XF 2,2l D (3)Essai Jaguar XF 2,2l D (4)Essai Jaguar XF 2,2l D (5)Essai Jaguar XF 2,2l D (6)Essai Jaguar XF 2,2l D (7)Essai Jaguar XF 2,2l D (8)Essai Jaguar XF 2,2l D (9)Essai Jaguar XF 2,2l D (10)

A lire également:
Essais Jaguar XF: 2. 3,0l V6 diesel S
Essais Jaguar XF: 3. XFR

Poster un Commentaire

21 Commentaires sur "Essais Jaguar XF: 1. 2,2l diesel"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Flo_RS69
Invité

Dommage cette « simple » sortie d’échappement. Une A6 en 140 ch à le double de celle-ci.
La couleur violet métallisée est très classe.

Pour l’intérieur tu parles de vrai bois… comme toujours, mais est-ce que la finition est irréprochable et parfaitement assemblée ? Se croirait-on dans un très haut de gamme anglais par exemple ?.

Flo_RS69
Invité

Désole, vous allez probablement me dire de lire l’article suivant.

anonyme
Invité

Stuttgart, c’est en Bavière peut-être ?!

ingeniere
Membre

Stuttgart, c’est en Souabe ! et même si l’on se salue par le très catholique  » gruss gott » ce n’est pas encore la Bavière !

Jos
Invité

Ce n’est pas du tout le même moteur que le 2.2l diesel de la X-Type qui récupérait un moteur de la mondeo. Ici c’est un moteur issu de la coopération Ford-PSA

Reinhold
Invité

Si l’on s’en tient à la définition stricte des Landers, il s’agit en effet d’une erreur. Les infrastructures de Mercedes se trouvent à Stuttgart et dans sa région, en pays de Bade et non en Bavière comme BMW et Audi.

wpDiscuz