Accueil Mini Essai Cooper SD cinq portes : la Maxi Mini

Essai Cooper SD cinq portes : la Maxi Mini

422
22
PARTAGER

Une Mini pour chacun ! Voilà ce qu’on pourrait penser en voyant arriver (encore) un nouveau modèle. A la manière de BMW, et ce n’est pas un hasard, la marque Mini élargit toujours plus sa gamme en proposant cette fois une variante de sa dernière F56 pour toucher un nouveau public avide de praticité.  La nouvelle arrivante n’est pas vraiment plus grosse ni plus petite, ni plus haute, ni plus basse. Elle se contente d’ajouter deux portes à la classique Mini trois portes et vient de ce fait piétiner les plate-bandes des stars du segment B.

La décision d’allonger l’empattement pour accueillir deux nouvelles portes est mûrement réfléchie. La marque se justifie par une demande forte du marché européen et surtout français pour les petites voitures à cinq portes. Il suffit d’ailleurs de voir que la Clio n’existe plus en trois portes pour s’en convaincre.

Essai Mini SD 5 portes (14)

Certains profiteront sans doute de cette nouvelle auto pour répéter que l’esprit Mini n’existe plus. C’est de bonne guerre. Pourtant, avec près de huit déclinaisons de son modèle phare, on a eu le temps de se faire à l’idée et le succès rencontré par Mini justifie la stratégie de la marque.

Mini estime que la clientèle de la trois portes est essentiellement composée de femmes tandis que celle des citadines cinq portes est davantage masculine. Et la Countryman dans tout ça ? N’est-elle justement pas là pour satisfaire les hommes ? Oui et non, puisque cette dernière est très connotée crossover et n’est donc pas censée jouer dans la même catégorie. Quant à la  Paceman, rien à voir puisqu’elle aussi n’a que trois portes… Donc la cinq portes a sa place. CQFD.

Essai Mini SD 5 portes (10)

La Mini en pleine croissance

Ce qui  différencie la cinq portes, que nous continuerons de désigner sous ce nom puisque Mini n’a pas jugé nécessaire de lui en donner un distinctif, outre les nouveaux ouvrants, c’est une hauteur gagnant 13 mm, un porte-à-faux arrière de 89 mm supplémentaires permettant au coffre de gagner pas moins de 67 litres de plus (de 278 litres de chargement à 941 litres de volume de coffre), et surtout un empattement rallongé de 72 mm par rapport à la trois portes amenant cette Mini à une longueur de 3982 mm (+ 161 mm) soit juste en dessous de la barre fatidique des 4 mètres.

La largeur reste par contre identique. Cet empattement allongé conjugué aux porte-à-faux différents modifie grandement l’allure générale et son profil peut choquer les habitués. Le toit, discrètement plus sculpté et flottant, contribue à la différentiation contrairement à la face avant finalement bien sympathique de cette nouvelle génération de Mini. La finition de notre modèle d’essai est dans la lignée de ce que l’on trouve sur la trois portes avec un toit blanc et des bandes de capot sur une carrosserie British Racing Green.

Essai Mini SD 5 portes (19)

Forcément, les places arrière sont plus accessibles que sur le coupé malgré de courtes portes mais on se demande à quoi sert la troisième ceinture. Quand cinq portes ne riment pas avec cinq places… De façon réaliste on peut tout au mieux placer un sac à dos sur cette troisième place lorsqu’on voyage à quatre adultes. En revanche, les passagers avant ne seront pas dépaysés par l’ambiance de cette Mini et oublieront vite la différence entre les deux modèles.

Avec son centre de gravité bas via la nouvelle architecture UKL de la maison mère, la sensation d’avoir un gros jouet entre les mains est toujours au rendez-vous, sentiment accru par les effets de lumières et les commandes de pilotage devenues classiques. On notera un accès délicat au frein à main et au pad multimédia lorsque l’accoudoir est abaissé poussant les occupants à se contorsionner pour cet usage.

Essai Mini SD 5 portes (31)

Une ambiance à part

Mini tient toujours la bonne recette pour l’ambiance à bord. En plus de son Mini Excitement Package permettant au tableau de bord de changer de couleurs suivant les évènements entourant la conduite (option facturée 520 euros), le modèle intègre également le riche système Connected. Il permet entre autres d’avoir accès à des morceaux musicaux s’adaptant au style de conduite, de naviguer sur les réseaux sociaux (à l’arrêt forcément) et embarque une application GoPro permettant d’utiliser ses caméras directement avec l’interface de la voiture.

Tout cela peut être proposé avec un écran haute résolution de 8,8 pouces (également en option). Bien entendu, Mini n’oublie pas les accessoires habituels de sécurité (régulateur de vitesse adaptatif, lecture des panneaux de signalisation, avertisseur anti-collision, affichage tête haute couleur (le même que celui de la Série 2 Active Tourer), système d’aide au stationnement, appel d’urgence géolocalisé automatiquement, etc.).

Essai Mini SD 5 portes (5)

Derrière son volant

Comme les autres modèles de la gamme, la Mini cinq portes est proposée en Cooper essence de 136 chevaux, Cooper S de 192 chevaux, Cooper D de 116 chevaux et SD de 170 chevaux. C’est cette dernière motorisation que nous avons pu essayer. Forte de 4 cylindres, d’un couple de 360 Nm à 1 500-2 750 tr/min, cette SD a de l’énergie à revendre mais manque de sonorité dans cette version S diesel, surtout au démarrage pour ceux qui aiment entendre le réveil de leur moteur en allumant le contact. Il est nécessaire de monter haut dans les tours pour que le moteur s’anime…

Plutôt dures à baisse vitesse, les suspensions semblent s’assouplir en haussant le rythme jusqu’à parfois donner une impression de flottement diminuant le sentiment de sécurité. La direction est réactive et agréable à manier en ville. La boîte est sans souci particulier même si il faut parfois sortir les muscles pour enclencher la marche arrière.

Une Mini pour trois comportements différents. Entre le Green Mode pour économiser son carburant, le Mid Mode orienté confort et le Sport Mode, la voiture dispose de trois personnalités bien distinctes, même si dans le cas de la SD le conducteur a tendance à enclencher le mode Sport pour libérer les 170 chevaux et tenter de retrouver « les sensations d’un kart » comme la marque aime le souligner. De son côté, la direction précise participe grandement à ces sensations mais pour plus si affinités il faudra sans doute privilégier la version S essence.

Essai Mini SD 5 portes (43)

Conclusion

Au final, la practicité est là. L’accès aux places arrière ouvrira sans doute la porte des concessions de la marque aux jeunes familles  et à celles et ceux qui veulent pouvoir emmener les copains et les copines. Mais la « démocratisation » de la Mini a ses limites. Avec 900 euros supplémentaires face à la trois portes et les multiples façons de faire monter l’addition (les 27 300 euros de notre Cooper SD par exemple), cette voiture n’est pas faite pour toutes les bourses avec un premier prix essence démarre à 21 100 euros. Reste qu’avec les prestations auxquelles on s’est habitué, l’étiquette Mini fonctionne toujours à défaut d’être prise au sens propre. Avec près de quatre mètres, on se demande tout de même où est passé l’esprit citadin du badge emblématique…

+Conduite
Coffre
Accès aux places arrière
Troisième place arrière
Tarifs et options coûteuses
Sonorité de la SD

 

Mini 5 portes Cooper SD 170
Motorisation et transmission
Moteur – Type4 cylindres en ligne 16 soupapes
Transversal avant
CarburantDiesel
Cylindrée (cm3)1998
Puissance (kW / ch)125/170 @ 4000
Couple (Nm @ tr/min)360 @ 1500
Boîte de vitesse – TypeManuelle à 6 rapports
Nombre de rapports6 CV
Roues motricesAvant
Performances
0 à 100 km/h (sec.)7,4
Vitesse maximale (km/h)225
Consommations
Cycle mixte (l/100 km)4,1
Emissions de CO2 (g/km)109
Dimensions
Longueur (mm)4005
Largeur (mm)1727
Hauteur (mm)1425
Empattement (mm)2567
Poids (kg)1230
Volume de coffre (l)278 → 941
Réservoir (l)44

Crédit illustrations : Leblogauto – Aurélien Matysek

Poster un Commentaire

22 Commentaires sur "Essai Cooper SD cinq portes : la Maxi Mini"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
F1
Invité

Long nez, gros cul et embonpoint = GRONI

Quel gâchis… et en plus elle roule au mazout et fait des nox

beniot9888
Invité

89 mm de plus en porte à faux. 72 mm de plus en empattement. Et seulement 72 mm de plus en longueur totale ? Je ne comprends pas.

Sinon, elle a du potentiel de succès. Les portes sont bien intégrées à la ligne, elle offre un petit plus en espace et en praticité pour un surcoût raisonnable -pour une Mini-.

Thibaut Emme
Admin

C’est bien 89+72 = 161 mm de longueur en plus. La correction a été apportée 😉

SGL
Invité

Effectivement cette version 5 portes est une véritable dégradation par rapport au modèle de base !
Digne a du bricolage, Lada ferait mieux maintenant.
La forme de la découpe de la porte arrière au niveau des passages des roues est typique du design des années 80, indigne pour du premium.

beniot9888
Invité

C’est clair, si on devait me donner cette voiture ou une Lada Granta, je n’hésite pas une seconde. Je prends la Mini et je te laisse la Lada. Je ne m’intéresse pas plus que ça au « premium », je saurai m’en contenter.

opti78
Invité
Le concept de la Mini de sir Alec Issigonis était une habitabilité maximum dans un encombrement minimum…..Que reste t-il de mini dans cette Mini……probablement juste son habitabilité….qui est vraiment minimale, je vous trouve très tolérants à propos de l’accessibilité arrière…. je n’ai jamais vu une aussi petite entrée de porte…. j’ai du mal à imaginer qu’une personne de plus de 1,7m et 65 kg puisse y entrer…. et je n’ose même pas imaginer la maman voulant installer son bébé….même les plus petites citadines font mieux….pour une voiture de 4m et de ce tarif, c’est tout simplement lamentable…. et indigne de… Lire la suite >>
leelabradaauto
Invité

rentre dans le segment des grosses bagnoles break qu’on voit partout à présent. Sans aucun intérêt donc puisqu’en plus ce n’est pas une mini. Vu le volume, les pneus mériteraient tailles plus hautes pour les trottoirs et ceci gagnerait en confort de suspension comme il est écrit dans un bon article bien complet

wpDiscuz