Accueil Actualités Entreprise Peugeot en Chine: acte 3

Peugeot en Chine: acte 3

95
6
PARTAGER

Il y a eu brièvement Guangzhou-Peugeot, il y a DPCA (DongFeng-Peugeot-Citroën Automobiles) et il devrait désormais y avoir ChangAn-PSA. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le constructeur Français se montre persévérant en Chine!

C’est grâce à Citroën et ses ZX que DongFeng a pu se lancer dans l’automobile. Depuis, le constructeur Chinois a lancé des joint-ventures avec Honda, Nissan, ainsi que Kia (une nouvelle co-entreprise, avec Yulon, est en train de naitre.) En conséquence, PSA fait figure de cinquième roue du carrosse et il se plaint régulièrement: gamme trop étroite, réseau trop confidentiel, etc.
Le problème étant que d’après la loi Chinoise, un constructeur étranger ne peut agir seul.

Certes, depuis 2009, DPCA retrouve des couleurs. Une troisième usine est en projet… Sauf que la concurrence progresse plus vite et en conséquence, il ne cesse de dégringoler dans la hiérarchie.

Pour s’étendre, PSA voulait un deuxième partenaire. Vers 2007, il a trouvé Hafei. Un Berlingo « made in Hafei » est construit. Mais le dialogue s’éternise et lorsqu’enfin, en 2008, ils signent un accord, AVIC II (maison-mère de Hafei) subit des grands changements.
La quasi-totalité du directoire de Hafei est remplacé et PSA doit repartir à zéro avec ses nouveaux interlocuteurs. Cette fois, c’est une C1 qui est expédiée en vue d’être industrialisée.
Nouveau bouleversement fin 2009: ChangAn rachète la branche auto du groupe AVIC. C’est donc avec ChangAn qu’il faut discuter…

Aujourd’hui, ChangAn et PSA signent une lettre d’intention, comme PSA l’avait fait avec Hafei à l’été 2008. De nombreux détails (modèle(s) produit(s), production chez Hafei ou construction d’un nouveau site, date de démarrage de la production, etc.) restent à définir. Il y a donc loin de la coupe aux lèvres…

Côté PSA, on veut construire des utilitaires légers et des micro-citadines. De quoi compléter vers le bas l’offre de DPCA. ChangAn est bien implanté dans les provinces, contrairement à DongFeng.
Sur le long terme, PSA pourrait choisir de s’appuyer de plus en plus sur ChangAn, afin de quitter DongFeng.

Côté ChangAn, on manque d’expérience dans ces domaines. Sa citadine Ben Ben (récemment secondé par un modèle plus moderne) est un flop. S’associer à PSA lui permettra d’acquérir de nouveaux savoir-faire.
Il faut également noter que ChangAn a le vent en poupe. Grâce au rachat de Avic Auto, il est devenu le 3e producteur Chinois (mais le 5e en terme de chiffre d’affaires.) Suzuki et Ford font le forcing et il devrait donc encore grossir. La joint-venture avec PSA lui permet d’assoir sa position de poids-lourd, alors qu’il y a 3, 4 ans, il n’était qu’un petit parmi d’autres.

A lire également:
Un schéma pour comprendre (un peu) l’automobile Chinoise (version 2010)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz