par Joest Jonathan Ouaknine

Essai LTC TX4: London calling (2/2)

Les Robin des Bois en auraient sûrement dit: "Voici le taxi de Londres de Shanghai". Essai du LTC TX4, suite. Dans un taxi, le plus important, pour le client, c'est bien sûr l'intérieur. Le moins qu'on puisse dire, c'est que passager(s) et conducteur sont traités différement...

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Les Robin des Bois en auraient sûrement dit: "Voici le taxi de Londres de Shanghai". Essai du LTC TX4, suite. Dans un taxi, le plus important, pour le client, c'est bien sûr l'intérieur. Le moins qu'on puisse dire, c'est que passager(s) et conducteur sont traités différement...

Côté passager

C'est Byzance! Il y a une banquette trois places et deux strapontins.

Imaginez une scène classique: un couple avec deux enfants débarque à Roissy. Un taxi classique lui dirait: "Rien à foutre! Personne ne monte devant. Prenez deux voitures!" Ici, pas de problème, ils peuvent monter tous les quatre à bord.

Entre autres bizarreries, le législateur Anglais impose qu'un gentleman doive pouvoir rentrer dans un taxi sans quitter son chapeau melon. D'où une hauteur sous plafond assez inhabituelle d'1,40m. Au moins, les basketteurs et rugbymen n'auront aucun souci pour s'assoir.

Culture anglo-saxone oblige, le TX4 pense aux handicapés.

Vous êtes en fauteuil roulant? No problem! La rampe d'accès est de série.

La porte arrière-droite s'ouvre à 90° et un strapontin sort.

Vous avez de gros problèmes de vue? Le TX4 est équipé de poignées d'accès jaunes fluos.

Vous entendez mal? Réglez votre sonotone sur "S" est vous entendrez mieux le chauffeur.

Côté finition, la solidité et la sécurité ont été privilégiées. Le TX4 doit être capable d'accueillir un supporter excité, à la sortie du stade d'Anfield, sans que notre homme puisse tout casser. Ou bien de raccompagner chez eux les adeptes du black eye friday, sans qu'ils ne tâchent irrémédiablement les tissus.

D'où aussi le muret de séparation vis-à-vis du conducteur, avec une épaisse vitre en plexiglas. Et tant que le conducteur a le pied sur la pédale de frein, vous ne pouvez pas sortir. Il est également possible de condamner les portes arrières.

Personnellement, cette ambiance me met un peu mal à l'aise, en tant que passager. Ca m'a donné l'impression de voyager en fourgon cellulaire!

Le coffre est dit-on, inspiré de celui de la Mini. D'où son ouverture par le bas.

Il sert avant tout au chauffeur, afin qu'il y mette sa recette ou ses affaires personnelles.

Notez qu'il y a une vraie roue de secours.

Les bagages des clients sont à mettre à l'avant. Il n'y a pas de siège passager et l'espace sert de coffre à bagages, sous la surveillance exclusive du chauffeur.

Côté conducteur

Bienvenue dans les années 90!

La planche de bord est vieillotte et le bloc en ronce de Formica est carrément kitsch.

La position de conduite rappelle tout à fait celle d'un van: vous êtes assis haut et droit. Compte tenu de la séparation derrière vous, il est évidemment impossible d'incliner le siège pour piquer un roupillon en attendant le client.

Asie Auto se vante que c'est le premier véhicule Chinois équipé d'un diesel. Le 2,5l 16 soupapes à rampe commune 110ch VM est extrêmement bruyant, y compris à chaud. Heureusement pour les passagers, la vitre en plexiglas amoindri largement le bruit.

La boîte automatique à 5 rapports (une boîte manuelle 5 rapports est disponible) est très réactive.

En ville, c'est un régal. Un Scenic a besoin de 10,5m pour faire un demi-tour. Le législateur Anglais impose aux taxis un rayon de braquage de 25 pieds (environ 7,5 m.) Le TX4 possède ainsi une agilité incroyable pour son gabarit.

En plus, la garde-au-sol généreuse permet de faire du franchissement de trottoir.

Sur les petites routes, malgré ses 1,8t, la tenue de route est bonne. Grâce aux 240Nm de couple du diesel Italien, les accélérations sont bonnes. Par contre, compte tenu du cx de boîte à chaussures, il y a énormément de bruits d'air au-delà de 80km/h.

Conclusion

En tant que client, je préfère 1 000 fois ce TX4 aux autres taxis Parisiens. Objectivement, l'habitabilité est incomparable. Subjectivement, il possède une bouille marrante.

Côté chauffeur, il est difficile de faire mieux en matière de sécurité.

A 33 900€ TTC, il pourrait également servir de véhicule publicitaire.

Reste que les chauffeurs de taxis Français ont pour habitude d'utiliser leur véhicule à des fins personnelles. Or, le TX4 n'est pas du tout adapté à un usage quotidien.

Asie Auto assure en avoir vendu une quinzaine à ce jour. Les acheteurs apprécieraient particulièrement la rampe d'accès de série.

Est-ce le cheval de Troie de Geely? Non. Le constructeur a songé à faire produire des SMA chez LTC, à Coventry. Mais il faut toujours prendre les déclarations de Geely au conditionnel. Ses projets de TX5 à moteur V6 ou de "mini-Rolls" ont fait long feu. La réalité, c'est qu'il ne dispose pas de véritable stratégie d'expansion internationale et qu'il n'a pas de véhicule crédible en Europe.

A lire également:

Essai LTC TX4: funny face (1/2)

Pour résumer

Les Robin des Bois en auraient sûrement dit: "Voici le taxi de Londres de Shanghai". Essai du LTC TX4, suite. Dans un taxi, le plus important, pour le client, c'est bien sûr l'intérieur. Le moins qu'on puisse dire, c'est que passager(s) et conducteur sont traités différement...

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.