Accueil Constructeurs chinois Les constructeurs chinois pour les nuls : Chery

Les constructeurs chinois pour les nuls : Chery

1568
5
PARTAGER
Chery

Chery a longtemps été l’un des constructeurs chinois les plus dynamiques, et les plus ambitieux à l’export. Après des années difficiles, le constructeur a adopté une stratégie plus claire et retrouve le chemin de la croissance.

Chery a été fondé en 1997 par le gouvernement de la province d’Anhui, et reste encore aujourd’hui une entreprise d’état. La production débute à peine deux ans après la fondation. Un démarrage rapide, car le premier véhicule a en effet été racheté tel quel à Volkswagen avec son outillage. Il s’agit de la première génération de Seat Toledo, qui sera produite jusqu’en 2013 sous le nom de Chery Fulwin, puis de Chery Cowin. Mais les premières productions sont en fait illégales, le jeune constructeur n’ayant en effet pas de licence de production. Début 2001, le problème est contourné via une association avec SAIC. Chery peut alors utiliser la licence de son partenaire.

Dès 2003, SAIC se retire du partenariat. Chery vient en effet d’obtenir sa propre licence. Mais surtout SAIC cède à la pression de son partenaire GM, furieux de la copie de la Daewoo Matiz. La fameuse Chery QQ. GM intentera un procès. Les arguments semblent imparables, GM ayant par exemple démontré que les portes des deux modèles étaient interchangeables… Mais la justice chinoise donnera finalement raison à Chery, sans surprise.

Chery devient peu à peu un des principaux constructeurs chinois, alors que les grands groupes comme FAW, Dongfeng ou GAC peinent encore à vendre sous leur propres marques. Le constructeur est alors approché par des groupes étrangers. Tout d’abord par Chrysler. Séparé de Daimler, le constructeur américain envisage de vendre certains modèles du constructeur chinois sous marque Dodge au Mexique. Puis par Fiat qui voit dans Chery un partenaire potentiel après la fin de sa coentreprise avec Nanjing. La faillite de Chrysler et son rapprochement avec Fiat mettront fin aux deux dossiers.

C’est également en 2007 qu’est fondé Chery Quantum Automotive. Une coentreprise avec le fonds Israel Corp. En 2009, la coentreprise est rééquilibrée avec une répartition à 50/50 des parts, et deviendra officiellement Qoros Auto Corp en 2011. La première voiture est présentée en 2013 au salon de Genève. Officiellement, la marque fonde de gros espoirs sur l’Europe. Mais il s’agit surtout d’une stratégie visant à convaincre les clients chinois sur le mode « Même les européens achètent nos voitures »… Une stratégie qui ne prends pas et Qoros décide début 2016 d’abandonner toute vue sur le marché européen pour le moment.

Au début des années 2000, emporté par son succès, Chery multiplie les lancements et les nouveaux projets. La gamme devient pléthorique. Et incohérente dans ses appellations et sa stratégie. En 2009 sont lancées les marques Karry (véhicules utilitaires), Rely et Riich. En plus de Chery.

Karry - Rely- Riich

Il se dit alors que Chery mène de front près d’une centaine de projets de nouveaux véhicules. Insoutenable, d’autant plus que les nouvelles marques échouent à convaincre le public. En 2012, cette stratégie est donc abandonnée. La marque Karry est néanmoins conservée pour les utilitaires. La gamme est ensuite réorganisée autour des appellations QQ, Fulwin, Arrizo et Tiggo. Mais en 2013, Chery cède à nouveau à la tentation avec la marque Cowin.

Quelques grandes dates :

  • 1997 : Fondation de Anhui Parts Co
  • 1999 : production de la première Chery Fulwin, basée sur la première génération de Seat Toledo
  • 2001 : Anhui Parts devient SAIC-Chery lorsque SAIC prend 20% des parts
  • 2003 : lancement de la QQ, copie de la Daewoo Matiz
  • 2003 : SAIC cède ses parts
  • 2007 : lancement du premier utilitaire Chery Karry Youyi
  • 2007 : Fondation de Chery Quantum Automotive Corporation, qui deviendra Qoros
  • 2013 : abandon de la stratégie des marques Karry, Rely, Riich. Seules subsistent Chery et Karry
  • 2013 : présentation de la Qoros 3
  • 2015 : lancement de la marque Cowin

Les marques

Chery reste la marque principale du constructeur depuis 1999. Y compris durant la période de multiplication des marques de 2009 à 2012. Sa gamme va de la petite voiture du segment A aux berlines et SUV du segment C.

  • eQ1, petite citadine électrique à 2 places
  • QQ / eQ, seconde génération de la Chery QQ lancée en 2013, et sa version électrique eQ
  • Fulwin2, petite berline citadine, en version 4 et 5 portes
  • E3, berline 4 portes économique (4m45)
  • E5, berline 4 portes économique (4m58)
  • Arrizo 3, berline 4 portes (4m45)
  • Arrizo 5, berline 4 portes (4m57)
  • Arrizo 7 / Arrizo 7e, berline 4 portes compacte, haut de gamme actuel de Chery (4m65) et sa version hybride rechargeable Arrizo 7e
  • Arrizo M7, mélange de break et monospace, initialement nommée Eastar Cross
  • Tiggo 3, premier SUV de Chery, lancé en 2005. Copie de la seconde génération de Toyota Rav4
  • Tiggo 3X, version cross de la berline Fulwin2
  • Tiggo 5, nouveau SUV compact (4m50) lancé en 2013
  • Tiggo 7, SUV plus haut de gamme lancé en 2016

Le nom de Karry désignait à l’origine les modèles utilitaires au sein de la gamme Chery. Mais en 2009, Karry est devenu une marque à part entière, spécialisée dans le véhicule utilitaire. Puis en 2015, avec le lancement du monospace K50, la marque est aussi entrée sur le marché des véhicules particuliers.

  • K50, monospace économique, cible le Wuling Hongguang (4m45)
  • K60, même recette que le K50, mais plus imposant (4m62)
  • Youyou, petit utilitaire principalement vendu en minibus
  • Youjin, petit camion dérivé du Youyou
  • Higgo, pick-up rustique, double cabine uniquement

En 2015, Chery lance donc une nouvelle marque. Reprenant le nom de Cowin (à l’origine un modèle), elle est censée cibler un public plus jeune.

  • C3 / C3R, berlines citadines (C3 = 4 portes, C3R = 5 portes)
  • X3, version lourdement révisée du Tiggo3
  • V3, version Cowin du Karry K60

En 2013 est lancée la marque Qoros, d’abord en Chine. Et de façon très confidentielle en Europe (Slovaquie uniquement). Mais les ventes ne décollent pas non plus en Chine, forçant Chery à une réorganisation complète : changement d’état-major, révision des plans de développement de nouveaux modèles, abandon du marché européen, baisse des prix…

  • 3, ligne de berlines compactes, version 4 et 5 portes
  • 3 City SUV, version Cross de la 3 à 5 portes
  • 3 GT, version Cross de la 3 à 4 portes
  • 5, SUV compact

Les coentreprises

Chery a longtemps cherché un partenaire. Après l’échec du projet avec Fiat, des discussions sont engagées avec Jaguar Land Rover en 2010. En mars 2012, le projet de coentreprise est signé. Et l’accord officiel vient assez rapidement, puisque la NDRC donne son feu vert en novembre 2012. Les travaux de l’usine débutent donc dans la foulée. Et le 21 octobre 2014 le premier Range Rover Evoque est assemblé à Changshu. Depuis, la coentreprise Chery-Jaguar Land Rover assemble également les Land Rover Discovery Sport et Jaguar XF-L.

Crédit illustrations : Chery

Suite de la rubrique :

 

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Les constructeurs chinois pour les nuls : Chery"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
ASD
Invité

Chery, l’indécrottable copiste en chef de Chine !

ASD
Invité

Et merci Gautier pour ces articles !

Navigator84
Invité

Chery n’est pas le pire.

ASD
Invité

Quand on voit l’histoire de la QQ, un exemple parmi d’autre, on comprends mieux la valeur de la propriété intellectuelle en Chine : 0.
Enfin, 0 pour les Mòshēng rén…

wizz
Membre

pas forcement
la propriété intellectuelle est parfois très importante en Chine. Tout dépend des protagonistes. Demandez donc à Mercedes pour son eQ….

https://www.leblogauto.com/2017/03/chery-mercedes-marque-eq.html

la propriété intellectuelle en Chine, elle est à sens unique….

wpDiscuz