Accueil Historique Rétromobile 2015 live: Škoda

Rétromobile 2015 live: Škoda

127
3
PARTAGER

Comme chaque année, Škoda est présent à Rétromobile. Et comme chaque année, il dévoile des modèles peu connus hors de leur pays natal. Un vrai bonheur pour les amateurs d’exotisme.

En 1895, Vàclav Laurin et Vaclav Klement s’associèrent pour fabriquer des vélos à Mladá Boleslav. En 1898, Laurin & Klement (l’actuel Škoda Auto) se lança dans les motos. Puis, en 1905, il créa sa première voiture, la Type A. Au passage, l’entreprise devint une SA. La Type A était propulsée par un bicylindre 1,1l 7ch. Elle fut bientôt suivie par la Type B, plus puissante.
La voiture de Rétromobile est une réplique de la Type A.

Zdeněk « Bašul » Pohl était un ingénieur de Skoda. A l’occasion, il pilotait une Bugatti dans les Grand Prix locaux. En 1936, il participa au Monte-Carlo avec une Škoda Popular (2e en – de 1500, 20e au général.) Il récidiva en 1937 (4e en – de 1500 et 27e au général.) Hélas, quelques mois plus tard, il se blessa grièvement lors du Grand Prix de Tchécoslovaquie et il remisa son casque. A Mladá Boleslav, on considérait que ses résultats en principauté était un exploit. Du coup, la nouvelle version aérodynamique de la Popular prit le nom de « Monte-Carlo ».

A ses côtés, la 966 Supersport que nous avions évoqué ici. Sur le capot, on peut lire « AZNP ». Ce n’était pas un partenaire technique, mais l’acronyme de la société étatique qui possédait alors Škoda (Automobilové závody národní podnik, coopérative nationale d’automobile.)

Škoda ne garde pas forcément de bons souvenirs de cette 110R. Dérivée de la 1100 des années 60, elle était d’emblée larguée. Le « R » signifie « Rapid », ce qui pouvait faire sourire, eu égard à ses 125km/h en vitesse de pointe. C’était le symbole d’une Tchécoslovaquie sclérosée politiquement et industriellement. Et celui d’un Škoda au bout du rouleau. Sa descendante, la 120R promènera ses couleurs flashy, son intérieur en skaï, sa finition biodégradable et son moteur dans le coffre jusqu’à la fin des années 80. Même FSO, Lada et Yugo avaient des productions plus modernes ! Son seul argument, c’était le prix : 2/3 de celui d’une 205 Junior !

Si Škoda l’a apportée, c’est pour donner de la légitimité au concept-car VisionC. Murat Günak avait une obsession : les coupés 4 portes. Chez Peugeot, ça donna la 607. Puis le designer fut embauché par Mercedes, où il dessina la CLS. Volkswagen le recruta et il signa les Passat CC, Audi A5 et A7. Il a depuis quitté le groupe, mais visiblement, son esprit plane toujours. La VisionC préfigure la future Superb. Elle est équipé d’un 1,4l TSI 110ch (qui fonctionne au GNV ou à l’essence.)
Mais langue de bois oblige, on ne peut pas dire que c’est un concept post-Günak sur lequel on a plaqué un badge Škoda. Et donc, ses points communs avec la 110R, un coupé 2 portes à moteur en porte-à-faux arrière sont… Euh… Le nombre de roues (4), le nombre de places (4), la couleur (vert), elles sont produites à Kvasiny et… C’est tout.

Crédit photos : Joest Jonathan Ouaknine/Le Blog Auto

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Rétromobile 2015 live: Škoda"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
R8
Invité

Pourquoi Lada n’est pas au niveau de Skoda ou de Dacia (Surtout de Dacia qui est dans le groupe Renault, comme Lada).

Max
Invité

Skoda appartient à VW depuis 1991, Dacia à Renault depuis 1999.
Lada (en fait AvtoVAZ, la société qui exploite le nom Lada) est détenue à plus de 50% par Renault-Nissan depuis…2014 seulement. Ceci explique sans doute cela.

SGL
Invité

D’une part, et d’autre part Poutine, avec sa gestion géopolitique et d’affaires industrielles, n’encourage pas vraiment l’investissement sans retenue dans Lada.
Il faut que le Marché Russe nous redonne de l’espoir d’une reprise (ce n’est pas le cas).
Il faut que cela se calme avec l’Ukraine.
Il faut que l’on leur livre les BPC.
…. avant de réinvestir.
Après 2017 ?

wpDiscuz