Accueil Constructeurs chinois Geely cherche un partenaire

Geely cherche un partenaire

158
16
PARTAGER

geely_meetic1.jpg

Un salon automobile où l’on ne parle pas de constructeurs Chinois, ce serait comme un numéro d’Auto-Hebdo où ils diraient du mal de Renault F1: ça n’existe pas. Au salon de Tokyo, Li Shufu (PDG et fondateur de Geely) fait parler de lui. Car il a déclaré que Geely cherchait un partenaire.

Au début, Geely était la success story de l’automobile Chinoise. Issu de la fabrication de réfrigérateurs, de matériel de décoration et de motos, Geely (à prononcer « djili ») se lance dans l’automobile en 1996. Il est alors la seule entreprise privée. Les premières Geely sortent en 1998: la Merry (calquée sur la Daihatsu Charade, mais à calandre façon Mercedes Classe C; disponible en 4 ou 5 portes) et la Beauty Leopard (inspirée par la Hyundai Coupé, mais en moche.) Et en 2003, Geely fonde à Shanghai « Shanghai Mapple leaf Automobile » (SMA), qui fabrique des clones de ZX. Les Geely se vendent bien: elles coûtent entre 30 000 et 40 000 yuans (3000-4000) et à l’époque l’offre Chinoise est largement déficitaire par rapport à la demande en automobiles du pays.

En 2005-2006, Geely tente sa chance en occident. Il découvre d’une part que les constructeurs font tout pour savonner la planche de leurs confrères Chinois (bonjour les stands dans les coins reculés des salons) et que pour y vendre des voitures, il doit largement progressé en terme de qualité de fabrication, de sécurité et de respect de la propriété intellectuelle. L’export en occident est donc remis à plus tard.

Pendant ce temps, les autres constructeurs se sont organisés. La demande progresse toujours, mais l’offre la rattrape. Les Chinois deviennent plus exigeant et ils reprochent aux Geely leur piètre qualité de fabrication. Du coup, les ventes plafonnent. Le constructeur effectue des « mises à jour », mais il manque de savoir-faire. La plupart des constructeurs Chinois possèdent des joint-venture avec un constructeur étranger. Les étrangers n’ont pas le choix: les importations sont surtaxées à 25% et il leur est impossible de posséder 100% d’une société locale. Le partenaire Chinois en profite pour former ses propres ingénieurs et acquérir des compétences. Or, lorsqu’un constructeur étranger cherche un partenaire, Pekin le « conseille » de travailler avec une entreprise étatisée (Dongfeng, FAW, SAIC…) ou à défaut d’une entreprise publique appartenant à une province (Brilliance, ChangAn, NAC…)
Jusqu’ici, Geely n’a décroché que les boites 6 vitesses d’Antonov et les taxis Anglais de Manganese Bronze. D’où la recherche d’un vrai constructeur, avec un modèle pouvant se fabriquer en masse. Problème: presque tous les constructeurs occidentaux ont déjà monté des joint-ventures et Geely n’a pas la réputation de bien travailler…

Alors, qui voudra de lui?

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "Geely cherche un partenaire"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
4aplat
Invité

« un numéro dAuto-Hebdo où ils diraient du mal de Renault F1: »
Joest a des références !!!

Plaf
Invité

Joest, tu fais pitié.
Le jour où les constructeurs chinois auront 5% du marché, tu riras jaune…

Anonyme
Invité

Précision: il semble que Geely cherche surtout un partenaire pour les marchés extérieurs (USA, Europe). Sinon très bon article.

wiseman
Invité
Très bon article Mr Joest. Je pense qu’acheter des chaussettes « made in China » c’est inévitable aujourd’hui… Malheureusement. Espérons simplement que nos constructeurs européens et américains puissent le plus longtemps possible contenir l’invasion des voiures chinoises, elle aussi inévitable à terme. Je ne fais pas dans le racisme anti chinois de base. Mais nous sommes confrontés à un décalage culturel pour (ne pas dire philosophique) énorme avec les chinois sur les questions de qualité (biens durables et non « jetables »), de sécurité (ils s’en foutent)et d’environnement (ils s’en contre-foutent). Et ceci vaut pas seulement pour les autos mais également pour les chaussettes… Lire la suite >>
Plaf
Invité

\ »Mais nous sommes confrontés à un décalage culturel pour (ne pas dire philosophique) énorme avec les chinois sur les questions de qualité (biens durables et non jetables), de sécurité (ils sen foutent)et denvironnement (ils sen contre-foutent)\ »

On se marre…
Il est vrai que, toujours, les constructeurs occidentaux ont respecté la sécurité. Les scandales chez Mitsubishi ou GM à ce niveau, c\’est un simple détail de l\’histoire de ces constructeurs. [raisonnement raciste censuré par Le Blog]
On es bien parti avec des raisonnements pareils…

wpDiscuz